The Children : la critique en avant-première

alexa1235 13 octobre 2009 Bonnes surprises 5

the_children_geek_culture_critique

L’histoire : Deux familles se réunissent dans une maison à la campagne pour célébrer les fêtes de Noël. Un havre de repos pour les parents, un parfait terrain de jeu pour les enfants.
Très vite pourtant, ce moment privilégié prend une tournure qu’aucun des adultes n’aurait pu envisager : leurs propres enfants, sous l’effet d’un mal mystérieux, se retournent contre eux avec une cruauté et une ingéniosité implacables.
Le cinéma horreur anglais est sans conteste à la fête ces derniers temps et nous livre des petites pépites d’horreur comme Eden Lake l’année dernière ou encore The Descent il y a deux ans. Comme pour ces deux films, il s’agit ici d’une bonne surprise devenues trop rares au ciné ces derniers temps. L’originalité ne tient pas au sujet traité : en effet, ce n’est pas la première fois que ces chères petites têtes blondes sont maléfiques ( on en avait déja parlé lors d’un dossier spécial ). Mais il explore une peur universelle : quand on regarde nos enfants, qu’est-ce qui arriverait si ils devenaient des monstres ? Et c’est sur ce traitement spécial que se centre le film : le sort réservé aux enfants du diable.
Côté scénario, c’est une variante du Village des damnés ou encore de la Malédiction. Après un début conventionnel pour un film d’horreur, présentant les personnages et la maison reculée qui servira de cadre à l’action, The Children glisse de manière inexorable mais très subtile dans le film d’horreur, se rapprochant même de Shinning sous certains aspects.
The children se distingue dans le politiquement incorrect en optant pour de jeunes enfants d’apparence adorables, qui symbolisent l’innocence. Lentement, et insidieusement, le réalisateur installe son cadre en  présentant les personnages et leurs interactions. Les enfants jouent avec les sentiments de leurs parents (et avec les nerfs du public), en feignant parfaitement la parfaite innocence pour mieux attirer les adultes dans leurs pièges effroyables. On se surprend alors à souhaiter de tout notre cœur une mort sanglante à ces petits démons, en les voyant arborer des visages d’anges  face à leurs parents avant de repartir, ricanant, après les avoir blessés.
L’un des points forts du film repose sur le travail effectué sur le son qui met dès le départ le spectateur sous pression. En effet, dès le début du film, on entend les enfants hurler, crier, rire, la maison et la salle de ciné sont remplis de ces voix angéliques. Puis, au fur et mesure que le film se déroule, les effets sonores diminuent pour en arriver à un calme complet. Visuellement, c’est tout aussi remarquable : l’atmosphère enneigée au départ rassurante se dégrade au fur et à mesure du blanc au rouge. En exploitant cela, le réalisateur joue sur  la transmission toxique du mal, les préjugés de l’innocence et la vénération de l’état d’enfance par les adultes et s’en prend autant aux enfants qu’aux parents permissifs ; il met aussi en lumière les rivalités dans un groupe apparemment soudé par l’amitié.
Le cinéaste inscrit son film dans la culture très actuelle de l’enfant roi, ébauchant des relations familiales malades de l’incapacité des adultes à tenir leurs progénitures. Les adultes, à des kilomètres des modèles d’autorité et d’éducation, luttent pour le maintien de l’ordre et laissent éclater au grand jour leurs failles face à une situation dont ils n’ont plus du tout la maîtrise. Bloquée entre des parents déboussolés et une troupe d’enfants maléfique,  Casey, une ado rebelle, paraît pourtant être la plus saine d’esprit et la plus à même d’enrayer le carnage.

5 commentaires »

  1. Anticherry 25 mai 2010 at 19:06 -

    J’ai été très déçue par ce film. L’intrigue est très mal amenée et manque d’explications claires, le suspense est inexistant malgré les tentatives du réalisateur de nous mettre dans l’ambiance, au moyen de plans qui tirent en longueur et qui manquent cruellement d’originalité. De plus, les réactions des protagonistes ne sont absolument pas crédibles, compte tenu de la situation dans laquelle ils sont censés se trouver. Bref, je me suis vraiment ennuyée et déconseille vivement ce film.

  2. NuR 30 juin 2010 at 17:00 -

    Je suis tout à fait d’accord avec l’avis d’Antycherry, ce film semble très trash avec les moyens que vous dites ingenieux utilisés par les enfants.
    Mais le film est très court : 1h25, et l’histoire n’arrive que très tard, après presque 1 heure de visionnage. Puis dès que la réelle action commence, le film se termine.
    Les personnages sont aussi très peu réalistes, ils se laissent totalement faire par la cruauté des enfants, cruauté dont l’origine n’est d’ailleurs que très peu et très mal expliqué dans le film.
    Ce film est donc totalement nul et je le déconseille très vivement

  3. Salem 5 septembre 2010 at 04:12 -

    Ce film n’est pas censé être une sorte de remake du nanar de la Trauma : « Beware, Children at play » (titre français : « Attention ! Enfants ») ?

  4. QueenOrca 8 juillet 2011 at 01:37 -

    J »ai trouvé ce film intéressant dans l’absolu car gros potentiel, mais les situations sont tellement mal gérées !!!
    totalement incrédible cet engourdissement parental …!
    Des baffes aux parents, voilà ce qui me passait parla tête …. finalement ils méritent leur sort ;-)
    ( La scène de la luge tueuse est quand même assez efficace )
    Il ne manque pas grand chose à ce film finalement. Je l’ai revu, pour être sure, je ne change pas d’avis.
    Mais je l’ai quand même revu ^^

  5. angelique 6 juillet 2013 at 12:33 -

    Ce film est nul ma soeur de 14 ans et moi 17 ans on la regarder et je n’ai pas eu peur les deux moments bien etant la luge et lorsque la fille de 4 ans aide son frere a tuer sa mere en lui enfoncant un crayon dans loeil puis quand il arrache la boucle doreille en y laissant un morceau x) ou le pere qui es enterrer sous la neige plein de sang et qui continue a bouger mais sa grande fille ne fais rien.. la fin es trop compliquer a imaginer ^^’

Laisser une réponse »

Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.