The Collector

alexa1235 26 avril 2010 Bonnes surprises, Critiques, Direct to Dvd 16

 

The Collector

Fut un temps, je pensais que les films sortant directement en DVD et ne bénéficiant pas d’une sortie cinéma avaient une bonne raison d’être mis de côté. Sous-entendu : « ah bah s’il n’a pas eu l’honneur d’une sortie cinéma, c’est qu’il est sûrement pas si bien que ça ». Un peu comme une comédie familiale américaine des années 90 avec un chien par exemple (il peut aussi parler, le chien). Aucun titre en tête, mais les années 90 fourmillent de comédies avec des familles rencontrant un animal / truc étrange qui change leur vie, pour le meilleur des lol. Je le sais, j’ai grandi avec ça.

Je n’ai jamais dit être normal.

Enfin, revenons à nos moutons. Je pensais à injuste titre que les sorties DVD contenaient des films pas tip-top, mais c’était me tromper. Ces dernières années, beaucoup d’excellentes surprises se sont retrouvées être des Direct To Dvd. Je ne vais pas citer de noms, je n’ai plus ma collection DVD sous les yeux, elle est à mon tout vieux appartement de Strasbourg.

Tout ça pour dire que parmi les bonnes surprises que l’on peut trouver dans les Direct To DVD, The Collector en est une. (PAN, WORST INTRO EVER).

Je ne sais pas si j’aurais essayé de voir The Collector aussi rapidement si je ne connaissais pas son pitch salivant : un homme se rend dans une maison inoccupée afin de la cambrioler. Mais une fois dedans, il va se rendre compte qu’un serial killer a déjà investi les lieux, posé de multiples pièges mortels et pris en otage la famille y habitant. Deux options : partir et faire sa chochotte ou tenter d’être un homme qui a au moins 1/100e  des couilles de Chuck Norris en essayant de sauver tout ce petit monde tout en jouant à cache-cache.

Original ? On aurait pu avoir peur connaissant le pitch et la personne derrière tout ça : Marcus Dunstan, scénariste des troisFeast, mais surtout des Saw 4 à 7 (and maybe more). Un serial killer, des pièges, le réalisateur écrit pour Saw ? OH MAIS CA SENT PAS LE DEJA VU PAR HASARD ?

Bah non \o/ Enfin pas trop.

Déjà, le film est un peu un huis clos à grande échelle : tout le film ou presque se passe dans la maison. Contrairement à un « Ils » où l’on avait l’impression d’un manoir et d’une unité de lieu un peu aléatoire, le film arrive à se tenir à sa petite maison, avec ses 7-8 salles en tout, et une cave. Brrr, la cave … Pendant plus d’une heure, on est baladé dans des pièces que l’on finit par bien connaître, mais qui gardent toujours un certain intérêt, par le biais de nouveaux pièges ou d’évènements spécifiques. Dans The Collector, la tension est constante, les moments de stress légions et l’ambiance glauque au rendez-vous.

Ouf, apparemment on a rien à craindre en fait : le tueur part en vacances !

Mais qui est le tueur ? Car après tout le film porte son nom. Bizarrement, on en sait pas grand chose : on connait un peu son modus operandi, on sait à quoi il ressemble, mais c’est bien tout. A vrai dire, à aucun moment du film on ne voit totalement son visage, constamment sous un masque, une volonté de le cacher pour montrer que le coeur du film ne réside pas dans un Saw-like, même si tortures et meurtres il y a ? Pourtant … Il ne parle pas, on ne connait pratiquement rien de lui, et malgré tout on le craint. Et s’il y a une chose de fondamentale dans les films avec serial killer, c’est de bien caractériser son tueur et lui donner une vraie présence à l’écran. Tout le monde connaît au moins de nom Jason et Michael Myers, par contre vous vous rappelez vraiment du tueur de Urban Legend par exemple ? Cahier des charges réussi donc pour Marcus Dunstan, chez qui le personnage de The Collector est une vraie menace pendant tout le film. Être dans la même pièce que lui, c’est le stress assuré.

Au vu de la fin ouverte (sur laquelle je vais revenir), il y a des possibilités de suite. Ce qui est un plus tant l’on se pose des questions sur le personnage : pourquoi fait-il tout ça ? Y’a t’il un sens ? Comment choisit-il ses victimes ? Pourquoi voit-on pas mal d’insectes en sa présence ? Pourquoi y’a t’il des bruits d’insecte en sa présence ? … Je parle du tueur, mais sachez que le « héros » n’est pas mis à l’écart pour autant. Loin des midinettes ou jeunes adolescents courageux que l’on retrouve dans ce genre de films, celui-ci est caractérisé avec plus ou moins de succès (je parlerais de l’intro pompeuse plus bas) et sort des clichés du genre. Le principal est que l’on se soucie de son sort, et c’est le cas.

Mais The Collector, c’est aussi ses pièges. Ceux-ci font partie des points positifs du film, le réalisateur ayant eu la bonne idée de s’éloigner du postulat « pièges super tordus de ouf qu’on sait pas trop comment on peut les construire sauf si on est ingénieur avec bac + 100″. Tous les pièges de la maison (une bonne dizaine) sont à la fois simples, ingénieux et vicieux. Je ne vais donner qu’un exemple pour ne pas gâcher le plaisir, mais il y a par exemple un chandelier blindé de couteaux qui attend simplement qu’un petit mécanisme (une porte qui s’ouvre je crois) pour tomber. Plusieurs pièges fonctionnent sur un principe similaire aux machines Rube Goldberg, en plus simple mais avec ce côté poulie que j’aime bien, ou à ce que l’on peut retrouver dans unIncredible Machines.

Alors bien sûr, comme pour Saw, il y a cette petite incohérence du « Mais comment il a trouvé le temps de mettre tout ça ? Personne s’est rendu compte de rien ? », mais on passe outre, on va pas se gâcher le film parce que certains pièges font un peu gros. Au niveau de la mise en scène, pas grand chose à redire non plus. Classique mais néanmoins efficace, celle-ci évite les scènes épileptiques comme on a malheureusement trop l’habitude de subir. Le réalisateur arrive même à placer quelques petits plans fort bien réussis, comme celui apparaissant au début du film, où le tueur et le cambrioleur sont face à face séparés par un mur. Il y a aussi la première fois où l’on voit la « tête » du Collector, filmée tellement floue qu’elle en est toute déformée et effrayante. Au niveau de la photo, là aussi c’est du déjà vu, notamment dans la cave où tout est vert fluo saturé avec des relents de Saw dans les couleurs, mais les nuits sont plutôt jolies.

Non, cette image n'est issue d'aucun des Saw

Enfin, un petit point sur le gore et la violence du filmThe Collector n’est pas avare sur les scènes violentes et dures. Accessoirement, le réalisateur doit avoir un problème avec les animaux … Le gore est présent dans le film, c’est clair, mais ce n’est jamais gratuit ou voyeur. Le gore est toujours justifié par le scénario, ce qui rend les quelques scènes (trois, à mon souvenir) encore plus dures à regarder, d’autant plus que l’ambiance lourde régnant sur le film n’aide pas à désamorcer toute cette tension. Pour résumer : c’est bien moins sanglant qu’un Saw, on y voit moins de choses (mais ça reste un petit plan rapide par ci par là quand même, ou un long plan horrible se coupant pile au pire moment), mais c’est plus difficile à supporter, le spectateur souffrant pas mal avec les personnages à l’écran (contrairement à un Saw où des fois on en a pas grand chose à cirer).

Le début du film s’avère assez poussif : pourquoi compliquer tellement les choses avec des histoires de nana qui a des dettes et de sous-mafia pour au final au venir au postulat « Bon, j’ai besoin de sous, je dois cambrioler une baraque » ? Si ce bout d’histoire avait vraiment décollé ou eu une réponse plus tard ou à la fin du film j’aurais pas été contre, mais là il s’avère que le film met 20 bonnes minutes à démarrer en partie à cause de cette histoire facultative.

La toute fin quant à elle semble vraiment facile, genre « Bon, allez, je vais faire une fin au film, on va faire un petit truc ouvert et un peu nonsensique, pas grave, le spectateur aura apprécié 99% ». Oui mais bon

Enfin, si je voulais faire mon chieur, je dirais que le troisième acte est globalement moins bon que le reste, tombant plus volontiers dans les « clichés » de ce genre de films, avec tueur surhumain et invincible ce genre de trucs (je ne pense pas trop spoiler en disant cela).

A part une fin moyenne et un début qui traîne un peu en longueur, The Collector est donc un excellent film bien pensé et stressant à acheter, même s’il n’est pas passé au cinéma :)

PS : Madeline Zima, la petite chaudasse de Californication et accessoirement un des enfants que gardait Fran dans Une Nounou d’Enfer (faites pas genre vous n’avez jamais vu cette série sur M6, je vous connais. Surtout toi dans le coin), joue un petit rôle dans le film, celui de la fille de la famille séquestrée. J’étais content de la revoir du coup \o/

Alors dit comme ça, on a rien à reprocher à The Collector :

  • une ambiance oppressante, glauque et malsaine,
  • une icônisation réussie du tueur
  • un pitch de base original
  • une unité de lieu parfaitement gérée

Mais en fait si, il y a quelques petits trucs à reprocher, notamment sur le début du film et sa fin.

16 commentaires »

  1. tyffanie 22 mai 2010 at 20:56 -

    salut je voulais te laissais un petit commentaire pour te remercier car ton site est vraiment génial et super bien detaillé. bisouxx ta fidele lectrice tyffanie.

  2. amateur2bonfilm 11 juin 2010 at 02:44 -

    ce film est terrible,je le conseil a tous les amateurs de saw, d’ailleur perso je préfere sa a saw… c’est du saw en revisité,franchement j’ai passé un bon moment devant le film

  3. Alexa 21 juin 2010 at 02:08 -

    OUF… Une chance que j’ai vu le film, car perso, la critique est bien trop longue pour que je me tape cette lecture…C’est quand même juste un film d’horreur, qui était pas si mal, ce n’est pas toute la série des Friday the 13th…

  4. Skeldron 29 juin 2010 at 11:55 -

    The Collector est un film sympathique. L’ambiance est pesante, les effets visuels sont travaillés (filtres de couleurs sur caméra, etc), mais je trouve qu’il y a plein de petits éléments perturbant.

    1) On retrouve toujours LE grand méchant, tout seul, qui tue tout le monde. Y’en a pas un qui est fouttu de lui casser sa gueule. Les survivants subissent tout le temps. Un grand sentiment de déjà vu, mais ça ne dérange pas. En tant qu’amateur d’horreur, on est habitués.

    2) On a du mal à saisir pendant un moment ce qu’essaye de faire le personnage principal. Un coup il descent au rez-de-chaussée, un coup il monte, on ne comprend pas trop.

    3) Ce deuxième point est probablement dû au fait que l’on a la sensation que le héros tourne en rond. L’espace où se déroule l’action est très réduit (juste le cadre de la maison) et 80% du film s’y passe. J’ai eu la sensation que l’on avait vite fait le tour.

    4) Le héros central obtient un révolver, mais il ne s’en sert pas. Pas de munition ? On ne comprend pas.

    5) La fin m’a déçu. Une happy end classique aurait été bienvenue. Le coup du psychopathe qui parvient à fouttre en l’air une ambulance TOUT SEUL ! et qui emmène le survivant avec lui… Voilà quoi…

    Pour conclure, j’ai apprécié ce film, mais il y a quelques point qui sont pour le moins troublant et qui mériteraient éclaircicement voire même parfois modification.

  5. Wolf1340 18 juillet 2010 at 15:27 -

    Ce film est relativement inepte de par son scénario. Comment le « psychopathe » arrive-t-il à installer tous ses pièges entre le moment où le héros quitte la maison après son travail et où il revient cambrioler? Où se trouvaient les habitants à ce moment là? Pourquoi n’y a-t-il aucun piège entre l’entrée de la maison et le coffre-fort dans le bureau? Et que collectionne ce triste personnage s’il amène la boîte précédente dans la maison? Et pourquoi ne pas kidnapper ses proies au lieu de les torturer sur place si ce n’est pour faire un film gore au final très décevant.

  6. MaGico 2 août 2010 at 14:56 -

    film au scénario décévant
    quel interet pour le psycopathe d’installer tous ces pièges dans la maison?
    pour empecher ses otages de s’enfuir ??
    pour empecher la police de penetrer dans la maison ??
    bof bof
    franchement très déçu

  7. Alexandre 3 août 2010 at 10:37 -

    « quel interet pour le psycopathe d’installer tous ces pièges dans la maison? »
    Bah, parce que c’est un psychopathe, non?

  8. geoffrey 29 octobre 2010 at 21:07 -

    bonjour a tous n’oublié pas que ces un film pour ceux qui ne l’on pas compris c est un collectionneur d’etre humain il dois les tester pour choisir sa proie parmi tant d’autre mais bon et pour repondre a wolf dans cette boite ce toruve un humain qui utilise comme appat et pour toi skeldron il est montrer au moment ou il sort le revolver du coffre qu’il n’y a pas de munition ;) et pour ses allez-retour en haut est en bas il voyage entre le coffre et la petite fille qu’il veux sauver :)

  9. Ubbo 4 novembre 2010 at 13:18 -

    Surpris également par ce film, je m’attendais à me regarder une merde sans nom et je dois dire que j’ai bien aimé, effectivement l’histoire de la dette, de la copine/ épouse (on sait pas vraiment) n’était pas indispensable, en tout cas pas traitée pendant si longtemps mais l’atmosphère n’est pas trop mal géré, la gestion du huis clos dans la maison n’est pas trop mal faite et le héros est assez convainquant, seul petit bémol:

    Au début quand le héros pénètre dans la maison, il joue au chat et à la souris avec le gros méchant SM, et ce qui surprend c’est que lui parvienne à l’entendre arriver et pas l’inverse, en fait on ne sait pas vraiment (à moins que j’ai raté un épisode) si le spychopathe a conscience qu’il y a quelqu’un de plus dans la maison ou non (vu que sa ligne de texte se résume à des gémissements), à moins qu’il ne se dise « vas y ballade toi, tu vas bien finir par te faire choper ».
    Attention petit spoiler:

    Scène amusante: quand il rentre dans la chambre sur laquelle a été déversé de l’acide en masse, je crois pas que ça soit si souvent utilisé que ça.

    Je serais sûrement tenté de voir le 2.

  10. Linou 19 décembre 2010 at 08:21 -

    J’ai regarde ce film , j’ai aime , j’ai eu des frissons … Mais j’ai pas compris pourquoi le jeune homme apres avoir sauve la fille n’a pas tout fait pour retourner a l’endroit par lequel il avait reussi a sortir !!! Il est plutot descendu …. bref peut etre pour perdurer le suspense …C’etait trop beau pour que ce soit vrai , il voit le visage du bandit et reste en vie a la fin , et tout tranquille … fallait bien qu’il se passe quelque chose lol …

  11. Darkhostile 18 janvier 2011 at 14:10 -

    Alors moi j’ai vu le film hier et c’est vrai que je n’ai plus le même regard insouciant depuis que j’ai fait mon école de cinéma, du coup j’ai été hyper déçu du film.
    C’est vrai qu’il y a une bonne tension tout le long du film et ça j’ai bien kiffé mais le scénario est vide.
    Tout est prétexte pour faire un film assez gore.
    Les pièges s’installent comme par magie et sans un bruit. Jveux bien, le cambrioleur est en stress mais faut pas déconner non plus.
    Et là la magie n’opère plus, on suit l’intrigue mais tout en étant détaché, car rien n’est crédible.
    Mais je dirais quand même qu’il est à voir histoire de car la tension est vraiment bonne et on a envie de savoir qui est cet homme.

    A voir et à oublier : )

  12. thomas 27 décembre 2011 at 00:13 -

    Il est super cool dès que je l’ai vu j’ai ……. ooouuuuaaaaooouuuhhhh!!!!!!!
    je veux des films comme ça
    il n’y en a plus beaucoup c temps si
    CONTINUEZ SVP Sylvain

  13. adorlee 18 décembre 2012 at 03:00 -

    Pour ceux qui se demandent comment le dingo à pu installer tous ces pièges en si peux de temps, la réponse est simple, du moins d’après ce que j’ai compris : le type travaillait dans la maison en tant qu’ouvrier (exterminateur), donc il avait un accès à la maison qui lui a permis durant la journée ou les jours précédents de mettre en place l’essentiel de ses pièges, n’attendant que le dernier moment pour les finaliser. Enfin, c’est ce que j’avais compris. Quant au pourquoi des pièges, et bien ça semble pourtant évident, le type est un sadique qui aime faire souffrir, énormément. C’est comme ça qu’il prend sont pied, visiblement. Par ailleurs, l’arme à feu était inutilisable car pas de munition, à savoir si le psychopathe lui-même les avaient cachés. Et puis le coffre avec la personne dedans, la encore, une part de son rituel de taré. Faut pas chercher à rationaliser un personnage de psychopathe avec un raisonnement de personne sensé. Ah oui, et puis, pour le pourquoi le personnage du voleur arrive aussi loin quand il rentre dans la maison, je pense que c’est le même principe qu’avec l’arrivée de la fille, le tueur leur facilite le passage pour mieux les piéger par la suite.

  14. Besson 3 janvier 2014 at 03:32 -

    très bon film mais évitez par pitié sa suite qui est indigeste et raccoleuse. Note : 3,5/5

  15. Sandra 9 février 2014 at 22:14 -

    Bonjour , sa fait des jours et des jours que je cherche un film d’horreur qu’il est passé a la télé il y’a 1 ans ou 2 .
    Sa parle d’une famille ou je sais plus trop quoi .
    La maison est piéger de partout , comme sa quand quelqu’un essaye de rentrer , il meurt .
    Il y’a un garcon que le tueur sait pas qu’il est dans la maison est il evite tout les passages , les piéges et aident a sauver les personnes .
    Et y’a même a moment il a une femme qui est dans la douche et le garcon demande de crier pour aller sauver son fils , elle crie et le tueur veut lui couper la langue mais il l’a coupe pas , il l’a cout ou je sais plus trop quoi
    Et je sais qu’a la fin il a sauver une fille je crois et il s’en vont dans l’ambulance mais le tueur fait un accident et il embarque le garçon
    Merci d’avance!!

  16. Kaderaf 19 août 2014 at 14:22 -

    Marcus Dunstan n’est scénariste que des 2 premiers Feast, pas du 3ème pour la petite erreur. Bonne critique du film.

Laisser une réponse »