[Critique] La Mouche

Emmanuelle Ignacchiti 10 novembre 2010 Critiques, Grands classiques 11

Seth Brundle, brillant physicien qui a décidé de travailler à son compte, met au point une invention qui va révolutionner le monde : il s’agit de la téléportation, qui permet de téléporter quasi-instantanément un objet vivant ou inanimé d’un télépode à l’autre. Mais lorsqu’il décide de tester lui-même le fruit de six longues années de travail acharné, une mouche se glisse malencontreusement dans son télépode. Son ADN et celui de la mouche vont alors fusionner, et Brundle va progressivement changer d’apparence et de comportement…

Tiré de la nouvelle The Fly de George Langelaan, La Mouche de David Cronenberg (Chromosome 3, Scanners, eXistenZ) est également le remake de La Mouche Noire réalisée en 1958 par Kurt Neumann. Ce film eut un tel succès critique qu’il fait aujourd’hui partie des films cultes du cinéma fantastique, de même que l’une des meilleures œuvres de la filmographie de Cronenberg. Et pour cause, il s’agit là d’un chef-d’œuvre absolu qui est parvenu à atteindre des summums de perfection sur tous les points, sans fausse note, et qui nous conte l’histoire tragique d’un être dont l’intelligence supérieure fut la cause de sa lente déchéance…

99025e-image-de-La-Mouche-3961

Le scénario de La Mouche rédigé par Charles Edward Pogue et David Cronenberg lui-même, d’après l’œuvre originale de George Langelaan, est tout simplement brillant. Ingénieux, très riche et ne souffrant d’aucune longueur, il se déploie harmonieusement au rythme de la narration dont le réalisateur de Dead Zone a la totale maîtrise. De fait, l’on ne voit pas le temps passer tant l’intrigue est prenante et le sentiment identificatoire important du début à la fin du film. Les échanges de dialogues entre les deux protagonistes principaux sont impressionnants de crédibilité (peut-être parce que les deux amoureux à l’écran l’étaient aussi dans la vie à cette époque…) et parfois même vraiment drôles ; surtout les longs monologues illuminés de Seth Brundle, magistralement interprété par l’acteur Jeff Goldblum (Jurassic Park, Independence Day, Le Monde Perdu) qui nous livre ici sa meilleure performance. En effet, ce dernier semble s’être entièrement imprégné de son personnage fragile mû par un amour incommensurable pour la science et dont la candeur touchante au début du film va peu à peu se transformer en violence intérieure que sa métamorphose physique exprimera sous sa forme la plus brute.

36398-la-mouche-_-christophel-1

Et c’est précisément là que La Mouche fait montre d’un talent à la hauteur de sa réputation, de par sa représentation très personnelle de la dégradation physiologique et psychologique, progressive mais inexorable, de Seth Brundle, alias « Brundle-Mouche ». L’irréversibilité de cette singulière mutation a largement de quoi susciter un sentiment d’épouvante pure dans le cœur de tout un chacun, inévitablement pris dans l’engrenage empathique qui s’élabore dès les premières minutes du film. Et Cronenberg de prendre vraisemblablement un plaisir sadique à jouer avec nos sentiments les plus primaires sans concession aucune par le biais de scènes à la portée dramatique véritablement éprouvante. Les changements de registres sont multiples et savamment dosés afin de ne créer aucune discordance : tantôt drôle, tantôt bouleversant, tantôt effrayant, La Mouche s’appuie sur tous les codes du genre sans pour autant se disperser. La scène finale, quant à elle, constitue une sorte d’apothéose à cette histoire d’une noirceur inégalable et s’apparente à un uppercut en pleine poire qui fait mal autant qu’il éblouit par le génie dont il fait preuve. Ce paradoxe est valable tout au long du film car l’on a sans cesse l’impression d’être pris entre deux feux dans la toile de nos émotions incontrôlées. Ainsi, l’on balance avec incertitude entre un sentiment sincère de pitié pour ce qui arrive au brave physicien, car on s’y est malgré tout identifié, et un instinct de rejet qui permet de se distancier de l’évolution effective de cette horreur sans nom.

Les effets spéciaux de Chris Walas, qui porta à l’écran La Mouche 2 trois années plus tard, sont absolument remarquables et comportent l’avantage de ne pas avoir vieilli en plus de vingt ans. Le processus de changement du corps humain en corps d’insecte humanoïde se fait à nos yeux tout naturellement, tant l’apparence de plus en plus monstrueuse de Seth Brundle est bien pensée et semble s’approcher de ce qui se produirait dans la réalité si une fusion d’ADN semblable avait lieu. Les cinq heures de maquillage qu’a du subir Jeff Goldblum s’avèrent au final tellement efficaces et convaincantes que certaines scènes, notamment la lente décomposition charnelle de Brundle, sont absolument répugnantes et ne manqueront pas de soulever le cœur des plus sensibles spectateurs. Ce qui prouve, encore une fois, que maquillage et animatronic valent bien mieux que les meilleurs CGI du monde.

En définitive, La Mouche est une œuvre fondamentalement désespérée qui fait appel à nos émotions viscérales les plus intimes pour considérer le destin martyr d’un homme détruit par sa soif de connaissance. Douloureux mais fascinant, La Mouche restera à jamais l’un des meilleurs films du cinéma fantastique. Un chef-d’œuvre inoubliable que je conseille à quiconque n’aurait pas encore eu l’occasion de le voir.

Par Emmanuelle Ignacchiti

Articles similaires

11 commentaires »

  1. Lisa 11 novembre 2010 at 04:34 -

    Et bien voilà une critique qui m’a tout de suite donné envie de revoir le film :)

    Merci.

  2. Emmanuelle Ignacchiti 11 novembre 2010 at 11:46 -

    De rien, ça me fait plaisir ! :)
    Ce film est vraiment génial…

  3. Sébastien 14 novembre 2010 at 23:19 -

    Très bonne critique, qui me donne évidemment encore plus envie de voir ce film. Ce qui ne saurait tarder…

  4. Emmanuelle Ignacchiti 15 novembre 2010 at 14:01 -

    Merci Sébastien, tu vas te régaler c’est sûr ! ! :)

  5. raphael 15 novembre 2010 at 20:57 -

    se n’est pas pour parler de se film que j’ecrit mais pour dire a la personne qui tien se site que son travail est magnifik bien monter bref jadore se site tu fait du bon travail continu c parfait

  6. alexa1235 15 novembre 2010 at 22:00 -

    Très bonne critique oui, et merci Raphael !

  7. Emmanuelle Ignacchiti 15 novembre 2010 at 22:03 -

    Merci beaucoup à tous les deux ! ! :)

  8. vivi 2 décembre 2010 at 16:40 -

    super bon film d’horreur ! :) interdit-12 ans.

  9. JurassikPark 25 avril 2011 at 12:34 -

    Je ne l’ai jamais vue celui la ! D’après les comentaire il a l’air bien ! J’aimerais bien le regarder !

  10. Emmanuelle Ignacchiti 26 avril 2011 at 11:34 -

    @ Jurassic Park : Franchement tu peux y aller les yeux fermés ! Ce film est plus qu’une valeur sûre !!! ;)

  11. Besson 3 janvier 2014 at 03:06 -

    La mouche est un grand classique du cinéma fantastique depuis sa sortie en 1987. David cronenberg n’a rien perdu de sa fougue des années 70. Revoir rage, frissons, chromosome 3, scanner et dead zone est toujours un bonheur. Note : 5/5

Laisser une réponse »

Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.