[Critique] Antisocial (Cody Calahan, 2013)

Alexandre 13 janvier 2014 Bonnes surprises, Critiques 2

 

.

Facebook. Tout le monde connecté à tout le monde. Quoi de mieux pour infecter la planète entière et transformer ses amis virtuels en machines à tuer une fois trouvé le mal suffisamment viral ? Petit film d’horreur indie globalement réussi malgré son modeste budget, Antisocial se voit comme une variation sur le thème du film de zombies (tendance infectés bien vénères) matinée d’une réflexion sur notre dépendance aux nouvelles technologies et aux réseaux sociaux. Pour ne rien gâcher, le film part même parfois dans des délires organiques inattendus dans la veine d’un Cronenberg.

La meilleure scène voit deux blogeuses mode s’écharper en direct…

Les réseaux sociaux, le réalisateur et scénariste canadien Cody Calahan n’a pas l’air de trop les aimer. Son personnage principal, Sam (Michelle Mylett) est une jeune étudiante qui vient tout juste de se faire plaquer via chat vidéo sur Social Redroom, le réseau par lequel tout va bientôt déraper. Déprimée, la jeune fille part quand même rejoindre 5 amis pour fêter le nouvel an. Une fois les infectés envahissant les rues, la petite fête se transforme vite en huit-clos parano tournant autour d’une seule question : qui sera la prochaine victime ?

Petite production sympathique et bardée d’idées plus ou moins originales, le plaisir est amoindri par une facture globale très télévisuelle. Un sentiment renforcé par un étalonnage forçant un peu uniformément dans les bleus, verts et rouge tout le long du film.  On regrettera également que la bande-son soit aussi standard, le peu d’intérêt du réalisateur pour ses effets sonores est tel que les grognements des infectés, très mal mixés, semblent avoir été acheté sur Internet dans une mauvaise compression. Enfin, c’est toujours mieux qu’un film Asylum ou amateur mais on regrette une mise en scène peu inspirée et impersonnelle. Les scènes d’attaques d’infectés sont peu nombreuses, vite expédiés et souvent déjà vus dans 95% de la production de films de zombies. Seules les quelques visions perturbants les protagonistes sortent du lot et offrent un contrepoint surréaliste bienvenu à des séquences quand même bien convenues…

On aura vu mieux côté ambiance de réveillon…

Pour le reste, l’action ne sortant pas de la maison, l’utilisation de vidéos YouTube, chats ou posts sur les réseaux sociaux dynamisent habilement – en dévoilant l’évolution mondiale de l’épidémie - une intrigue qui, sans ça, tournerait un peu en rond. Les enjeux et la caractérisation des personnages tels que présentés dès le début ne vont ainsi que très peu évoluer, le scénario embrayant un peu paresseusement en guise de final sur ce vieux clichés de la « meuf fragile devenant subitement badass dans la dernière bobine » assorti de cette vieille ficelle scénaristique qu’est la grossesse pour créer une empathie un peu artificielle.

Antisocial reste une bonne surprise, confirmant un renouveau d’un certains cinéma de genre canadien, mais on espérait quand même un peu plus du scénario qui recopie finalement peu ou prou le bouquin Cellular de Stephen King ainsi que les films Pontypool et The Signal pour un résultat beaucoup moins intriguant et intéressant cinématographiquement parlant. Pourtant, les quelques indices de départ laissant présager une réflexion sur les conséquences du cyber-bullying étaient prometteuses et autrement plus intéressantes que la véritable cause de l’infection. Quitte à développer finalement si peu la réflexion sur ce thème, autant y aller un peu plus franco côté rebondissements.

Aucune date de sortie française, salle ou DVD, n’est encore prévue.

Critique par Alex B

TRAILER

2 commentaires »

  1. Jennifer 14 janvier 2014 at 12:04 -

    Ce film sort quand au cine en France ? :)

  2. Alexandre 14 janvier 2014 at 12:05 -

    Il n’y a malheureusement pas encore de date de sortie française…

Laisser une réponse »

Notifiez-moi les commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.