American Mary (2012)

1 h 31 min | Horreur, Thriller | 31 mai 2012
Note
6/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (4 votes, moyenne 9,50 sur 10)
Loading...
Désabusée par une profession qu’elle admirait et à court d’argent, Mary Mason, une étudiante en médecine, se retrouve plongée malgré elle dans le monde de la chirurgie clandestine et de la modification corporelle.

Réalisé par les sœurs Soska (Dead Hookers In A Trunk), American Mary a pour premier mérite de redonner enfin un rôle à la mesure de Katharine Isabelle. Remarquée en teenage werewolf sexy dans la série des Ginger Snaps, elle était depuis quelque peu portée disparue, apparaissant de séries en films télé, avant de revenir aujourd’hui sur le devant de la scène en jeune étudiante en chirurgie, aussi charismatique qu’inquiétante.

american mary critique

Premier pas pour Mary dans l’illégalité

La Mary du titre c’est donc elle. Un personnage appâté par le gain et la notoriété underground, et bientôt lancé dans des opérations de  modification corporelle « extrême » mais lucrative. Une fois franchie la ligne de la légalité – Mary opérant clandestinement et sans diplôme – le film déroule un univers étrange et nocturne, le personnage principal devenant un artiste aux multiples fans et entouré de personnages secondaires oscillant entre le mec louche et la « freak » totale. Contrairement à ce qu’on aurait pu attendre, c’est finalement le milieu de la chirurgie « traditionnelle », présenté ici comme peuplé de vieux vicelards se prenant pour des dieux, qui va bientôt lui faire perdre pied.

american mary critique

Quand les réalisatrices passent sur le billard de leur création

Car le film joue sur les apparences, dans un univers où le reste ne semble plus avoir d’importance. Une ambiguïté entretenue toujours un peu plus par les agissements d’un personnage principal pouvant passer du statut de victime à celui d’héroïne féministe ou de tortionnaire psychopathe en l’espace de quelques plans. On peut penser au May de Lucky Mc Kee dans cette façon de présenter un personnage féminin en crise et aussi attachant que terrifiant dans sa psychose. De quoi alimenter le trouble chez le spectateur en plus d’attiser un brûlot bien senti sur la bien-pensance américaine, l’oppression de la norme, la violence subie par les différences et les conséquences d’une culture menée par l’appât du gain.

american mary critique

Beatress : une entrée pour la starification underground

La déception, relative si l’on tient compte de l’excellence globale, vient ici plutôt d’une trame qui, nous bousculant du rape and revenge au torture porn, en passant par l’horreur psychologique bien sentie et l’évolution réussie et très atypique d’un personnage de plus en plus ambiguë, se conclue sur un rebondissement très pauvrement et trop rapidement amené et aucunement à la mesure de ce qui précède. En gros, la réalité rattrape une Mary qui semblait jusque là évoluer dans un univers parallèle. Ce décrochage et retour à un quotidien qui n’accepte pas ces « freaks » qui peuplaient jusque là sans crainte le film, parait par effet de contraste un peu trop en demi-teinte. Malgré ses indéniables qualités, American Mary déçoit donc un petit peu par son incapacité à transformer une partie de ses enjeux les plus prometteurs.

american mary critique

Mary immortalise une dernière oeuvre exécutée dans la douleur…

Malgré cela, envoûtant et trash, drôle et tragique, le film des sœurs Soska – qui font d’ailleurs un tour sur le billard de l’American Mary – jonglent habilement avec les émotions du spectateur. Ajoutez à cela une réalisation inspirée et des interprétations au niveau et vous arrivez à l’un des films de genre à ne pas louper cette année.

Critique par Alex B


TRAILER :

BONUS 1 : un gif sympatique…

american mary critique

BONUS 2 : Quelques visuels alternatifs…

Aucun commentaire

  1. je viens de voir ce film et vraiment, c’est un petit chef d’oeuvre de cruauté. l’actrice principale est magnifique et joue remarquablement bien. certaines scènes sont assez dures et c’est vrai qu’il y a une ressemblance avec le génial may notamment, le choc psychologique que va subir notre héroïne et qui va la faire descendre dans une spirale meurtrière très ésthetique 🙂 la fin très sanglante me fait penser aussi à chair pour frankenstein. il est dommage cependant d’attendre trois ans pour découvrir cette petite perle (le film datant de 2012). note : 4,5/5

Laisser un commentaire

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content