Au-delà (2010)

  • Titre original: Hereafter
  • 2 h 08 min | Drame, Fantastique | 15 octobre 2010
    Note
    2/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (1 votes, moyenne 6,00 sur 10)
    Loading...
    Au-delà est l'histoire de trois personnages hantés par la mort et les interrogations qu'elle soulève. George est un Américain d'origine modeste, affecté d'un "don" de voyance qui pèse sur lui comme une malédiction. Marie, journaliste française, est confrontée à une expérience de mort imminente, et en a été durablement bouleversée. Et quand Marcus, un jeune garçon de Londres, perd l'être qui lui était le plus cher et le plus indispensable, il se met désespérément en quête de réponses à ses interrogations. George, Marie et Marcus sont guidés par le même besoin de savoir, la même quête. Leurs destinées vont finir par se croiser pour tenter de répondre au mystère de l'Au-delà.

    Quand Clint Eastwood s’essaie au cinéma fantastique, on ne peut être qu’impatients de voir le résultat. En effet, le réalisateur affectionnait jusqu’à présent les films d’inspiration historique ou très réalistes qui laissaient peu de place à l’imagination. En ayant choisi La mort comme sujet principal de son film, Clint avait par la même pris le postulat de l’émotion puisqu’il allait raconter les histoires de personnages ayant des difficultés face aux disparations de certains de leurs êtres chers.. Et c’est sur ce sujet de l’émotion que le film commence par rater le coche. Eastwood réussit le pari très osé de laisser le spectateur froid face avec un sujet pourtant porteur. La faute à de gros sabots scénaristiques ayant comme unique but de faire pleurer dans les chaumières. Et le pire, c’est que ça rate ! Trop « d’émotion » tue « l’émotion » et on se retrouve face à ses personnages qui sont censés vivre le pire drame de leur vie, et on ne ressent rien, à part de la lassitude et une fatigue qui s’accumule au fur et à mesure que le film avance.

    Image du film "Au-delà"

    © 2010 Amblin Entertainment − Tous droits réservés.

    Les volontés pourtant honorables du réalisateur de poser la question de la vie après la mort ne rencontrent pas la moindre seconde le spectateur, à cause de procédés de flashs très discutables et d’une morale peut être un peu trop manichéenne. C’est plus dans la manière que le film agace que sur le fond qui pourra émouvoir quelques spectateurs en mal d’émotions fortes qui sauront passer au delà de l’aspect Shyamalan des mauvais jours. On aurait pu penser qu’opter pour le film choral en traitant parrallèlement ces 3 histoires aurait pu amener un rythme quelquonque mais ce n’est pas le cas, on en arrive à se dire que c’est une mode de plus à laquelle Eastwood a cèdé afin de donner de la valeur ajoutée à son pitch de départ.

    Les acteurs, Matt Damon en tête, sont comme perdus au milieu de ce florilège de fausses émotions auxquelles eux-mêmes ne semblent pas croire. L’idée d’avoir pris Cécile de France pour interpréter une journaliste française ( inatendu hein ? ) est une des plus mauvaises que Clint n’aie jamais eues. Elle prouve une fois de plus que sa piètre palette d’émotions et son visage mono-expressif contribuent à ne pas la ranger dans la catégorie des actrices de qualité. Son personnage est mal construit, tellement superficiel et faux qu’on passe ainsi à côté d’un moins un tiers du film. Et que dire de la scène du début montrant le Tsunami d’Indonésie comme une production Asylum aurait pu le faire..

    Image du film "Au-delà"

    © 2010 Amblin Entertainment − Tous droits réservés.

    Pour ce qui est de l’histoire du petit garçon se situant à Londres, elle ne sauve rien : là encore, les deux jumeaux sont certes mignons tout plein mais les deux personnages ne sont pas suffisamment étoffés pour qu’on arrive à ressentir l’absence telle que l’on devrait. Le 3ème personnage, Matt Damon, qui interprète un voyant très peu inspiré, n’arrange pas le film. Même si il reste le plus crédible du métrage, il nous joue un homme penaud, parfois idiot, empoté et finalement tête à claques.

    Au Delà est un film vain, indéfiniement creux et d’une longueur intuile, ressemblant à un roman de Marc Levy et flirtant parfois avec le pire du cinéma ( comédie romantique, film catastrophe .. ). Avec le recul, il semblerait que, avec ce film, Eastwood se soit offert le luxe de mettre sur grand écran ses espoirs et ses peurs, celles qu’un homme qui vieilli et qui se demande ce qui se passe après la mort..

    Laisser un commentaire

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content