Godzilla (2014)

Note
6/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (1 votes, moyenne 6,00 sur 10)
Loading...
Le physicien nucléaire Joseph Brody enquête sur de mystérieux phénomènes qui ont lieu au Japon, quinze ans après un incident qui a irradié la région de Tokyo et déchiré sa propre famille. Refusant de s’en tenir à la version officielle qui évoque un tremblement de terre, le scientifique revient sur les lieux du drame accompagné par son fils Ford, soldat dans la Navy. Ils découvrent que les incidents ne sont pas liés à une catastrophe naturelle, mais à une créature marine gigantesque dont l'existence a été dissimulée depuis les années 1950 et les essais nucléaires dans le Pacifique.

Le monstre le plus célèbre du cinéma revient en 2014 sous la houlette d’un réalisateur pourtant assez peu expérimenté puisqu’il s’agit de son second film. Mais Warner a su faire le pari de confier à Gareth Edwards un de ses plus gros objectifs de cette année, et quand on voit le film, on ne peut que saluer ce parti pris. Il y a 15 ans, Roland Emmerich sortait son Godzilla, un film conspué par les fans de la grosse bestiole qu’ils ne trouvaient pas assez ressemblante à celle qu’ils connaissaient. C’est vrai qu’on avait plus l’impression d’avoir affaire à un T-rex échappé de Jurassic park mais on peut reconnaitre à cette version son efficacité indéniable (souvenez-vous )

tumblr_mdk5vzIhq11qmjombo1_500

Quand on connaît l’histoire de Godzilla, son symbolisme et sa mythologie, c’est vrai que le film de 1998 peut paraître insipide par rapport au monument auquel il s’attaque. Car ce n’est pas qu’un gros méchant qui attaque une ville, c’est bien plus. Mais c’est tout ce qu’était Godzilla dans le film de Emmerich : un monstre. Néanmoins, le long métrage reste un gros plaisir coupable des années 90 comme l’est Independance Day ou Volcano, un film peu subtil mais hyper divertissant.

Chez Gareth Edwards, on est dans un autre style : plus sérieux et plus réaliste. Godzilla en version 2014 revient à ses origines japonaises : on sent le gros effort du réalisateur et des scénaristes pour attacher cette nouvelle version aux premiers films de la Toho. D’abord, il retrouve son contexte historique grâce à la forte présente du sous-texte nucléaire.

tumblr_n1yts7E4d31s2wio8o4_500

Ici, le géant n’est plus monstrueux : le réalisateur lui a insufflé une « âme » grâce à un statut métaphorique de la puissance de la nature face à l’homme ( comme dans les films originaux ). Edwards est friand à l’idée de donner des caractéristiques humaines à ses créatures ( remember le très moyen Monsters ) jusqu’à leur faire ressentir de l’amour. Comme dans son film précédent, il choisit de mélanger la toile de fond fantastique avec un vernis romantico-sentimental qui ne plait pas à tout le monde. Par contre, les personnages principaux sont attachants et bien écrits, on voit que le casting a été méticuleux. Mention Spéciale à Aaron Taylor-Johnson et Elisabeth Olsen dans une moindre mesure ( cantonnée au rôle de mère de famille lambda ) qui sans forcer sont crédibles et émouvants dans leur interprétation de cette famille perdue au milieu d’un combat qu’ils ne comprennent pas.

tumblr_n31yitVaK21s1ayqao1_400

Les rôles secondaires sont un peu moins satisfaisants notamment Juliette Binoche et Bryan Cranston qui sont fades à souhait. Mais à trop vouloir se centrer sur le point de vue de l’humain ( très important, on le comprend ), le réalisateur met presque de côté les monstres qu’on ne voit pas autant que l’on voudrait. Heureusement, l’affrontement final nous ôte cette frustration et nous en donne  pour notre argent. Car maintenant qu’il a beaucoup plus de moyens, Edwards peut enfin filmer les monstres comme il le souhaite et laisser libre court à son imagination débordante, ce qu’il n’avait pas pu faire avec Monsters. Chaque apparition est tout simplement dantesque et le monstre, par sa taille et son look plus que réussi, impressionne à chaque seconde.

tumblr_n4kzpraShP1qcga5ro1_500

Les fans seront satisfaits : notre gros ami retrouve son apparence qui l’a fait connaître. Certaines scènes sont sublimes, comme par exemple, celle de l’assaut des parachutistes sur la bête. Mais le scénario trop « américain » nous refroidit souvent alors qu’on était prêts à se livrer corps et âme à Godzilla. Edwards ne signe donc pas le blockbuster parfait, cherchant à mélanger des genres en ne faisant que les superposer. Pourtant, l’aspect post apocalyptique est bien jouissif et les frissons sont au rendez-vous. Un résultat assez mitigé donc.

Aucun commentaire

  1. Godzilla du novice réalisateur gareth edwards se tire de pièges avec beaucoup de respect en rendant hommage à la lettre au film d’iroshino honda, le péril atomique et ces retombés néfastes créant des monstres géants se vengeant sur l’armée qui elle protège tant bien que mal, les citoyens. Le scénario est agréable, les acteurs moins à l’aise s’en tirent honnorablements, et certaines scènes d’actions nous resterons longtemps en mémoire. la fin nous laisse présager peut être une suite. Note : 4/5

  2. Se film ne m’a pas vraiment captivité mais les scenes d’actions etait tres bien fait.

  3. rectificatif : ishiro honda

Laisser un commentaire

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content