It Follows (2014)

1 h 40 min | Horreur, Mystère, Thriller | 17 mai 2014
Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (12 votes, moyenne 7,08 sur 10)
Loading...
Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d'étranges visions et l'inextricable impression que quelqu'un, ou quelque chose, la suit. Abasourdis, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à la menace qui semble les rattraper...

Pour Jay, 19 ans, l’arrivée de l’automne annonçait une saison d’école, de garçons et de weekends au bord du lac. Mais après une expérience sexuelle apparemment anodine, elle se retrouve confrontée à d’étranges visions et l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit. Face à cette malédiction, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire aux horreurs qui ne semblent jamais loin derrière.

Pour son second film, le réalisateur s’est inspiré d’un cauchemar de son enfance : il y a trouvé une idée monstrueusement efficace, celle d’une malédiction, sexuellement transmissible, qui se manifeste sous la forme d’un personnage qui peut prendre différents aspects mais que seul celui qui est porteur de la malédiction peut voir (il reste invisible aux autres) et auquel il devra échapper sinon, il mourra.

Ayant été projeté en premier lieu à Deauville, It Follows est devenu LE film dont tout le monde parle depuis la rentrée 2014, le film qui doit révolutionner le genre. Logiquement, il est devenu l’une des œuvres horrifiques les plus attendues de l’année, et on ne boudera pas notre plaisir de le voir sélectionné au festival de Gérardmer ainsi que de le voir sortir au cinéma le 4 février prochain. Pour une fois la France a tout compris au buzz mondial suscité par It Follow et s’en est emparé.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la réputation du film n’est pas volée, tant il propose une originalité étonnante et rafraîchissante. Pourtant, le sujet ne nous est pas étranger : les adolescents et leurs familles nous rappellent les héros de Halloween ou de Nightmare On Elm street. Ces jeunes sont tout aussi perdus que ceux de Haddonfield : livrés à eux mêmes dans un monde où les parents et les adultes démissionnaires ont abandonné toute responsabilité. Un peu perdue entre cette âpre réalité et un idéal qui la fait toujours rêver, notre héroïne, un peu naïve (elles le sont toutes) est également questionnée par la sexualité, par l’Autre même.
Face à cette histoire, on pourrait y voir une morale plus que douteuse qui aviserait les jeunes de ne pas s’adonner aux plaisirs de la chair, une thématique que les américains affectionnent. Mais c’est oublier la culpabilité ressentie par l’héroïne, on peut donc penser que cela va plus loin dans la critique de la société moderne, pourquoi le jeune se retrouve-t-il le plus souvent poursuivi par sa mère ou par son père ? Que signifie cette « mise à mort » comme rencontre du tabou ultime des sociétés occidentales ?

Et c’est bien ce dont il s’agit dans It Follows, de la quête d’identité des jeunes américains et des adolescents en général. A l’image de ces héros, on a un sentiment de solitude extrême devant ce métrage, celle-ci est encore plus renforcée par les paysages magnifiés de la banlieue de Détroit : des rues pavillonnaires interminables, des plages immenses, un ciel gris menaçant, des quartiers abandonnés. Entre film d’auteur et film d’horreur, It Follows est un savoureux mélange des deux, qui combine un sous-texte passionnant avec de vrais instants de terreur, et un suspense vraiment réussi.

Dommage que le final ne soit pas à la hauteur du reste, le réalisateur préférant dépeindre avant tout un contexte plutôt que de livrer les clés pour comprendre le démantèlement de son intrigue. On en ressort avec une certaine frustration (pour ceux qui aiment tout comprendre) mais l’atmosphère du film continue à nous poursuivre jusqu’au lendemain. Un film saisissant.

6 plusieurs commentaires

  1. Non mais franchement, c’est une blague ! Un film supposé être effrayant qui me fait sursauté une seule fois… mais c’est vrai jolie mise en scène, bien interpréter, bonne utilisation du son mais répétitif et chiant( une grande partie des spectateurs hier soir dans la salle ont fini par discuté moi y compris)… pseudo film intello fantastique parce qu’il cite Dostoïevski, copie Carpenter et The Ring. Le pire film de l’année pour l’instant après Charlie Mortdecai… pour l’instant

  2. it follows fait référence à de multiples films d’horreur sur la jeunesse américaine en proie avec un danger qui peut venir de nulle part et de partout. la mise en scène d’ailleurs est assez efficace pour montrer cette paranoïa mais le principal défaut du film, c’est la répétition à foison des scènes d’épouvantes qui annihillent toute peur. le réalisateur veux s’appuyer sur halloween, la nuit des masques auquel il veut rendre hommage mais, c’est plus vers freddy ( scènes d ‘horreur ) que l’on fera un rapprochement, de candyman aussi pour ces ghettos et lieux changeant et inquiétant de la ville de detroit et de hidden pour la contagion ( mst ). bref si it follows ne révolutionne pas le genre, s’applique au moins à rendre une copie plus qu’honorable envers un genre qui tourne en rond. note : 4/5

  3. Une réalisation maîtrisée, un film original et nouveau. Une sorte de renouveau du genre horrifique avec une bande son unique et des scènes angoissantes. Mais, cette oeuvre nouvelle est longue, et surtout trop confuse. Pourquoi un final dans une piscine ? Pourquoi on arrive à le tuer que dans l’eau ? Pourquoi cela ne meurt pas à la fin ? Vous l’aurez compris, on ne sait rien de plus. C’est fort dommage, car le réalisateur s’il nous avait épargner quelques longueurs et nous aurait plus renseigner, nous aurait rendu une oeuvre horrifique excellente.

  4. Un des meilleurs film du genre de ce siècle, voir depuis la naissance du cinéma, une véritable révélation !

  5. rectificatif : oui it follows fait référence plutôt à rage de david cronenberg sur les mst plutôt que the hidden.

  6. Je ne comprends pas qu’on puisse apprécier ce film!
    Il ne mérite même pas le genre film d’horreur!
    C’est une plaie, 1h30 de ma vie perdu devant ce film loué par la critique!

Laisser un commentaire