[REC] (2007)

1 h 20 min | Horreur, Mystère | 23 novembre 2007
Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (19 votes, moyenne 9,05 sur 10)
Loading...
Angéla est journaliste pour une télévision locale. Accompagnée de son caméraman, elle relate le quotidien de ceux qui travaillent la nuit.Ce soir, elle est dans une caserne de pompiers. La nuit est calme, aucune urgence. Jusqu'au coup de fil d'une vieille dame qui réclame du secours. Le tandem suit les pompiers et découvre en arrivant sur place des voisins très inquiets. D'horribles cris ont été entendus dans l'appartement de la vieille dame. Angéla perçoit la tension des habitants, son reportage devrait enfin sortir de la routine... Elle n'imagine pas à quel point !

 

Alors qu’ils suivent des pompiers lors d’une intervention dans le cadre d’un documentaire consacré à ce métier pénible, une journaliste et son caméraman restent coincés dans un immeuble placé sous quarantaine. A l’intérieur, ils font face à d’étranges phénomènes.

Pas d’introduction, le début de Rec. va directement à l’essentiel avec la journaliste et le camera-man. Le found footage est ici utilisé dans sa fonction première : celui du faux documentaire et il faut dire que, dès les premières minutes, on est immergés dans l’histoire et on suit les deux protagonistes bien volontiers sans de douter une seconde de la suite du récit.

Si le scénario est plutôt classique, c’est dans la mise en scène que les réalisateurs se démarquent. La réalité du « camescope » ne nous montre pas seulement la peur mais elle nous la fait vivre, on y participe, on est plus seulement spectateurs. Le film, sans prétention, prend le temps d’instaurer son atmosphère si particulière pour ménager ses surprenants effets. Jaume Balagueró & Paco Plaza collent jusqu’au bout à leur postulat de départ : la simulation de temps réel et du tournage d’une émission », les images tremblées, les noirs brefs lorsque les pieds dérapent ou qu’un ennemi vous agrippe. C’est un drôle de retour à la mode pour la caméra subjective longtemps considérée comme ringarde, à l’ère du numérique et d’Internet dix ans après Le projet Blair Witch.

rec4

On ne nous épargne rien : l’objectif est braqué au maximum sur l’élément horrifique, sans rien nous épargner. En résulte des séquences de tension absolument hors normes que les deux réalisateur saupoudrent de plans très rapprochés pour nous faire vivre le gore au plus près.

Le dynamisme avec lequel les choses se passent devant la caméra est particulièrement marquant. Plutôt que de l’agiter dans tous les sens, on a ici une caméra souple et mobile qui filme dans des plans judicieusement composés sans pour autant perdre en spontanéité. Les réalisateurs jouent aussi beaucoup sur les lumières : celles de l’immeuble, celles de l’extérieur, celles de la caméra. Un jeu d’éclairage là aussi très dynamique et inventif se met en place pour renouveler naturellement les séquences du film.

4NljLiqgOKHPg3QKUgWTyr8QVau

Rec est donc l’exemple parfait du bon film d’horreur, à la fois sanglant et intelligent. Un film qui doit beaucoup à sa mise en scène, maîtrisée de bout en bout. Rec nous offre un pur moment de terreur, de brutalité et de tension.

Aucun commentaire

  1. Beaucoup de tapage pour pas grand chose je trouve…

    Sortie à la même époque Cloverfield est un snuff movie beaucoup plus beau, impressionnant et immersif que ce film ou l’on s’ennuie ferme pendant les 3/4 du tournage… Alala les interviews ca tue le rythme. Et puis les personnages se font séquestrer par les policiers comme ça d’un moment à l’autre et bim.
    les zombies sont plutôt convaincants ca c’est le seul bon point que j’ai trouvé.
    Qu’il est plaisant de les voir tous (zombis et humains) courir dans les appartements et les escaliers de cet immeuble. Ca fait un peu Benny Hill Je te poursuis, tu me poursuis et ainsi de suite… Après je réfléchis… (en fait non pas dans REC les humains sont aussi intelligents que les zombies ^^)
    Beaucoup de questions trop peu de réponses. On en ressort de avec un gout amer dans la bouche.

    Après Asterix 3 indiana Johnes 3, REC., les bronzés 3 etc.. Je me laisserai plus avoir par les films surmediathisés pourris.

    Déception et Scandale !!

  2. Rec était une très bonne idée de base, très bonne mais finalement assez décevante … Attention, en fin d’année, le remake américain débarque en France …

  1. Pingback: » DVD » Rec

Laisser un commentaire