The Belko Experiment (2017)

Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (7 votes, moyenne 9,29 sur 10)
Loading...
Une entreprise américaine d'Amérique du Sud est mystérieusement scellée, et ses employés dévoilent leurs vraies natures lorsqu'il leur est ordonnés de s'entretuer sous peine de mort.

C’est au départ une journée de travail comme toutes les autres pour les employés de l’entreprise Belko. Dans un grand building isolé de tout en Amérique du Sud, petit personnel cohabite avec supérieurs hiérarchiques pincés et voisins de bureaux agréables que l’on aimerait tous avoir comme collègues. Certains reconnaitront entre autres John Gallagher Jr. (le compagnon d’infortune de Mary Elizabeth Winstead dans 10 Cloverfield Lane), Michael Rooker (le mémorable Merle Dixon dans The Walking Dead) ou encore Rusty Schwimmer (la restauratrice loufoque dans le très moyen Jason Va En Enfer). Cette situation initiale vole rapidement en éclat lorsque le bâtiment est soudainement scellé et qu’une voix annonce aux 80 employés qu’ils doivent impérativement s’entretuer dans un temps imparti sous peine d’être exécutés aléatoirement.

Le pitch vous semble similaire ? C’est normal. The Belko Experiment sonne en quelque sorte comme l’agréable réponse à la déception (toute légitime) que beaucoup ont pu ressentir après que l’idée d’un remake américain de Battle Royale ai été abandonnée au profit de la mise en chantier d’une saga attrape-ados hâtivement jugée trop similaire (aussi appelée « Hunger Games »).

Mais pas que. Des films comme House Of 9 ou encore Kill Theory exploraient déjà eux-aussi cette idée d’un groupe de personnes, séquestrées, obligées de se tuer les uns les autres, chaque individu tentant d’assurer, à sa manière, sa propre survie. Là où TBE se distingue, c’est dans l’idée de pousser ce concept à grande échelle, à savoir en utilisant toute une entreprise comme gigantesque terrain de jeu macabre, et presque une centaine d’employés comme pions damnés. Et ça marche ! Personnages comme spectateurs sont rapidement plongés dans le bain pour ne sortir la tête de l’eau qu’une fois le générique de fin entamé.

Le récent Circle (qui offrait une version bien à lui de ce concept) exposait aussi les travers psychologiques de ce genre de situations (mensonges, manipulations, toutes ces bonnes choses) que l’on retrouve ici, le tout mêlé à des scènes de tueries finement exécutées.

Les futures victimes sont très vite divisées entre les pacifistes jouant sur l’entraide et les mâles alpha autoproclamés qui prennent la hiérarchie un peu trop au sérieux, oppressent la meute, se donnent le droit de vie ou de mort sur leurs collègues et se révèlent prêts à user de la loi du plus fort pour sortir vivants de ce jeu morbide, ici vaguement justifié par une recherche scientifique sur les réactions de l’être humain face à une situation de crise ultime, dans un final que certains jugeront un peu trop vite expédié. On regrettera éventuellement l’alignement « good or evil » défini du début à la fin pour chaque protagoniste, un seul personnage oscillant péniblement entre les deux camps.

Si la frontière entre les gentils et les méchants est donc rapidement tracée, le destin des divers employés l’est beaucoup moins. Si les personnages secondaires (trop nombreux pour être explorés en détails) sont en majeure partie destinée à faire office de chair à canon et à faire grimper le bodycount, quelques-uns font exception et parviennent à obtenir notre sympathie alors que la liste des victimes s’allonge, n’épargnant pas même les plus humainement méritants. Il en va de même pour les personnages principaux lorsque l’effet « Game Of Thrones » point le bout de son nez lors du dernier tiers du film et que leur armure scénaristique s’effrite au fil des minutes, nous faisant comprendre qu’absolument personne n’est vraiment à l’abri.

La réalisation propre et dynamique de Greg McLean (à qui l’on doit déjà les films Wolf Creek) est ici au service d’un rythme soutenu, haletant et sans temps mort. Les amateurs de gore seront également servis, le spectacle étant parsemé de fusillades, de têtes explosées à la chaîne via un implant crânien, de cocktails Molotov ou encore de corps broyés par un ascenseur. The Belko Experiment est un bain de sang imprévisible et sans répit, une plongée sombre et satirique dans les tréfonds de la nature humaine, mais aussi et surtout, un très bon divertissement qui tient ses promesses et parvient à ne jamais nous ennuyer.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content