La sorcière de Blair, la vraie histoire du Projet Blair Witch

La sorcière de Blair, la vraie histoire du Projet Blair Witch

Tout amateur de film d’horreur connait « Le Projet Blair Witch » mais saviez-vous que cette histoire de sorcière n’est pas qu’une fiction ? Et oui, la sorcière de Blair a bel et bien existé. Voyons ça plus en détail…

Tout commence il y a plusieurs siècles dans une forêt nommée « Black Hills » dans le Maryland aux États-Unis. On dit de cette forêt qu’elle serait maudite et qu’elle l’a toujours été. Les tribus indiennes elles-mêmes n’osaient guère se promener dans ces bois.

Si la forêt de Blair connait ce nom c’est à cause de son créateur, le Colonel Nathaniel Blair qui, en 1630, commande la construction d’un fort dans cette zone afin de défendre la ville de Lord Calvert et de violentes attaques de certaines tribus. Quatre ans plus tard, ce fort devient une petite ville constituée pour la majorité de protestants, la ville de Blair.

En 1769, une jeune irlandaise du nom d’Ellie Kedward embarque sur le Seafarer pour Baltimore et elle rejoint la ville de Blair pour s’y installer. Hélas, tout ne se passe pas comme prévu pour l’irlandaise. En 1784, des enfants l’accusent de sorcellerie et prétendent qu’elle les aurait attirés jusque chez elle pour boire leur sang. Ellie Kedward est rapidement jugée coupable de sorcellerie et bannie du village. Elle se retrouve attachée à une charrette et laissée seule dans les bois. L’hiver étant particulièrement rigoureux cette année là, toute la population est convaincue que la sorcière n’y survivrait pas. Cependant, quelques jours plus tard, trois garçons accompagnés de leurs chiens décident de retourner dans la forêt afin de constater l’état de la sorcière. Ellie est encore vivante, attachée à cette charrette. Tandis que les chiens la mordent, les enfants se munissent de bâtons et la battent. Dès que le sang coule, ils la détachent et décident de la pendre à un arbre. Cette fois, la sorcière est morte.

Deux ans plus tard, soit au milieu de l’hiver 1786, la moitié des enfants de la ville et tous les accusateurs d’Ellie Kedward disparaissent mystérieusement. Croyant à une malédiction de la part de la sorcière, tous les habitants de la petite ville de Blair quittent la ville et jurent de ne plus jamais prononcer son nom. Pendant près de quarante années consécutives, la ville reste abandonnée et plus personne ne s’y aventure de peur de cette malédiction.

En 1809, un livre nommé « The Blair Witch Cult » raconte l’histoire d’une ville maudite par une sorcière qui en avait été expulsée. Ce livre n’existe qu’en un seul et unique exemplaire et serait un recueil de témoignages de la part des habitants de la ville de Blair. Parmi ces pages, on raconte qu’Ellie Kedward ne se limitait pas à la forêt mais qu’elle s’aventurait aussi dans la ville afin d’agresser et de tuer ses citoyens. Il est également dit que la sorcière contrôlait les animaux de la forêt et que même les arbres répondaient à ses appels.

Lors de la construction du chemin de fer qui doit relier Washington à Baltimore en 1820, les ouvriers découvrent la ville déserte et Henry Burkitt, un homme d’affaire, décide de la racheter au gouvernement afin de la rénover. Quatre ans plus tard, la ville de Blair est rebaptisée Burkittsville.

L’une des premières familles qui s’est installée à Burkittsville se nomme Treacle. La plus jeune de la famille a huit ans et porte le prénom d’Eileen. Au mois d’août 1825, afin de célébrer les premières récoltes, un pique-nique est organisé près de la rivière Tappy East Creek et Eileen Treacle s’éloigne de la petite fête pour se baigner dans la rivière. Soudain, une main blanche surgit de l’eau et agrippe l’enfant pour l’entraîner dans le fond de l’eau et ce, devant une douzaine de témoins. La rivière n’est pas profonde mais malgré cela, le corps d’Eileen n’a jamais été retrouvé. Quinze jours plus tard, on retrouve de petits amas de branches reliées entre elles par de la ficelle et flottant à la surface de l’eau étrangement huileuse.

En 1886, une jeune fille du nom de Robin Weaver se perd dans la forêt de Black Hills ; une expédition est alors lancée par ses parents afin de la retrouver. Trois jours plus tard, Robin revient d’elle-même et explique qu’elle s’est perdue dans les bois et qu’elle a fait la rencontre d’une femme qui flottait au-dessus du sol. La fillette avait été effrayée aux premiers abords mais elle a finit par faire confiance à cette femme et a décidé de la suivre jusqu’à une maison abandonnée, enfouie parmi les arbres. La vieille femme l’a conduite dans un sous-sol avant de lui expliquer qu’elle devait partir et qu’elle reviendrait bientôt. Plus les heures s’écoulaient, plus Robin avait peur et se sentait mal à l’aise dans ce sous-sol. Elle s’est alors glissée par la fenêtre de la pièce et s’est précipitée à travers la sombre forêt pour rejoindre Burkittsville. Même si la jeune Robin est revenue, il manque toujours les hommes de la première expédition et les habitants de la ville décident d’organiser une seconde expédition afin de les retrouver.

La seconde expédition se termine sur Coffin Rock, tout près de la rivière où Eileen Traecle avait été portée disparue cinquante ans plus tôt. Les corps de la première équipe sont retrouvés attachés en forme de pentagramme, nus, et leurs intestins se répandent au centre. Des symboles sont gravés dans la chair de leurs poitrines, leurs mains, leurs pieds et leurs fronts. Les habitants retournent rapidement en ville pour trouver des renforts mais lorsqu’ils reviennent sur Coffin Rock, les corps ont disparus. Néanmoins, l’on peut toujours apercevoir des traces de sang et des cordes sur les roches et sentir l’odeur de la mort. Les corps n’ont jamais été retrouvés.

Entre novembre 1940 et mai 1941, huit enfants disparaissent tout aussi mystérieusement sans laisser de traces de la ville. Un an plus tard, un homme nommé Rustin Parr, vivant seul dans la forêt de Black Hills et ne venant que deux fois par an en ville pour acheter des provisions avoue avoir assassiné sept des huit enfants. Il aurait suivit les ordres du fantôme d’une vieille femme qui habitait près de chez lui et prétend qu’après le meurtre du septième enfant, le fantôme lui a ordonné de rejoindre la ville pour en informer les autorités. En échange, il serait libéré de son emprise. Rustin Parr emmène les autorités dans sa maison au fin fond des bois et dans la cave, ils découvrent les traces de meurtres et de tortures ainsi que sept tombes représentées par des cailloux empilés les uns sur les autres. Les autorités creusent ces tombes et trouvent le cadavre des enfants avec les mêmes gravures sur les mains, les pieds, le front et la poitrine que ceux de Coffin Rock. Certains cadavres sont en état de décomposition avancée tandis que d’autres semblent encore frais. Le huitième enfant, Kyle Brody, est retrouvé en vie, se tenant debout dans un coin du sous-sol, complètement traumatisé. Il est le premier enfant a avoir été enlevé et il connait tous les autres enfants ce qui amène les autorités à se demander si Kyle Brody n’est pas un complice. Au cours du procès, le témoignage de Kyle Brody est tout de même prit en compte et Rustin Parr est condamné à mort par pendaison. Quant à sa maison, elle est brûlée. Quelques années plus tard, Kyle Brody développe un comportement criminel et est envoyé au « Marynland State Institute For The Criminally Insane » de Baltimore et se suicide en 1971 en se taillant les veines à l’aide d’une cuillère dans sa cellule.

Ce qui est d’autant plus étrange, c’est le documentaire tourné en 1969 sur les conditions de plusieurs établissements psychiatriques. Lors d’une séquence de ce film, on pouvait voir Kyle Brody dans sa cellule et répétant ces deux mots « Neven Given ! » (Jamais donné). Rustin Parr a dit la même chose la nuit précédent sa pendaison. Un autre plan montrait Kyle en train d’écrire des symboles sur un morceau de papier. Après une analyse, on a découvert qu’il écrivait en Transitus Fluvii, un langage ancien et utilisé uniquement par de rares adeptes de sorcellerie.

Que l’on y croit ou non, la légende de la sorcière de Blair se répand depuis de nombreuses années…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content