Stare (2019)

Stare (2019)

RÉALISATEUR : Hirotaka Adachi
SCÉNARIO : Hirotaka Adachi
INTERPRÈTES : Marie Iitoyo, Yu Inaba, Shota Sometani

Si vous détournez votre regard d’elle, vos yeux exploseront. Intéressant comme malédiction, non? Malheureusement, devant « Stare » vos yeux n’auront d’autre choix que tranquillement se fermer puisque le film, nous venant tout droit du Japon, n’a pas tenu ses promesses lorsque le film a fait sa première mondiale au Festival Fantasia.

Le pitch est le suivant : trois individus meurent dans des circonstances identiques : leurs yeux semblent avoir éclaté en plus d’avoir succombé à un arrêt cardiaque. Les proches de chacun d’eux tentent d’investiguer et d’en apprendre plus sur le mystère entourant leurs décès. Ils découvrent, malheureusement pour eux, ce qu’est la malédiction de Shirai-san : lorsque vous prenez conscience de son nom, seulement en l’entendant, vous êtes déjà sous son emprise. Le spectre de cette femme a les cheveux longs et denses, des yeux anormalement grands, en plus d’avoir les mains attachées ensemble via une corde qui lui transpercent les paumes, une petite cloche pendouillant au bout. Lorsque vous la quittez du regard (d’où le titre « Stare »; « Fixer » en français), elle s’approche peu à peu vers vous, jusqu’à une mort inévitable. Nos trois protagonistes sont déjà maudits et doivent trouver une façon de renverser cette malédiction fatale.

Premier point qui fâche : la réalisation de « Stare » est maladroite et ennuyeuse.  Au programme : des scènes qui s’étirent en longueur à n’en plus finir, avec un silence inutile, des pauses interminables en pleine conversation et en plus un montage déroutant et très confus. La première moitié du film nous plonge dans un silence pesant, même pas accompagné par une légère trame sonore. Malgré une durée de 98 minutes bien dans la moyenne, le film nous semble interminable à cause de ces temps morts.

Il n’y a pas que la réalisation qui semble maladroite, le scénario, et plus précisément, les dialogues, sont aussi d’un ennui profond. Les réactions, les réponses et les conclusions tirées par les personnages principaux semblent bien souvent exagérées et absurdes. Leurs déductions par rapport aux chances que le spectre Shirai-san leur apparaisse semblent tellement loufoques que le public du festival Fantasia a commencé à rire toute la seconde partie du film.

Le look de Shirai-san est toutefois assez réussi. Ne dévoilant pas trop son visage sous son épaisse chevelure, les yeux bizarrement gonflés lors de scènes marquantes alors qu’ils fixent les spectateurs avec un regard ironiquement vide. Ses mains cousues aux paumes et le son délicat de la petite cloche qui annonce son arrivée ajoutent une ambiance lugubre aux scènes où elle est présente Malheureusement, l’esprit maléfique est souvent accompagné d’un silence vide qui manque d’impact.

« Stare » est un film ennuyeux qui semble être un mélange inspiré partiellement du look de Sadako dans la saga de « Ringu » et de la malédiction du désespérant « Bye Bye Man » dans le film du même titre. À moins d’être à court de somnifères, ce drame d’horreur japonais est à éviter à tout prix.

Notre note : 4/10

Par Simon Rother

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content