[Critique] Massacre à la tronçonneuse 3

Massacre à la tronçonneuse 3 (1990)

  • Titre original: Leatherface: The Texas Chainsaw Massacre III
  • 1 h 21 min | Horreur, Thriller | 12 janvier 1990
    Note
    5/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (Soyez le premier à noter ce film !)
    Loading...
    Michelle et Ryan, deux étudiants traversant les États-Unis en voiture, s'égarent sur une petite route du Texas. Alors que la nuit tombe, ils se retrouvent perdus au milieu de nulle part et bientôt pourchassés par une famille de déments aux instincts meurtriers et cannibales...

    Leatherface: Massacre à la tronçonneuse 3 est le premier film de la saga à se faire sans Tobe Hooper. À la réalisation, on retrouve Jeff Burr, dont les seuls titres de gloire sont « Le beau-père 2 », « La nuit de l’épouvantail » et le film qui nous interesse ici, avant de sombrer au fil du temps dans la série Z.

    Image du film "Massacre à la tronçonneuse 3"

    © 1990 Nicolas Entertainment − Tous droits réservés.

    Après l’anomalie délirante que fut l’excellent « Massacre à la tronçonneuse 2 », c’est ici un retour aux sources qui est proposé : « Massacre à la tronçonneuse 3 » se veut un retour à l’horreur pur, au point d’occulter son prédécesseur en se réclamant dès les premières secondes comme la suite directe du premier « Massacre a la tronçonneuse ». Un pari perdu d’avance car le scénario pointe un manque flagrant d’identité, avec son Leatherface balourd qui peine à poursuivre ses victimes, et ses scènes horrifiques se passant dans les bois de nuit.

    « Massacre à la tronçonneuse 3 » ressemble a n’importe quel slasher movie comme il en pleuvait à cette époque. D’ailleurs si vous remplacez Leatherface par Jason, vous obtenez sans problème une énième suite à Vendredi 13. Plus interessantes, les scènes avec la famille Sawyer ont bénéficié d’un meilleur soin. Bien plus calme que leurs cousins du premier opus, on sent que les scénaristes étaient bien plus inspirés pour l’écriture de ces personnages. Maniant un humour noir grinçant, aussi drôle qu’ inquiétant, les Sawyer de cette épisode sont de loin les plus réussis et les plus attachants vu dans les multiples suites et remakes. Des qualités que vous retrouverez dans la version integrale, car « Massacre à la tronçonneuse 3 » n’a pas échappé à la censure de l’époque. Si les coupes des passages gores tombent sous le sens, il est en revanche dommage que les meilleurs passages du film soient ruinés à caise de la suppression non seulement quelques dialogues, mais aussi la quasi integralité des scènes impliquant la petite fille de la famille, reduit à quelques seconde dans sa version expurgée.

    Un autre problème pour le réalisateur fut la production, en effet la New Line n’a pas hésité à imposer ses idées, jusqu’à commander une nouvelle fin qui fait revenir des personnages pourtant bel et bien morts précédement. Une décision aussi illogique qu’incompréhensible, qui montre à quel point les producteurs ne savaient pas quoi faire de la licence. Si il se revendique en tant que véritable successeur de « Massacre à la tronçonneuse », il est interessant de constater que Jeff Burr arrive à sauver les meubles grâce à un humour juste. Si ce troisième film reste recommandable, il est preférable de se rabattre sur le second opus, Tobe Hooper ayant compris que l’auto-parodie était le seul moyen de ne pas avoir à souffrir du rapprochement avec son chef d’oeuvre.

    Par Jonathan Roch

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content