[Critique] Coraline

Coraline (2009)

1 h 40 min | Animation, Familial | 5 février 2009
Note
7/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (1 votes, moyenne 6,00 sur 10)
Loading...
Coraline Jones est une fillette intrépide et douée d'une curiosité sans limites. Ses parents, qui ont tout juste emménagé avec elle dans une étrange maison, n'ont guère de temps à lui consacrer. Pour tromper son ennui, Coraline décide donc de jouer les exploratrices. Ouvrant une porte condamnée, elle pénètre dans un appartement identique au sien... mais où tout est différent. Dans cet Autre Monde, chaque chose lui paraît plus belle, plus colorée et plus attrayante.

Si l’on devait décrire Coraline en 3 mots ça serait probablement : glauque, glauque et glauque. Mais Coraline innove beaucoup dans le genre de l’animation, par rapport aux films qui l’ont précédé. Son style pâte à modeler et ses couleurs éclatantes ne suffiront pas à apaiser le semblant de cauchemar. Les personnages ont beau chanter, danser et se jouer rigolos, ils sont tous très malaisants (voir traumatisants). Vivre dans un monde terne, quitter les festivités de la ville pour se retrouver dans une vieille bicoque isolée, se sentir seule, délaissée par ses parents… La vie de Coraline nous est présentée de façon très triste. Mais dans sa nouvelle demeure lugubre, elle découvre une porte mystérieuse qui l’emmène dans un autre monde, semblable au sein mais bien plus proche de ses rêves. Mais Coraline va très vite découvrir qu’il ne suffit que de quelques boutons pour transformer un rêve en cauchemar.

Image du film "Coraline"

© 2009 Focus Features − Tous droits réservés.

Ambiance légère et amusante ? Pas vraiment. Même les chansons font froid dans le dos. Le film a été capable de construire une ambiance froide, décalée durant tout le déroulement de l’intrigue ! Et pourtant ce n’était pas gagné. Le récit commence dans un cadre assez simple plutôt sombre, puis il passe dans un monde à mi-chemin entre l’univers de Tim Burton et le pays des Merveilles de Lewis Caroll et va même parfois vers un univers fantastique très effrayant. Au fil de ce mélange des styles, Coraline arrive à garder son ambiance et sa personnalité propre. Un véritable coup de maître pour un film d’animation sorti de nulle part (tout premier film produit exclusivement par le studio Laika). Cette ambiance incertaine et un visuel parfois dérangeant (l’acrobate, les fantômes et surtout la famille avec des boutons cousus sur les yeux !) feront frémir toute la famille. Les enfants les plus sensibles auront du mal à se remettre de Coraline. On est réellement dans un film d’horreur pour enfants, Coraline est sans doute l’un des films d’animation grand public les plus effrayants.

Image du film "Coraline"

© 2009 Focus Features − Tous droits réservés.

Mais Coraline n’est pas que glauque et malaisant. Ses personnages loufoques sont très amusants et même si l’ambiance permet de poser un cadre plutôt stressant, le visuel ultra coloré a quelque chose d’apaisant. De plus, l’évolution du personnage et le rythme dynamique du film en font un très bon moment de divertissement. Coraline effraie, Coraline impressionne mais avant tout Coraline divertit. Bien qu’il ne soit peut-être pas destiné à tous les enfants, ce film reste quand même un film d’animation tout public, à regarder donc sans crainte pour passer un agréable moment en famille.

Par Joanny Combey

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content