La Dame en noir

La Dame en noir (2012)

  • Titre original: The Woman in Black
  • 1 h 35 min | Drame, Horreur, Thriller | 1 février 2012
    Note
    6/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (6 votes, moyenne 8,00 sur 10)
    Loading...
    Arthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans le petit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d’une cliente récemment décédée. Dans l’impressionnant manoir de la défunte, il ne va pas tarder à découvrir d’étranges signes qui semblent renvoyer à de très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à la mystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s’approche chaque jour davantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemars…

    Arthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans le petit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d’une cliente récemment décédée. Dans l’impressionnant manoir de la défunte, il ne va pas tarder à découvrir d’étranges signes qui semblent renvoyer à de très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à la mystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s’approche chaque jour davantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemars…

    Malgré un héritage conséquent faisant rêver tout cinéphile qui se respecte, ces dernières années, la Hammer n’était pas parvenue à un nouvel élan pour cause de productions molles et surtout sans aucune personnalité ( Wake Wood, La Locataire, Let me in ). La tâche semblait donc difficile mais avec cette Dame en noir, il semblerait que les studios soient sur la bonne voie malgré tout.

    D’abord parce que le film réussit là où les productions précédentes avaient échoué : il a une saveur particulière, une ambiance gothique typique du début du 20e siècle alors que la modernité commence doucement à arriver dans les petites villes anglaises. On peut de suite apprécier le travail de reconstruction historique effectué : d’une part dans les costumes mais surtout dans les équipements d’époque (les trains, les voitures …) et les paysages de landes brumeuses caractéristiques de l’Angleterre victorienne. L’atmosphère est sombre et mélancolique, tout comme le héros, et chaque personnage cache un terrible secret. Bref, tous les ingrédients sont réunis pour que le film soit une réussite, pourtant il manque quelque chose d’essentiel : un scénario un tant soit peu original.

    Car même si on accepte le classicisme revendiqué de La Dame en Noir, on est déçu par la trame ultra prévisible du métrage. C’est simple, on a l’impression d’avoir déja vu plusieurs fois le même film : la découverte du village hostile, l’arrivée dans une maison lugubre, la nuit qui vient… Le mystère de l’histoire est finalement révélé assez rapidement et d’une manière tellement simpliste que cela peut faire sourire. Et les explications autour du noeud dramatique ne sont pas plus convaincantes car elles sont expédiées comme si on voulait s’en débarrasser. Pire, le potentiel d’épouvante induit par les lieux et cette maison terrifiante au milieu d’une ile est gâché par des jump-scares prévisibles et répétés jusqu’à l’usure, oubliant le contexte horrifique construit jusque là.

    Heureusement, Daniel Radcliffe tient ici un rôle à sa hauteur et malgré sa jeunesse, il arrive à donner à Arthur Kipps une épaisseur certaine et ce, dès la première image. James Watkins le filme comme un adulte à part entière malgré ses 23 ans et le travail du maquillage aide à croire en la maturité apparente de ce jeune homme. Son personnage, tout en profondeur et en traumatismes, est le centre du film et il plonge dans cette enquète pour y résoudre ses propres problèmes.

    La Dame en Noir est donc un film plaisant et à l’esthétique travaillée mais cette belle enveloppe ne suffit pas à en faire une réussite totale : presque aucun suspense malgré des enjeux essentiels et une scène de fin inutile surtout qu’elle était différente dans le livre original de Susan Hill.

    Aucun commentaire

    1. après le remarquable eden lake, james watkins s’attaque aux maisons hantés avec une virtuosité sans egal. d’ailleurs l’histoire se charpente autour d’une histoire réaliste qui se transforme sous les yeux de daniel ratcliffe en un macabre conte horrifique dès plus glacial. la mise en scène est raffinée et les acteurs sont très convaincants. note : 4,5/5

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content