Final Girl: La dernière proie

Final Girl: La dernière proie (2015)

  • Titre original: Final Girl
  • 1 h 30 min | Action, Drame, Thriller | 14 août 2015
    Note
    3/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (20 votes, moyenne 6,65 sur 10)
    Loading...
    Nouvelle au lycée, Veronica est une fille timide et vulnérable. Elle semble être la cible parfaite d’une bande d’adolescents, qui attirent les filles pour les chasser et les tuer. La règle est simple : la chasse commence quand Veronica est lâchée dans les bois avec trois minutes d’avance. Ce que les garçons ignorent, c’est que Veronica est un assassin en formation, et elle a choisi de tuer ces garçons pour son test final…

    La Final Girl, l’unique femme ou jeune fille qui survit à la fin des films d’horreur. Titre et sujet ambitieux pour le premier film du photographe et skater Tyler Shields.
    Veronica est la final girl en question, orpheline recueillie en bas âge par William, un mystérieux mentor qui décèle les capacités exceptionnelles de l’enfant et l’entraine à devenir une implacable machine à tuer, car elle et lui ont un point commun : une vengeance à assouvir. La Final Girl en sera le bras armé, car les parents de la petite ainsi que la femme et rejeton du second ont tous été massacrés par des « gens très méchant » comme l’explique William (Wes Bentley, le voisin vidéaste chelou de American Beauty).

    Image du film "Final Girl: La dernière proie"

    © 2015 NGN Productions − Tous droits réservés.

    Se suivent donc les inévitables scènes d’entrainement et de conditionnement mental de l’héroïne, qui porte en permanence une petite robe noire, idéale pour les arts martiaux et la survie en milieu hostile… Peu originales malgré quelques jolis plans dus notamment au décor années 50 et au talent de photographe du réalisateur, les trente premières minutes du métrage ne laissent rien présager de bon. Puis vient le temps de l’exécution de la mission de Veronica, qui s’attaque donc à cinq hommes auteurs des meurtres de onze jeunes filles. Et là encore déception, les jeunes mâles sont très méchants, très machos, font des concours de punchlines mal écrites, et l’emmène en forêt pour l’assassiner en jouant à action ou vérité. SERIEUSEMENT ??!!

    Image du film "Final Girl: La dernière proie"

    © 2015 NGN Productions − Tous droits réservés.

    Mais les chasseurs deviennent proies, car Veronica a mis sa plus belle robe rouge (vous avez capté ? couleur sang car vengeance… #subtilité). Avec un sens du rythme proche du néant, Tyler Shields propose donc la partie revenge du film et là où on pouvait au moins espérer quelques éclats gores, on devra se contenter de meurtres mollassons et souvent hors champ. Sans proposer aucune idée novatrice ou un quelconque début de réflexion sur la place de la final girl, il signe une première œuvre qui passe totalement à côté de son sujet.

    On sauvera de ce naufrage Abigail Beslin, la révélation de Little Miss Sunshine, dans ce rôle-titre à total contre-emploi qui lui va plutôt bien ; on ne peut pas en dire autant de Wes Bentley et de son jeu mono expressif à la Keanu Reeves, ainsi que des méchants qui surjouent tous sans exception. Elle seule donne du relief à cette vengeance bien fade que l’on n’a même pas envie de manger froide.

    Mad Sam

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content