[Critique] Il était une fois un meurtre

Il était une fois un meurtre (2010)

  • Titre original: Das letzte Schweigen
  • 1 h 58 min | Crime, Drame, Thriller | 19 août 2010
    Note
    6/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (Soyez le premier à noter ce film !)
    Loading...
    Lors de l'été 1986, une jeune fille est retrouvée morte après son agression dans un champ par un pédophile, Peer Sommer, sous les yeux d'un ami de celui-ci, Timo Friedrich, resté totalement spectateur de cette tragédie qui ne sera jamais élucidée. 23 années passent, et une adolescente est à nouveau portée disparue, sa bicyclette étant découverte à l'endroit exact où avait été perpétré le précédent meurtre. Pour les enquêteurs, cela ne fait guère de doute : c'est le même tueur qui a frappé, 23 ans après. Devenu un père de famille comme les autres, Timo Friedrich apprend cette nouvelle avec effroi. Les sombres secrets de son passé le rattrapent et le plonge alors vers une lente descente aux enfers.

    Difficile de ranger Il était une fois un meurtre dans une catégorie cinématographique : le film semble se vouloir comme un thriller socio-dramatique multipliant les points de vues pour mieux toucher le spectateur. Mais le film tend aussi à montrer que dans une histoire donnée, rien n’est jamais figé dans une opposition manichéenne entre les méchants et les gentils. Tout du moins en apparence …

    Baran Bo Odar tient tout d’abord une histoire en or : sombre et cruelle à souhait dès le début, elle se complexifie au fur et à mesure que l’intrigue avance et finit par brouiller les pistes. Le point original du film veut que ses axes narratifs soient presque découpés de manière identique selon trois points de vue du scénario : les tueurs, les victimes et la justice. Sans jamais prendre parti, le réalisateur nous offre sa vision des choses toujours avec une justesse et une précision remarquables. Ces aspects vont d’ailleurs se retrouver dans la mise en scène.

    Image du film "Il était une fois un meurtre"

    © 2010 Lüthje & Schneider Filmproduktion − Tous droits réservés.

    La complexité de l’histoire entre en résonance avec celle de son sujet de base, la pédophilie, et on ne parle pas  ici de « monstres » mais d’hommes qui ont des regrets (ou pas), des projets mais aussi des pulsions difficilement contrôlables. Ces hommes finissent par changer et devenir des pères de famille respectables, voulant tirer un trait sur le passé et qui ne se doutent pas que celui-ci va revenir comme un boomerang, et ils ne pourront ainsi jamais fuir leurs véritables responsabilités. La perversion est alors traitée comme elle doit l’être: du côté humain, sans aucune moralisation, mais en gardant à l’esprit le passage à l’acte  des criminels.

    Le réalisme qui transparaît du métrage est également dû à sa réalisation, toujours réussie, parfois sublime, à l’image de l’affiche du film, proche parfois du documentaire ou de la reconstitution tant la réalité est presque palpable. Les angles de vues laissent tantôt voir de grands paysages désertiques, tantôt des visages éprouvés par la peine ou les remords. L’utilisation des couleurs est également très intuitive et obtient un rendu sensoriel assez saisissant : la chaleur évoquée par la saison estivale fait écho à la froideur du sujet.

    Image du film "Il était une fois un meurtre"

    © 2010 Lüthje & Schneider Filmproduktion − Tous droits réservés.

    C’est ce sentiment de malaise qui résume le mieux Il était une fois un meurtre, un sentiment pas désagréable mais qui laisse le spectateur un peu perdu : pas totalement malsain car souvent « dédramatisé », le film séduit par son originalité de propos. Certes, des films sur les pédophiles ont déjà été faits, mais jamais en écho avec les familles des victimes.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content