8 (Eight)

8 (2019)

Note
7/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (2 votes, moyenne 5,50 sur 10)
Loading...
Un vieil homme, destiné à recueillir des âmes pour l'éternité, cherche l'expiation après avoir échangé l'âme de sa fille.

Le folklore africain contient des légendes peu communes. L’une d’elle est connue sous le titre de « 8 », nous venant de l’Afrique du sud. Le film qui s’en inspire a fait sa première mondiale au Festival Fantasia.

La réalisation d’Harold Holscher, qui en est à son premier long métrage, est sublime. La scène d’ouverture, une scène terrifiante suivie de prises de caméra magnifiques sur des paysages majestueux, est une allégorie à propos de reste du film. Elle est métaphorique et délicate, mélangée avec une férocité sinistre. La trame sonore est constante et intense, autant dans la beauté que dans la frayeur, variant le ton et l’atmosphère.

L’acteur Tshamano Sebe est fantastique dans son rôle de Lazarus. Sa mélancolie quant à son pacte fait avec son Dieu est très bien rendue et douloureuse. Il est poétique et raffiné alors qu’il converse avec Mary et se montre déterminé lorsqu’il s’agit de son contrat divin. Sebe n’en est pas à ses premiers pas dans le cinéma d’horreur, il est apparu dans le film de zombies « Last Ones Out » de 2016 et le drame d’horreur « Of Good Report » de 2013. Le jeu d’actrice de la petite Keita Luna est toute aussi remarquable et authentique, ses yeux perçants parlant presqu’ autant que sa bouche.

Avec une fin inattendue, « 8 » n’est nullement un film d’horreur terrifiant, donc ne vous attendez pas à avoir la frousse de votre vie. Si le film devrait être décrit, il serait qualifié de « beau film d’horreur », un peu comme « Before I Wake », sorti en 2016. Plongez-y avec un esprit ouvert, attendez-vous à un conte folklorique, ouvrez grand les yeux à sa splendeur visuelle, et vous ne serez pas déçus.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content