[Critique] Alive

Alive (2020)

  • Titre original: #살아있다
  • 1 h 38 min | Action, Horreur, Thriller | 24 juin 2020
    Note
    3/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (Soyez le premier à noter ce film !)
    Loading...
    La propagation d'un mystérieux virus plonge une ville dans le chaos. Joon-Woo et Yoo-Bin, coupés du monde dans leurs appartements vis-à-vis, luttent pour survivre.

    Séoul station, dernier train pour Busan, Rampant, la série Kingdom, bientôt Peninsula, les films de zombies Sud-Coréens ont le vent en poupe, au point de se frayer un chemin jusqu’à nos petits et grands écran, ce qui n’est pas le cas des autres représentants du genre venant des pays voisins ( on attend toujours l’incroyable Japonais « I am a hero », qui mériterai une exploitation en salles). Sortie en février dernier dans les cinémas du pays du matin calme, #Alive arrive chez nous sur Netflix suite a un succès mitigé sur ses terres d’origine.

    Image du film "Alive"

    © 2020 Lotte Entertainment − Tous droits réservés.

    #Alive tente de se démarquer des autres production du genre en centrant son récit sur Joon-woo, contraint de s’enfermer dans son appartement après qu’un virus ait transformé les citoyens du pays en infectés voraces. Un sujet loin d’être nouveau ( le Français « La nuit a dévoré le monde, et l’Allemand Rammbock, qui date de 2010, ont un pitch de départ similaire), mais qui aurait pu s’avérer intéressant si le personnage principal avait bénéficié de plus de soin dans l’écriture. Car l’aspect psychologique, et la profondeur du caractère sont inexistants. Ce qui rend la
    première demi-heure de #Alive plutôt pénible. On y suit Joon-woo enfermé dans son appartement pendant presque un mois, sans qu’il ne se passe pas grand chose, et le manque de profondeur du protagoniste est tel que l’on ne se prend aucunement d’affection pour lui, un comble pour un film qui se concentre sur un seul personnage.

    Image du film "Alive"

    © 2020 Lotte Entertainment − Tous droits réservés.

    Passé ces trente minutes laborieuses, le scénario introduit un nouveau personnage, Yoo-bin qui habite en face, avec qui Joon-woo va tenter de se réfugier au huitième étages de son immeuble, vierge de tout zombies. Le film décolle enfin, non pas grâce aux personnages, à la relation niaise ( ils cuisinent les nouilles de la même façon, c’est mignon, non ?), mais de par des scènes impliquant les infectés, qui sont assez réussies même si elles ne brillent pas par leur originalité. De gros problèmes de cohérence finissent par faire sortir le spectateur du film, car rien ne tient vraiment debout dans #Alive, ni les scènes d’actions, ni les quelques idées étranges ( il n’y a pas de réseaux dans l’appartement mais il y en a en tendant une perche à selfie à l’extérieur ?). Le film peut toutefois convenir à un public peu regardant sur les défauts évoqués, le métrage étant tout de même assez rythmé passé la première partie. Pour les autres, voyez ou revoyez les films et séries cités au début de cette critique. Car même avec de bonnes intentions et un aspect technique solide, #Alive manque de rigueur dans son scénario et dans la construction de ses personnages, point fort de ce genre de films.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content