Balada Triste

Balada Triste (2010)

  • Titre original: Balada triste de trompeta
  • Note
    8/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (2 votes, moyenne 7,00 sur 10)
    Loading...
    Dans l’enceinte d’un cirque, les singes crient sauvagement dans leur cage tandis qu’à l’extérieur, les hommes s’entretuent sur la piste d’un tout autre cirque : la guerre civile espagnole. Recruté de force par l’armée républicaine, le clown Auguste se retrouve, dans son costume de scène, au milieu d’une bataille où il finira par perpétrer un massacre à coup de machette au sein du camp national. Quelques années plus tard, sous la dictature de Franco, Javier, le fils du clown milicien, se trouve du travail en tant que clown triste dans un cirque où il va rencontrer un invraisemblable panel de personnages marginaux, comme l’homme canon, le dompteur d’éléphants, un couple en crise, dresseurs de chiens mais surtout un autre clown : un clown brutal, rongé par la haine et le désespoir, Sergio. Les deux clowns vont alors s’affronter sans limite pour l’amour d’une acrobate, la plus belle et la plus cruelle femme du cirque : Natalia.

    Et si l’année 2011 était celle d’Alex de la Iglesia ? Le réalisateur espagnol revient en effet au top de sa forme avec ce Balada Triste primé deux fois à la dernière Mostra de Venise. Un bijou de noirceur dépassant largement la sphère « film de genre » à laquelle fut longtemps cantonné l’auteur et qui serait peut-être même son chef d’œuvre, le genre d’ovni aussi inclassable que viscéralement marquant dès ses premières minutes.

    J’avoue, j’étais plutôt inquiet pour le réalisateur ibérique. Crimes à Oxford, sorti en 2008, était certes sympathique mais complètement oubliable et impersonnel comparé aux autres rejetons du cinéaste. Le genre de film de gros studio doté d’un casting d’envergure internationale et servant de test pour le réalisateur dans l’éventualité du financement, au hasard, de son Blake et Mortimer: la Marque Jaune. Pour Balada Triste, le réalisateur revient plus punk que jamais, cela après avoir préalablement planté avec fracas sa présidence de l’Académie du Cinéma Espagnol en raison de son désaccord avec l’Hadopi locale.

    BaladaTriste_1

    Javier et Natalia dans une version désaxée de la Belle et la Bête

    Tragédie romantique et véritable rollercoaster émotionnel pouvant passer en un simple champ-contrechamp d’un comique de plus en plus acide au fil du film à une tristesse absolue, le métrage et ses nombreuses ruptures de ton laisseront probablement les plus timorés ou cyniques sur le carreau. Dans Balada Triste, les genres s’empilent avec brio sur une trame s’étalant sur plusieurs décades troublées de la nation espagnole: celles du Franquisme, de la guerre civile jusqu’à la mort du Caudillo. Un contexte historique d’ailleurs un petit peu lourdement installé via l’utilisation d’images d’archives. A cette succession d’événements va venir se mêler le destin de Javier, anti-héros sensible qui finira par ressembler au Pingouin de Tim Burton. Fils d’un clown « joyeux » mort en prison pour avoir participé à la guerre contre les nationalistes, le jeune homme est embauché comme clown « triste » dans un cirque où son coup de foudre pour la compagne de son collègue de travail, Sergio, un clown « joyeux » aussi talentueux sur scène qu’ultraviolent au quotidien, va se terminer en une relecture sanglante et déjantée de l’histoire nationale.

    Baladatriste_2

    Natalia: la muse au centre des rivalités

    Ce pitch bien ambitieux, le réalisateur le fait en partie porter par son trio d’acteurs et leur jeu tout en faux semblant : Carlos Areces en romantique explosif et Antonio de la Torre en star psychopathe alors que Carolina Bang incarne le sculptural objet de toutes les convoitises, tour à tour victime et bourreau de la santé mentale de ses aspirants. Tous campent à la perfection ces personnages aux fêlures multiples, faisant passer habilement le côté énorme et foutraque de certains enchaînements scénaristiques. Clown triste et clown joyeux, force étatique et cellule terroriste, comédie et horreur, monstruosité et humanité affleurant sous les masques… Alex de la Iglesia semble vouloir illustrer presque à chaque instant l’absurdité d’une dualité et d’un manichéisme imposés comme seul moteur de choix d’existence, un principe vécu comme une aliénation par ses protagonistes.

    BaladeTriste_3

    La fureur de Javier vient se confondre avec celle de l’ETA

    Pour le reste, Alex de la Iglesia déroule son histoire à coup d’idées folles, conférant une direction artistique propre à chaque étape du film et démontrant un peu plus son talent pour le plan qui va accrocher durablement les rétines via une imagerie iconique en diable. De purs moments de cinéma surréalistes viennent aussi surgir à l’écran, comme cette apparition inopinée d’un sanglier ou cette étrange partie de chasse où l’ombre d’un Salo le dispute à celle d’un Jodorowski, réalisateur dont le Santa Sangre revient d’ailleurs à l’esprit à plusieurs reprises pendant le métrage (probablement l’imagerie foraine qui veut ça). Le film maintient sa tension tout le long, passant dans sa deuxième partie par les cases film d’horreur et vigilante pour finir au sommet du gigantesque tombeau de Franco, à la croisée de La Mort aux Trousses d’Hitchcock et du combat de monstre tout droit sorti d’un King Kong. Un final épique s’achevant sur un dernier plan cathartique aussi minimaliste qu’évident, un électrochoc à l’image du métrage entier.

    Critique par Alex B


    Aucun commentaire

    1. A quand une sortie DVD? Ce film à l’air éblouissant, la BA donne sincèrement, envie d’aller courir voir le film! 🙂

    2. Certainement le bijoux de mon année, superbe dans son ensemble. Il faut s’accrocher un peu, le film peut paraitre déstabilisant dans son mélange des genres mais le résultat n’en ai que plus superbe. Rien à redire, jeux d’acteur fabuleux, contexte historique parfaitement maitrisé et magnifiquement intégré dans chaque aspect de cette histoire tragédiquo-romantico-surréalistiquement horrifique. A travers les personnages et leurs actions, c’est l’histoire de l’Espagne de Franco qui s’écrit (un poil de connaissance sur l’histoire espagnole de cette époque n’est pas de trop pour réellement apprécié le film).

      J’étais, au début du film, surpris puis au milieu perplexe sur ce mélange des genres mais en même temps complètement hypnotisé par l’ingéniosité du Réalisateur à nous faire passer d’un genre à l’autre et enfin, plus d’interrogation, simplement admiratif de l’oeuvre qui pour ma part relève tout simplement du chef d’oeuvre.

    3. moi j’ai vue le film au cinéma il est trop bien avec du suspens et il y a un peu d’humour avec du sang! Vraiment bien
      Je félicite Alex de la Iglesi !!

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content