[Critique] Black Christmas (2019)

Black Christmas (2019)

Note
3/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (2 votes, moyenne 5,50 sur 10)
Loading...
Sur un campus universitaire, lors des vacances de Noël, des filles de la confrérie sont les proies d'un tueur en série.

Après un précédent remake en 2006, Black Christmas est de retour ce Noël 2019, 45 ans après l’original. La réalisatrice de ce nouveau remake tente de renverser le pouvoir accordé au tueur. Ici les filles ne se laissent pas faire et se montrent bien plus fortes et combatives que dans les précédentes versions. Une lutte féminine qui gouverne tout le film. Bien que la cause soit noble et que l’idée de casser l’image de la jeune femme sans défense, éternellement victime dans les films d’horreur (une image en partie forgée par le premier Black Christmas) est particulièrement intéressante ; le film prend une tournure politique de très mauvais gout. Les convictions évoquées sont répétées et illustrées à outrance donnant presque l’impression d’un contre-message ironisant la cause soutenue.

Image du film "Black Christmas"

© 2019 Universal Pictures − Tous droits réservés.

La réalisatrice semble avoir mis plus d’énergie dans son message que dans le film en lui-même. Quelques plans sont intéressants, notamment dans la scène très percutante du premier meurtre mais l’ensemble est plutôt banal. Peu de prises de risque au niveau technique, peu d’excentricité. L’original présentait un visuel décalé et innovant, le remake de 2006 était visuellement démesuré et incohérent mais il avait au moins le mérite d’oser un style contrairement à ce Black Christmas 2019 qui joue la facilité et oublie totalement ce qui a fait la réputation de ce film. Les fans de l’original seront heureux de retrouver quelques clins d’œil éparpillés, ces quelques éléments sont le seul lien avec le film de 1974. Cette nouvelle version répète l’erreur du remake de 2006 : tuer le mystère. Black Christmas était marquant par son antagoniste mystérieux et ses motivations inconnues, le remake fait l’erreur de rajouter une histoire rocambolesque et dégoutante mais ici on touche le fond. Le déroulement est incroyablement prévisible, l’histoire n’a ni queue ni tête : un semblant de Wedding Nightmare du pauvre dont tout est révélé dans la bande annonce.  Difficile de trouver du charme à cette nouvelle adaptation.

Image du film "Black Christmas"

© 2019 Universal Pictures − Tous droits réservés.

En tentant de rajeunir Black Christmas, la réalisatrice l’a rempli de clichés et d’exagérations. Les emblématiques menaces téléphoniques sont remplacées par de grotesques messages sur une application. Moins perturbants qu’un bon vieux coup de fil (bien que le concept efficace à l’époque de Scream ou encore Le Cercle soit aujourd’hui désuet), ces messages ne sont pas sans rappeler le très mauvais Countdown sorti il y a peu de temps.

Coté casting on progresse par rapport à la version de 2006. Le choix est varié et pertinent, les actrices incarnent des victimes combattantes plutôt convaincantes. Bien que certains jeux méritent d’être plus modérés, l’ensemble fonctionne et améliore un peu la qualité globale du film.

Image du film "Black Christmas"

© 2019 Universal Pictures − Tous droits réservés.

On souligne quand même l’intention honorable de la réalisatrice de reverser le Black Christmas d’époque quelque peu misogyne mais on ne peut s’empêcher de remarquer un grand manque d’inspiration et de talent. En voulant dynamiser, moderniser et féminiser le film, la réalisatrice rate son coup et nous sort un joli navet de Noël.

Joanny Combey

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content