Dead Set

Dead Set (2008)

2 h 25 min | Comédie, Drame, Horreur | 27 octobre 2008
Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (3 votes, moyenne 9,33 sur 10)
Loading...
L'action se situe dans la maison de l'émission de télé réalité Big Brother. Elle traite de l'attaque de zombies dans le monde entier, créant le chaos et coupant par la même occasion les occupants de la maison de Big Brother du monde extérieur.

Il faut bien avouer que dans la foison récente de films de zombies, Danny Boyle est peut-être le seul qui soit finalement sorti de l’ombre de Romero. Et pourtant, Charlie Brooke signe ici, avec une série de cinq épisodes, un petit trésor.

Le parallèle entre le monde extérieur en pleine apocalypse et le plateau « tranquille » d’une série de télé-réalité est finalement bien mené. L’histoire prend petit à petit tournure, et la barbaque sanguinolente coule à flot. De ce point de vue la série est intéressante. Il est amusant de confronter des zombies au pur produit de la modernité, une sorte de loft Story où tous les personnages sont malheureusement plus caricaturaux les uns que les autres. La rousse débile qui dès les premières secondes du film annonce la couleur « Il y a des os dans les orteils ? », le beau gosse sans cervelle, le vieux réaliste qui se demande ce qu’il fait là et pense changer les mentalités. Alors que bon, il faut bien le dire, il joue le jeu tout comme les autres. Le paroxysme du stéréotype est très certainement atteint par le producteur, trop sûr de lui et imbu de sa personne qui devient par la force des choses, insupportable. On regrettera donc des personnages dessinés trop brutalement, mais qui en même temps rappellent la triste vérité de la télé-réalité. Il est à noter d’ailleurs pour la petite anecdote que Davina est la véritable présentatrice de Big Brothers en Angleterre.

Cependant, malgré  certaines images surfaites, le tout est intéressant. Un petit goût de ‘28 jours plus tard’ se dessine au travers de plans serrés, souvent flous, mais surtout via une caméra vibrante durant les scènes où les zombies poursuivent leurs proies. Ici aussi on retrouve également l’idée de Danny Boyle avec des morts vivants qui ne rampent plus longuement au sol, mais qui courent souvent plus vite que leurs victimes, ce qui dans un sens alimente le suspense et l’angoisse.

La scène du supermarché rappelle elle, sans hésitation, les films de Romero.  Bref, Charlie Brooke connait ses classiques. Il ne déroge pas à la règle et il n’est ici en aucun cas question d’un virus quelconque que l’on peut trouver dans ‘Resident Evil’ ou ‘Rec’. Nous avons à faire à une pure série zombie et à une imagerie gore que l’on ne trouvait plus au cinéma depuis un certain nombre d’années.  Les tripes dégoulinent, les gorges se font arracher et ce, en plan rapproché, bref, c’est un spectacle pour le moins sanglant. Mais le message au début de chaque épisode nous prévient, et il ne le fait pas pour rien. Certaines scènes, notamment lorsque le réalisateur coupe un mort vivant en morceaux (ce qui peut ainsi vous faire penser à ‘Walking Dead’) ne sont à vrai dire pas très ragoutantes.

La mise en scène est bonne, quoi que peut être trop reprise sur l’exemple de Boyle, il aurait peut-être été davantage intéressant de voir un certain nombre de plans fixes, et ainsi, pouvoir observer la survie des candidats effectivement comme une télé réalité, ce au travers des caméras de surveillance. Mais cela ne gâche pas pour autant le sublime de quelques plans, comme on peut le retrouver au début dans la voiture qui les mène au studio, la caméra filmant alternativement le rétroviseur, le cadavre, les visages apeurés…

La série est donc très intéressante pour les amateurs de chair fraiche, elle donne un petit goût de renouveau en l’ancrant dans un contexte qui pourrait rappeler le teen-movie d’horreur, même s’il n’en est finalement rien. Nous regretterons une critique qui aurait pu se faire plus acerbe encore, mais cela ne gâche rien au film.  Cependant, le pseudo-huit clos est attrayant. Pseudo car on notera tout de même des excursions en extérieur, mais voir les personnages apprendre au fur et à mesure l’invasion, et cela dans leur « cocon » fait quelque peu monter la tension avec la question récurrente de savoir comment et surtout, quand ils vont découvrir l’horreur extérieure.

On retrouve tous les bons clichés qui font plaisir, les images typiques des informations à la télévision, l’héroïne qui, on ne sait pas comment, se trouve être une guerrière et une meneuse, le débile qui fait foirer le plan de survie et en fin de compte… Entre le film de zombie et le survival, Dead Set est donc une série à ne pas manquer.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content