[Critique] Fantômes contre fantômes

Fantômes contre fantômes (1996)

  • Titre original: The Frighteners
  • 1 h 50 min | Horreur, Comédie | 18 juillet 1996
    Note
    7/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (Soyez le premier à noter ce film !)
    Loading...
    Un architecte médium arnaque les habitants de sa ville avec l'aide de ses amis revenants. Lorsque plusieurs habitants ont des infarctus, il est le coupable idéal aux yeux de la population. Il va devoir faire appel aux fantômes pour s'en sortir et affronter un véritable spectre-tueur...

    Quand “Le Seigneur Des Anneaux” rencontre “Retour Vers Le Futur”, tentant n’est-ce pas ? Ce n’est pas un film “d’horreur” à proprement parler mais en ces temps de confinement, il est important d’occuper les enfants, de découvrir ou redécouvrir des films parfois oubliés avec le temps. Aujourd’hui, parlons de « Fantômes contre fantômes », un film qui sent bon les 90’s, aussi culte et génial que des films comme “La Mort Vous Va Si Bien”, “La Famille Addams”, “Hocus Pocus” et digne successeur de l’encore plus culte “Beetlejuice”.

    Image du film "Fantômes contre fantômes"

    © 1996 WingNut Films − Tous droits réservés.

    Écrit par Peter Jackson et sa femme Fran Walsh pendant le tournage du film “Créatures Célestes” le scénario est proposé à Robert Zemeckis en 1993, qui a pour idée d’en faire un épisode des “Contes De La Crypte” mais finalement, un projet de film est validé avec un budget d’un peu moins de 30 millions de dollars, léger même pour l’époque. Le néo-zélandais Peter Jackson, très attaché à son pays, réussira à convaincre les studios de tourner sur ses terres mais à la condition que les paysages rappellent ceux de la côte Est
    américaine, ce que le réalisateur fera à la perfection. L’histoire, très étoffée, comme dans tous les films écrit par le duo Jackson/Walsh, raconte la vie d’un médium, Frank Bannister (Michael J. Fox), qui arnaque les habitants de la petite ville côtière de Fairwater, en Californie, grâce à un don, celui de voir les fantômes, qu’il possède depuis qu’il a frôlé la mort dans un accident de voiture qui a coûté la vie à sa femme et dont il se sent responsable. Mais d’étranges meurtres surviennent et Bannister commence à mener l’enquête quand il comprend qu’une entité malveillante est derrière tout ça.

    Un tournage qui a duré environ six mois, le plus long à l’époque, un film à tiroir, le sens des détails, on reconnaît bien là la patte Peter Jackson. Jake Busey qui interprète Johnny Charles Bartlett, dira même “Vous voulez lui demander de vous donner sa version de cinq heures? Cela devrait être une mini-série divisée en trois films. Je crois que la première version devait même durer entre sept et huit heures.” Quand on sait que les versions longues du “Seigneur Des Anneaux” durent presque 12 heures, on comprend que ce film a
    servi de terrain d’essai au réalisateur néo zélandais. “The Frighteners” en version originale, regorge d’éléments et de clins d’oeil, une véritable poupée russe maîtrisée de bout en bout, grâce aux acteurs aussi, il ne faut pas les oublier. Michael J. Fox, en tête, qui s’éloigne ici de son rôle d’éternel adolescent pour jouer un escroc plein de remords. Jake Busey, terrifiant dans la peau de Johnny Charles Bartlett, le fantôme psychopathe, Dee Wallace (la mère dans “E.T” ou “Cujo”) parfaite en détraquée folle amoureuse de Bartlett. Parfaits aussi Trini Alvarado (Lucy Lynskey) ou encore Peter Dobson (Ray Lynskey).

    Image du film "Fantômes contre fantômes"

    © 1996 WingNut Films − Tous droits réservés.

    « Fantômes contre fantômes » est un excellent divertissement qui a été un terrain d’essai pour Jackson et qui lui a permis de réaliser par la suite “Le Seigneur Des Anneaux”, notamment sur l’utilisation des effets spéciaux et le tournage en Nouvelle-Zélande. Tremplin malgré son échec, le film finira sa course en ayant glané environ 30 millions de $, qui ne reflète ni les efforts injectés par le réalisateur, et les équipes en général, ni la qualité du film qui, même s’il n’est pas son meilleur, reste une très bon film à voir en famille, à découvrir ou à re découvrir et qui est gravé au panthéon des films cultes.

    Clément GAUGUE

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content