Frère de sang (Basket Case)

Frère de sang (1982)

  • Titre original: Basket Case
  • 1 h 31 min | Comédie, Horreur | 14 avril 1982
    Note
    5/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (3 votes, moyenne 6,33 sur 10)
    Loading...
    Duane Bradley arrive dans un hôtel miteux de New York en transportant avec lui un panier en osier (le "basket case" du titre) contenant son frère siamois Bélial dont il fut séparé dans son enfance. Frère siamois composé d'une tête sur un tronc, de deux bras avec super force intégré, et de beaucoup de dents pointues. Ensemble, ils décident de traquer et de se venger des responsables de leur séparation.

    Réalisation minimaliste, image sale tournée en 16 mm, acteurs totalement amateurs qui ne feront pas carrière par la suite, effets spéciaux… est-ce qu’il est possible de parler d’effets spéciaux devant une créature en plastique quasi inanimée (par Kevin Haney… qui travaillera ensuite sur des films comme Les Gardiens de la Galaxie) ? Malgré ces défauts, le film est aujourd’hui considéré comme culte. La grande question, pourquoi ?

    Frank Henenlotter a quasiment grandi dans des cinémas d’exploitation spécialisés dans la violence et le gore, et ça se voit. D’abord, il se permet de filmer à peu près tout ce qui lui passe par la tête. Il a pour lui l’avantage de ne pas espérer que son film soit exploité plus d’une semaine avant de disparaître des salles. Donc tant qu’à choquer, autant y aller à fond. L’intrigue se passe majoritairement dans un hôtel de passe (un vrai, ce qui a obligé l’équipe à surveiller le matériel 24h sur 24, de peur de se le faire voler), du gore par-ci, du viol par-là, et des personnages qui paraissent tous plus inquiétants les uns que les autres. Il faut dire que les acteurs ont été sélectionnés dans la rue justement pour leur apparence peu avenante couvrant tout le spectre du « freak » (prostitué, alcoolique, toxico, etc.), et clairement par pour leur talent.

    Image du film "Frère de sang"

    © 1982 Basket Case Productions − Tous droits réservés.

    Mais surtout, le plus gros point fort du film réside dans la relation entre le « héros » et son « monstre ». Les deux ne sont plus liés physiquement, mais psychiquement. Ce que l’un fait, pense, ou ressent, l’autre le ressent aussi, humanisant par ce biais le personnage de Bélial, qui passe de créature (en plastique) difforme à véritable être humain, avec ses motivations et ses peurs aisément compréhensibles (il ne peut communiquer qu’avec son frère, entraînant une peur de l’abandon assez logique, la perte de sa moitié signifiant qu’il serait coupé de toutes relations sociales ou autres formes de communication), plutôt éloigné d’un Michael Myers ou d’un Jason monolithique donc.

    Image du film "Frère de sang"

    © 1982 Basket Case Productions − Tous droits réservés.

    Inutile de mentir, les 2 premiers tiers du film bien que rythmé par quelques meurtres réveillant le spectateur de temps en temps (souvent hors champs, étonnant pour un film qui se veut gore, mais justifié par un faible budget, la caméra se permettant tout de même de montrer le résultat final des divers démembrements plus en détail) sont assez longs à regarder. Les motivations et relations entre les 2 protagonistes sont très bien développées et sont crédibles, mais assez ennuyantes à regarder pour cause de manque de rythme.
    Une fois les bases bien posées, c’est dans le dernier tiers que le métrage se révèle complètement. Pas plus dynamique que la 1ere partie, mais beaucoup plus profond et liant totalement la psyché de ses deux personnages, l’un rêvant de façon fantasmée des horreurs commises par l’autre. Pour exemple l’unique scène de « sexe » du film, rêvée par Duane comme un véritable acte d’amour, pendant qu’en parallèle est montrée la même scène telle qu’elle est réellement, à savoir un viol beaucoup moins amoureux.
    Cette scène à elle seule résume très bien le film : sale, dérangeant, choquant, et surtout marquant (et un peu longuet aussi). Des airs de Street Trash, 5 ans avant. Avec suffisamment de succès pour avoir 2 suites !

    Les anecdotes :
    – Contrairement aux espérances de son réalisateur, le film aurait pu rester moins d’une semaine en salle. Les diffuseurs y passaient une version censurée censée rendre le film plus drôle, qui n’avait aucun succès. Jusqu’à ce qu’une salle décide de le diffuser en version intégrale et apportant le succès au film qui fut ensuite programmé en version non censurée un peu partout, dont en France sous le nom de Frère du sang un an plus tard.
    – Les scènes d’extérieurs ont toutes été tournées dans New York sans aucune autorisation. Les figurants présents sont pour la plupart des locaux se trouvant dans le coin pendant le tournage

    Par Chriska

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content