Halloween 6 : La Malédiction de Michael Myers

Halloween 6 : La Malédiction de Michael Myers (1995)

  • Titre original: Halloween: The Curse of Michael Myers
  • 1 h 27 min | Horreur, Thriller | 29 septembre 1995
    Note
    3/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (1 votes, moyenne 1,00 sur 10)
    Loading...
    Six ans après avoir mystérieusement disparu du poste de police d'Haddonfield, Michael Myers est de retour. Sa nièce, Jamie Lloyd, retenue en otage par une secte, arrive de justesse à s'échapper avec l'enfant qu'elle vient de mettre au monde. Mais rapidement le lien entre la secte et Myers est connu, et le croquemitaine retrouve la jeune femme et la tue. Pendant ce temps, la petite ville d'Haddonfield se prépare à passer un 31 Octobre sans fêter Halloween, l'ombre des meurtres du boogeyman survolant encore sur la ville. De son côté, le docteur Samuel Loomis sort de sa retraite pour traquer à nouveau Michael...

    Dans ce sixième opus d’Halloween : La Malédiction de Michael Myers, on retrouve le mythique tueur dans une ambiance très différente des autres volets de la saga. Les scénaristes ont voulu ajouter un peu de magie noire dans l’histoire de ce serial killer pour comprendre sa cruauté et ses facultés hors normes. Bonne ou mauvaise idée ? Ajout de détails pertinents ou dénaturation du personnage ? Difficile à dire étant donné la qualité inégale du film.

    Image du film "Halloween 6 : La Malédiction de Michael Myers"

    © 1995 Dimension Films − Tous droits réservés.

    En effet, ajouter une part plus noire, plus surnaturelle à ce conte peut donner une nouvelle dimension au personnage de Michael Myers, faire tourner l’ambiance vers un monde sectaire peut amplifier l’angoisse (et c’était surement le but du réalisateur !). Mais malheureusement comment comprendre ces idées quand on est confronté à un navet pareil !

    Image du film "Halloween 6 : La Malédiction de Michael Myers"

    © 1995 Dimension Films − Tous droits réservés.

    Commençons par le scénario ; bancal, approximatif et bâclé en sont les maîtres mots. On ne comprend pas grand-chose à cette histoire, on a de la peine à suivre le commencement de ce récit et lorsqu’on saisit enfin quelques pistes, le film se termine brutalement. Dans cette histoire bidouillée,  on y trouve de nouveaux personnages sortis d’on ne sait où avec des habitués de la saga dans le but que Myers reprenne son entreprise familiale. Repartir avec les mêmes personnages permet une tentative d’explication de ces nombreux meurtres ainsi qu’une fluidité (ratée mais bien tentée !) avec les précédents Halloween. Myers est égal à lui-même, toujours aussi doux et loquasse ; par contre le reste des personnages est très décevant. Mis à part Jamie, Dr. Loomis et Tommy Doyle qu’on est plus ou moins contents de retrouver (malgré un jeu d’acteur souvent abominable) le restant des personnages est très mal travaillé. On ne comprend pas leur importance ou leur lien avec Myers et on espère qu’une chose : qu’il les égorge l’un après l’autre.

    Image du film "Halloween 6 : La Malédiction de Michael Myers"

    © 1995 Dimension Films − Tous droits réservés.

    Les fondements sont donc plutôt catastrophiques, ce à quoi s’ajoute un visuel spectaculairement raté. Les effets visuels, les maquillages, les jets d’hémoglobines et autres tentatives d’effets spéciaux sont dignes d’un film amateur réalisé par des lycéens fauchés. Cela aurait pu apporter un effet rétro, malheureusement on est plus dans un nanar des années 70 (rappelons que le film est sorti en 95, 17 ans après le premier et avec un budget 15 fois supérieur !). On retrouve la mythique mélodie de John Carpenter mais d’une façon revisitée,  dénaturante et le reste du répertoire musical du film est un échec, l’effroi n’est absolument pas retranscrit et très peu de sensations n’émanent de ce film.

    Pour conclure, on peut donc dire qu’Halloween 6 est un sacré navet, pas inintéressant pour les passionnés de Myers mais à fuir si l’on recherche un film de qualité.

    Critique par Joanny C.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content