La nuit des masques

La nuit des masques (1978)

  • Titre original: Halloween
  • 1 h 30 min | Horreur, Thriller | 24 octobre 1978
    Note
    9/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (3 votes, moyenne 10,00 sur 10)
    Loading...
    Il y a 15 ans, dans une petite ville des Etats-Unis, le soir d’Halloween, au cours de laquelle les enfants ont l’habitude de se déguiser, un petit garçon, Michael, épie sa soeur et son ami qui flirtent. Michael les suit et, armé d’un couteau de cuisine, assassine la jeune fille...

    Sorti en 1978, Halloween est presque devenu instantanément un classique du slasher et il est, aujourd’hui encore, une référence du genre. L’histoire est simple : le soir d’Halloween, un serial killer, Michael Myers, s’évade de l’asile dans lequel il était enfermé, 15 ans après avoir tué sa soeur, pour retourner dans sa ville natale, Haddonfield, afin de tuer encore. Son psychiatre, le docteur Loomis, se lance à sa poursuite….

    Image du film "La nuit des masques"

    © 1978 Compass International Pictures − Tous droits réservés.

    Réalisé avec un budget plus que modeste, 325000$ (même à l’époque c’était peu), par un jeune réalisateur sans expérience, John Carpenter, “La Nuit Des Masques” en version française, ouvre sur un long plan séquence nous mettant à la place d’un tueur dont on ne sait rien, il ira assassiner – nous aussi un peu – une jeune fille et au final on découvrira qu’il s’agit d’un jeune garçon et que sa victime n’était autre que sa soeur. Grâce à cette introduction géniale, sans paroles ou presque, on arrive déjà à mesurer toute l’horreur du futur tueur en série. Cette scène d’ouverture montre aussi tout le talent du réalisateur pour mettre en oeuvre des plans sublimes, avec peu de moyens.

    Image du film "La nuit des masques"

    © 1978 Compass International Pictures − Tous droits réservés.

    Durant tout le film, la mise en scène ingénieuse, tout en lenteur, construit une ambiance unique et le réalisateur arrive à nous tienir en haleine du début à la fin grâce à une montée progressive d’adrénaline (il s’écoute presqu’une heure entre le premier et le deuxième meurtre). Michael Myers est une véritable ombre qu’on ne voit presque jamais : une porte qui claque, un pot de fleur qui tombe, il est partout et nul part à la fois, il est d’ailleurs appelé “the shape” (la silhouette) dans le générique final.

    Image du film "La nuit des masques"

    © 1978 Compass International Pictures − Tous droits réservés.

    La musique est très présente, mais en même temps minimaliste : elle est devenue un classique au même titre que le film lui même. Elle est d’ailleurs composée par Carpenter himself, une mélodie très simple mais très efficace. Puissant car jamais dans l’excès, Halloween fait peur sans montrer les exécutions clairement, le sang ne coule quasiment pas mais tout semble très réaliste.

    Image du film "La nuit des masques"

    © 1978 Compass International Pictures − Tous droits réservés.

    Côté casting, comment oublier Jamie Lee Curtis, dont la carrière à décollé après ce film, dans la peau de Laurie Strode, la baby sitter victime du tueur au masque blanc. Elle nous transmet sa peur, on a beaucoup d’empathie pour elle dès sa première apparition, elle est devenue la “Scream Queen” officielle d’Hollywood grâce à ce film. Le Dr. Loomis, joué par le regretté Donald Pleasence, est mémorable en psychiatre de Mike Myers, qui va tout faire pour l’arrêter car il sait que son patient est le mal incarné. Pleasence, devenu au fil des années un fidèle de Carpenter, incarne à la perfection ce docteur torturé.

    Image du film "La nuit des masques"

    © 1978 Compass International Pictures − Tous droits réservés.

    Halloween est un des grands classiques du cinéma d’horreur. Pour le prouver, il n’y a qu’à compter le nombre de films qu’il a inspiré de près ou de loin. Un référence aussi grâce à son histoire devenue légendaire et à sa mise en scène. “La Nuit Des Masques” est un excellent slasher, il fait parti des
    meilleurs, réalisé à une époque où il ne suffisait pas de faire couler le sang en abondance pour faire peur…

    Clément GAUGUE

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content