[Critique] La peau sur les os

La peau sur les os (1996)

  • Titre original: Thinner
  • 1 h 37 min | Horreur, Thriller | 25 octobre 1996
    Note
    4/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (3 votes, moyenne 6,67 sur 10)
    Loading...
    L'histoire de Billy Halleck, avocat rondouillard à qui tout réussit... jusqu'au jour où, par accident, il percute une vieille gitane avec sa voiture, la tuant sur le coup ! Halleck ressort vainqueur du procès truqué qui s'en suit. Les gitans décident alors de faire leur propre justice et un sort est jeté sur Halleck qui commence alors à perdre du poids de façon incontrôlée, le conduisant vers une mort certaine...

    Billy Halleck, marié, un enfant, est un avocat à qui tout réussit. En surpoids, il vit très bien son embonpoint et a du mal à suivre le régime réclamé par son épouse. Un jour, il percute mortellement avec sa voiture une vieille gitane. À la suite d’un procès truqué, il est acquitté mais les gitans n’en ont pas fini avec lui et lui jettent un sort qui lui fait perdre irrémédiablement du poids, encore et encore…

    Adaptation méconnue du fascinant roman éponyme de Monsieur Stephen King, jamais sorti en France,  La peau sur les os fût réalisé il y a presque 20 ans par Tom Holland, le papa du premier Chucky (Jeu d’enfant) et de Vampires, vous avez dit vampires ? ….  On demande forcément à voir ce que vaut cette (énième) mise en images d’un roman du Maître de l’horreur.

    Tom Holland est un réalisateur que l’on peut au moins qualifier d’efficace. L’est-il ici ? La réponse est, indéniablement, oui. Le film, façon bon téléfilm qui a quelque peu vieilli, est bien construit, correctement filmé, les acteurs font leur boulot, on marche. Sans plus.

    Pourtant Holland a saisi la dimension grotesque des personnages, la cruelle ironie des situations du roman de King. Il restitue, avec une intelligence certaine, ce petit monde de notables américains imbus d’eux-mêmes et mesquins, confrontés à des forces qui les dépassent et à leur propre violence.

    Photo de La Peau sur les os

    Mais il manque le souffle … et peut-être les moyens financiers. Le film respecte le roman dans son contenu et dans son esprit, hormis une fin différente, mais n’a pas vraiment su transposer dans sa mise en scène la puissante magie noire du roman qui vous trouble, vous dégoûte et pour finir vous glace le sang. Pour exemples, la description des transformations physiques des personnages (Billy Halleck n’est pas le seul puni de l’histoire… chacun reçoit un châtiment différent) qui sont, à la lecture, vraiment repoussantes. Ici elles ne sont aucunement troublantes, tout juste visuellement crédibles. La fin malheureusement modifiée par Holland ôte à l’histoire la dimension fatale et amère qui participe de sa force.

    Si La Peau sur les os version Tom Holland a d’honnêtes qualités, il n’apporte évidemment rien, ni à King, ni au cinéma de genre. Dommage.

    Marie T.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content