[Critique] L'Homme invisible

L'Homme invisible (1933)

  • Titre original: The Invisible Man
  • Note
    9/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (1 votes, moyenne 9,00 sur 10)
    Loading...
    Jack Griffin, un scientifique, a trouvé le moyen de devenir invisible. Soucieux de trouver la formule qui lui permettra un retour à la normale avant d'annoncer sa découverte, il s'enroule le visage de bandeaux et se retire dans l'auberge d'un village isolé. Son aspect étrange ainsi que son comportement attirent la curiosité des gens et l'empêchent de travailler. Agacé, Griffin cherche à effrayer les villageois et se sert de son pouvoir à des fins de plus en plus malintentionnées...

    Après Dracula, Frankenstein et la Momie, c’est au tour de la création de H.G Wells L’Homme Invisible de rejoindre les rangs des Universal Monsters. La réalisation du film est confiée à James Whale, réalisateur qui a déjà fait ses preuves sur Frankenstein. À la recherche d’un remède qui lui permetterai de redevenir visible, le scientifique Jack Griffin se heurte à la curiosité des villageois de la bourgade dans laquelle il s’est installé. C’est en terrorisant ses derniers suite à une altecation qu’il commence à basculer dans une folie mégalomaniaque.

    Image du film "L'Homme invisible"

    © 1933 Universal Pictures − Tous droits réservés.

    Pour mettre en image cette histoire, James Whale fait preuve d’une inventivité folle car si le film est daté de 1933, le réalisateur met tout en oeuvre pour en montrer un maximum, et ça fonctionne, que ce soit la technique de superposition d’image ou le bon vieux fil de nilon qui fait léviter des objets. Ces effets restent encore aujourd’hui encore assez bluffants en plus d’être nombreux, et se revèlent bien plus vivants et
    crédibles que n’importe quel CGI qui innondent de nos jours les écrans.

    Image du film "L'Homme invisible"

    © 1933 Universal Pictures − Tous droits réservés.

    Les effets spéciaux ne font pas tout dans L’Homme Invisible, ce dernier est très bien écrit, de simple colérique aspirant à la tranquillité à génie du mal, c’est également un homme à qui il reste une once d’humanité, lui donnant ainsi un coté pathétique que l’on aurait pas soupsonné de prime abord. Si l’écriture du personnage est une réussite, L’Homme Invisible restera dans les mémoires grâce à l’interpretation de Claude Rains, qui livre ici une prestation remarquable. Jouant sous des bandelettes, il fait ce que peu d’acteurs auraient fait, ne pas montrer son visage de tout le film ( à un plan près). Il donne une réelle personalité à Jack Griffin, en plus d’un coté cynique à son personnage et un rire démoniaque qui restera en tête pour longtemps.

    Porté par un noir et blanc magnifique et une réalisation impeccable de James Whale, L’Homme Invisible s’impose comme un film majeur du cinéma fantastique et l’un des meilleurs représentant des Universal Monsters.

    Par Jonathan Roch

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content