Massacre au camp d'été

Massacre au camp d'été (1983)

  • Titre original: Sleepaway Camp
  • 1 h 24 min | Horreur | 18 novembre 1983
    Note
    7/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (2 votes, moyenne 7,50 sur 10)
    Loading...
    Deux enfants, Peter et Angela, font du bateau avec leur père sur un lac. Un hors bord perd le contrôle et vient les percuter de plein fouet. 8 ans plus tard. Angela vit désormais chez sa tante et son cousin Ricky. Tous les deux partent pour un camp de vacances. Toujours traumatisée par l'accident, Angela ne parle qu'à son cousin. Elle provoque l'énervement des autres filles car elle ne pratique aucune activité. Alors qu'elle risque de se faire violer par le cuisinier, son cousin Ricky arrive juste à temps.

    Sorti en 1983 et réalisé Robert Hiltzik, « Massacre au camp d’été » (ou Sleepaway Camp dans la version originale) a su se forger un statut de film culte qui perdure encore de nos jours. Colonie de vacances au bord d’un lac, plans en caméra subjective observant des ados prêts à se faire massacrer par un tueur dont l’identité est révélé dans les dernières minutes, « Massacre au camp d’été » a tout l’air d’être un énième décalquage de Vendredi 13. Le film va cependant faire preuve de certaines qualités même il est considérablement surcôté à cause de final choc. Le film se détache de ses concurrents grâce aux thèmes qu’il aborde. Le harcèlement, la pédophilie, la puberté ou encore le mal être physique, « Massacre au camp d’été » fait preuve d’une rare profondeur dans le genre.

    Image du film "Massacre au camp d'été"

    © 1983 American Eagle − Tous droits réservés.

    Parlons du casting : vous connaissez cette manie du Slasher Movie de faire jouer des ados par des acteurs qui ont 25 ans ? Ici ce sont, les adolescents sont joués par des acteurs de leurs âge. « Massacre au camp d’été » ose faire ce que d’autre n’ont pas osé : décrire l’adolescence jouée par de vrais adolescents ! Langage ordurier, bizutage, rivalité ,appétit sexuel grandissant,on a affaire a une vision crue et sans concession de l’adolescence. Si les acteurs et actrices n’ont pas véritablement percé par la suite ( sauf éventuellement Christopher Collet qui a prêté sa voix à plus de 600 épisodes de Pokemon), ils sont assez convaincants dans leurs rôles.

    Image du film "Massacre au camp d'été"

    © 1983 American Eagle − Tous droits réservés.

    Qui dit personnages mineurs dit meurtres relativement soft. Ces derniers se déroule quasiment tous hors champ et l’on verra uniquement les cadavres, par ailleurs assez bien réalisés. Il en découle tout de même des images choc, tel ces enfants massacrés dans leur sac de couchage, le cuisinier pédophile brûlé à l’eau bouillante ou le seul meurtre graphique du métrage: une fléché planté dans la gorge : ces quelques effets sont plutôt réalistes et assez saisissants.
    Le point d’orgue de « Massacre au camp d’été », c’est biensûr son final qui aura traumatisé toute une génération, et qui fait encore son effet aujourd’hui. Sans rien révéler, ce final ouvre à une seconde vision du film, qui prend une tournure différente grâce à un sous texte qui n’est pas évident à déceler lors de la première découverte du métrage.

    Malgré une réalisation pauvre et quelques longueurs, « Massacre au camp d’été » est une œuvre à découvrir, ses thématiques et son final qui ne laisse pas de marbre en font un incontournable.

    Par Jonathan Roch

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content