[Critique] Meurtres à la Saint Valentin (1981)

Meurtres à la Saint Valentin (1981)

  • Titre original: My Bloody Valentine
  • Note
    4/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (2 votes, moyenne 3,50 sur 10)
    Loading...
    Lors du bal de la St-valentin, cinq mineurs trouvent la mort dans une explosion dans la mine. Harry Warden, l'un des mineurs, a survécu et se venge de ses collégues en massacrant ceux qui étaient partis au bal. Des années plus tard, les jeunes de la ville veulent réorganiser le bal. Mais les crimes recommencent et, pour six jeunes partis dans la mine, ce n'est que le début d'un long cauchemar.

    Inspiré par les succès de “La Nuit des masques” (1978) et “Vendredi 13” (1980), le réalisateur George Mihalka s’essaie au genre du slasher pour son deuxième film. Comme une grande partie des films d’horreur, “Meurtres à la Saint-Valentin” commence avec une bande de jeunes qui veut faire la fête, qui n’en pas le droit et qui va se faire décimer par un tueur fou…

    Image du film "Meurtres à la Saint Valentin"

    © 1981 Secret Films − Tous droits réservés.

    Vous l’aurez compris, il s’agit ici de la fête de la Saint-Valentin, dont l’organisation est le sujet principal de la première partie du film. On va alors voir à l’écran une grosse quantité de cœurs, symboliquement et littéralement. Le tueur semble d’abord rapidement identifié, mais finalement le doute se fait sentir et l’on passe du slasher classique au “whodunit” (se traduit par “qui fait ça ?”) dans la seconde partie du film. Malheureusement pour nous, le style est beaucoup moins bien maîtrisé que ça ne le sera dans Scream (1996).

    Image du film "Meurtres à la Saint Valentin"

    © 1981 Secret Films − Tous droits réservés.

    L’intrigue change également de décor dans la seconde partie du film puisque l’on passe du milieu urbain pour s’enfoncer progressivement dans le milieu souterrain de la mine. Le dédale des boyaux de la mine aurait pu permettre un bon nombre de métaphores et c’est un lieu idéal pour le suspense et la confusion. Mais cette fois encore, le potentiel est ici sous-exploité. L’affrontement final est lui-même plutôt mauvais et la dernière scène se termine par une touche de folie. Cela aurait pu également être un thème intéressant s’il avait été amené plus tôt dans le film, là on peut surtout en venir à penser que c’est le réalisateur lui-même qui a pété un cable.

    Image du film "Meurtres à la Saint Valentin"

    © 1981 Secret Films − Tous droits réservés.

    Certaines idées étaient pourtant bonnes : la tenue du tueur et son piolet comme arme fétiche sont assez originaux et la mine comme décor était prometteuse. Mais le scénario et le montage ne sont pas à la hauteur. Des sous-intrigues intéressantes sont pourtant ébauchées et auraient pu donner plus de consistance à l’histoire, comme par exemple le triangle amoureux des jeunes fêtards ou les motivations et le profil du tueur. Mais les choses ne sont que suggérées fugacement et le spectateur n’a pas le temps de s’y raccrocher pour rester dans l’histoire.

    Image du film "Meurtres à la Saint Valentin"

    © 1981 Secret Films − Tous droits réservés.

    Le point fort du film se trouve dans les scènes de meurtres, elles sont à la fois assez sanglantes et assez réalistes, ce qui n’est pas toujours un combo facile à obtenir. Les gros plans sur le tueur et ses victimes sont bien réalisés, sans tomber pour autant dans l’excès. Malheureusement, la censure a amputé la version du film sortie au cinéma d’une grande partie de ses scènes les plus gores, ce qui était pourtant l’atout du film et ce sur quoi avait misé Mihalka.

    Bien que ce film soit plutôt médiocre, il bénéficie d’un remake en 2009 par Patrick Lussier, habitué des remakes, avec pour un résultat un film pas franchement meilleur que le premier. Il y a pourtant l’un des stars de “Supernatural” à l’affiche : Jensen Ackless, mais il est bien plus convaincant en Dean Winchester qu’en tueur-mineur-fou.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content