Overlord

Overlord (2018)

Note
7/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (3 votes, moyenne 8,33 sur 10)
Loading...
A la veille du Débarquement, un groupe de parachutistes américains est lâché derrière les lignes ennemies pour une mission cruciale. Mais en approchant de leur cible, ils commencent à réaliser qu'il y a plus qu'une simple opération militaire à effectuer dans ce village occupé par les nazis.

Overlord, c’est ce genre de film auquel on a déjà joué mais qu’on avait encore jamais vu. Quoi ? Vous mavez bien compris. Si vous connaissez un peu la franchise Wolfenstein, vous savez ce jeu vidéo qui, plusieurs décennies, vous permet d’incarner un soldat Américain qui défonce des hordes de Nazis à moitié zombifiés. Si Overlord n’est pas une adaptation officielle de ce jeu, il en est très fortement inspiré. A tel point que la ressemblance est frappante tant du point de vue de l’histoire, de la chronologie, de l’ambiance, et du gameplay/scénario.

Parlons du scénario. Il est simple à l’extrême : un groupe de soldats américains avec une mission, celle de détruire la base radio des ennemis pour permettre le débarquement des alliés en 1944. Pour ça, il leur faut pénétrer dans l’église du village par tous les moyens possibles, sans se faire remarquer bien sûr, au risque de passer entre les mains du « Docteur » (le méchant, of course). La progression de l’histoire et la réalisation reprend tous les codes du jeu vidéo, avec l’arrivée en zone ennemie, la découverte de l’environnement, l’infiltration de camp de base et le boss de fin de niveau qui fera tout pour vous empêcher de tout péter.

Image du film "Overlord"

© 2018 Bad Robot − Tous droits réservés.

Alors on ne va pas se mentir : c’est un film de guerre, avec des explosions, de l’action, des méchants et des zombies. Le fait que l’histoire se déroule dans les années 40 permet au réalisateur de ne pas en faire trop sur les effets spéciaux ou sur le côté fantastique : les héros se battent avec des pistolets qui s’enrayent, des baillonettes, des grenades et des poings américains.
D’ailleurs, au niveau des effets spéciaux, la scène d’ouverture est vraiment très prenante. On vous recommande particulièrement la 4DX rien que pour savourer la scène d’ouverture lors du parachutage des soldats. Ca secoue à un point qu’on a une seule crainte, c’est être éjecté de son siège (bordel, où sont les ceintures ?).

Au niveau de l’horreur ça donne quoi ? Il y a du sang. Bien rouge et qui tache. Des trous dans la tête. Le film surfe à fond sur les expériences menées par les Nazis pendant la guerre et sur la recherche de l’immortalité de l’armée de soldats. Au final, devant Overlord, on passe un bon moment sans trop se prendre la tête. Alors oui, le jeu de certains acteurs est vraiment parfois limite. Et oui, certains décors ne sont pas raccord avec la géographie où l’action est supposée se passer (on a vraiment l’impression d’être au coeur de la forêt amazonienne et pas du tout du bocage normand). Mais ces petits couacs n’enlèvent rien au bon moment que l’on passe devant ce film.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content