Predators

Predators (2010)

Note
3/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (2 votes, moyenne 9,50 sur 10)
Loading...
Royce, un mercenaire, se retrouve obligé de mener un groupe de combattants d'élite sur une planète étrangère. Ils vont vite comprendre qu'ils ont été rassemblés pour servir de gibier. À une exception près, tous sont des tueurs implacables ? des mercenaires, des yakuzas, des condamnés, des membres d'escadrons de la mort ; des « prédateurs » humains qui sont à présent systématiquement traqués et éliminés par une nouvelle génération de Predators extraterrestres. Voici l'affrontement sans pitié de tueurs absolus.

Le remake/séquelle/préquelle du film de John Mac Tiernan était un des films les plus attendus de l’été par Films-horreur.com car on pouvait en espérer  de bonnes idées entrevues dans les quelques previews et un apport de la modernité visuelle qui pourrait donner un coup de jeune à la franchise déja agée de 23 ans. Mais j’ai eu très peur après avoir vu la bande-annonce : qu’on fasse de Prédators un survival de bas étages et qu’on gâche la richesse mythologique et la toile de fond du film original. Et bien, mes craintes étaient fondées.

Dès la scène d’ouverture où, tout comme le héros, on est parachutés dans l’inconnu et on ne sait pas trop où l’on atterrit, on se rend vite compte que la finesse, la mise en place progressive de l’action et l’intelligence du film original ne feront pas partie de ce métrage-ci. Dès le début, les réactions des personnages ne tiennent pas un instant la route ( et cela va durer ) : leurs décisions sont ridicules, ils devinent de suite, en voyant des crânes humains que se sont des trophées de chasse ce qui revient à supprimer la moitié de l’intrigue principale qui devait résider dans la découverte par les héros des monstres qui sont en train de les poursuivre. Le pire, c’est que ça n’a pas l’air de les affecter plus que cela, ils se rendent compte que quelque chose a été largué à cet endroit en même temps qu’eux et ça n’a pas l’air de les affecter, ils continuent leur crapahutage comme si de rien n’était.

Nouvelles-images-de-Predators_reference (1)

En 10 minutes chrono, les personnages sont présentés, tous plus stéréotypés les uns que les autres : le black warrior, le prisonnier méchant et rasciste, la fille qui a des couilles, le russe qui a aussi des couilles et qui boit de la vodka, le médecin avec des lunettes ( pour faire intello ) qui sort des phrases savantes toutes les 5 minutes, le meneur courageux mais qui cache des failles .. Ajoutez à cela un mexicain moustachu, un asiat Yakuza pas très causant … Leur point commun ? Ce sont tous d’affreux meurtriers ou bien des soldats qui aiment faire le mal ( parce que la guerre c’est mal ! ). On a l’impression d’avoir affaire à une quelconque série Z, un bon vieux slasher où la galette de personnages ne sert finalement qu’a faire office de chair à pâté. Tellement peu de profondeur et de nuance dans un film qu’on a choisi de faire reposer justement sur les héros eux-mêmes, c’est quand même rare. Leur destin dans l’intrigue importe peu au spectateur tant les personnages sont agaçants et idiots. Je ne parlerai pas du rôle de Laurence Fishburne tant il est incompréhensible et inutile ( c’est bien la peine de passer 15 minutes à nous le présenter pour le faire déchiqueter par un Predator 5 minutes plus tard ).

Image du film "Predators"

© 2010 Twentieth Century Fox Film Corporation − Tous droits réservés.

Pour contrecarrer cet aspect là, je m’attendais à être surprise par les Prédators, par leur look, par leur évolution, leur histoire. Et bien là aussi, grosse déception. Ils ne servent en fait que de prétexte à une symbolique lourdingue de la bestialité humaine. Ils ne sont plus aussi efficaces et deviennent même aussi bêtes que les personnages qu’ils sont censés chasser. On en apprend certes un peu plus sur leur monde malgré tout : il existerait en effet une hiérarchie et une évolution de leur espèce. Mais cette bonne idée est tout juste effleurée et semble davantage servir de gadget narratif qu’à une relecture de cet univers qu’on aurait voulu beaucoup plus fourni et travaillé. Alors oui, il y a de bonnes idées, notamment les fameux chiens dont l’aspect pouvait paraître réjouissant, mais leur introduction qui se voulait originale est très vite baclée et se réduit à un simple shoot’em up, sans exploiter le potentiel horrifique qu’ils représentaient.

Le scénario ( écrit depuis des années par Robert Rodriguez parait-il ) est risible voire même inexistant tant on a l’impression qu’il ne se passe rien. La succession des scènes délaissent tout enjeu scénaristique et ne procurent aucune montée d’angoisse. J’ai eu l’impression d’une succession plans de 5 minutes mis bouts à bouts sans aucune volonté de cohérence, ce qui contribue à construire un faux rythme où il se passe finalement toujours la même chose ( ils marchent voient un truc qui leur fait peur, ils s’arrêtent, perdent l’un d’entre eux et repartent, remarchent .. ).

Image du film "Predators"

© 2010 Twentieth Century Fox Film Corporation − Tous droits réservés.

Il n’y a aucun suspens non plus : ce qui faisait la force du film de Mc Tiernan résidait dans ces moments de silence, où les Predators observaient et faisaient monter l’angoisse au fur et à mesure de l’histoire. Mais là, on a préféré un bavardage stérile qui nous ressasse ce qu’on sait déja, et pire, on a même pas envie d’en savoir plus.  On a juste envie que le film se termine, le plus vite possible. Côté action, rien de bien terrible non plus : les affrontements au fort potentiel se révèlent être mal filmés ( champ/contre-champ/Plan Large ), peu imaginatifs et faussement badass. Pas de gore non plus à se mettre sous la dent : le film de 1987 était beaucoup plus dérangeant de ce point de vue !

Pas grand chose à sauver de ce Predators inutile, vain et trop peu intelligent mâchant le peu de travail de réflexion par des redondances rageantes. Adrian Brody ne fait pas le poids ( c’est le cas de le dire ) on a l’impression qu’il s’est trompé de plateau de tournage. Trop gringalet et mono-expressif pour faire passer une quelconque émotion. Pourtant, il ne faut pas être un acteur extraordinaire pour transcender ce genre de film ( Schwarzenegger n’a jamais reçu d’oscar que je sache ) mais Brody ne tient pas une seconde la route ici.

Aucun commentaire

  1. Eh ben… déjà je croyais que c’était rob a la réal. En plus je pensais qu’il y avait matière a faire un bon film.
    Dommage.
    Merci, tu me fais economiser 10e

  2. hi hi bon je vois, même combat!!

  3. @Bat : Non Robert Rodriguez est à la production en fait ! Et oui, y’avait matière à faire quelque chose de bien mais bon ..

  4. Je suis très déçu en lisant la critique que tu as faite, je fais partis des fans du premier Predators. Voilà j’attendais beaucoup du nouveau Predators, mais en lisant la plupart des avis, je me dis que mon argent serait plus utilement dépensé en achetant des artifices pour re-fêter notre fête national.

  5. Sans élever le premier au rang de culte, cette suite est très réussie techniquement mais d’une pauvreté affligeante scénaristiquement, et alors les dialogues, je n’en parle même pas…

    Vraiment déçu aussi

  6. Tu me fais peur avec ta critique. Ca n’a pas l’air folichon.

    Vivement lundi pour me faire ma propre idée car c’est quand même un film que j’ai hate de voir.

  7. En même temps, je viens de voir la bande annonce et les acteurs ont en effet l’air aussi stéréotypés que dans un Z roumain du début des années 90…

  8. Bon je suis quand même allé voire le film, faut dire que je l’attendais depuis pas mal de temps.

    Résultat j’ai quand même passé un bon moment, je m’attendais à vraiment pire au vue de tes critiques.

    Pourquoi j’ai passé un bon moment? Peut être le plaisir de retrouver une des plus grandes créaturse cinématographique à mes yeux, retrouver la violence inouïe qui se dégage de ces bêtes.

    Pour ma part c’est loin d’être le film du siècle, je commence à me résoudre à baisser mon niveau d’attente pour le cinéma d’horreur et SF, pour ne pas dire à l’intégralité du cinéma à quelques rares exceptions près… Il est loin l’âge d’or du cinéma du genre, ou peut être simplement mon âge d’or (cinéma des années 80). D’après moi si vous êtes fan de Predator vous serait déçu, mais sa sera avec joie que vous retrouverez les predators sur grand écran, rien que pour sa vous passerez certainement un bon moment.

    Attention spoiler, pour moi la scène la plus affligeante du film, la plus impensable, celle qui m’a vraiment fait grincer des dents, la scène avec le duel au sabre entre le yakuza et le predator…

  9. Heureusement que me voilà … le fan d’action-movies et d’horreur, le seul et unique à défendre les films que vous enterrez, bouh !
    Bon, okay, le réalisateur est trop jeune pour poser sa marque. Surtout avec Rob derrière à la prod ! Nimrod s’est fait bouffer ! Bah, ça arrive. L’histoire est furieusement efficace. Là où vous ne voyez que des clichés, je vois un gros cadeau pour les fans de predator. Comme une expérience de labo. On prend des bourrins et on les place hors de leur contexte ! Pourquoi en faire plus ? Vous vouliez quoi, au juste ? Je comprends pas à quoi vous vous attendiez. L’intérêt de ce film, c’est de voir dans quelles circonstances les personnages vont révéler leur nature. Le russe, le yakuza, le traitre …
    Vous me dites clichés ? Je réponds Aliens (le 2, donc). Mais là, comme c’était Cameron, tout le monde a dit amen …
    Ceux qui n’ont pas aimé le film n’ont pas vraiment saisi qu’il s’agissait d’un pop-corn movie ! Comme avatar, oui, oui, mais en moins chiant ! ( vous voyez, les gouts, c’est vraiment aléatoire !)
    Je comprends néanmoins vos critiques. L’aspect simpliste du film appelle le spectateur à rester au premier degré. Si vous cherchez la petite bête …

  10. Plutôt d’accord, bien que très loin d’égaler le premier, on passe quand même un assez bon moment si on ne réfléchit pas trop.

    Quand meme bien mieux que les bouses d’alien vs predator , et mieux aussi que predator 2…

    Bon je vous vois venir..ils auraient du s’arreter après le premier en fait.

  11. C’est pas le film du siècle, on est d’accord. Néanmoins, c’est pas aussi mauvais que les critiques le laissent croire. C’est même plustôt pas mal. On a pas le temps de s’embêter, les meurtres sont violents, le reste compte peu dans se genre de film. Les personnages sont de vraies carricatures c’est vraie. Mais où est le problème? ils sont là pour servire de chaire à cannon, leurs psychologie on s’en fout.

    Ce predators a combler mes attentes (qui n’étaient pas bien éxigentes pour un film de ce style). J’ai passé un bon moment et c’est bien l’essentiel. C’est même le but du cinéma.

  12. J’ai regardée Prédator et j’ai … adorée!!!!
    un peu simpliste niveau scénario, mais j’ai pas vu le temps passé et je me suis point ennuyée!
    j’ai même trouvée le film un peu court. je ne voulais pas que cela se termine!
    il es un de mes préféré de la saga avec Aliens vs Prédator que je trouve génial!
    c’est bizarre, j’aime souvent les films ou mêmes les choses que la plupart des gens n’aime pas!
    j’ai surement une autre vision de voir les choses… et cela me convient tout a fait!!!!! j’adore ca! au moins je ne suit en aucun cas la meute!!
    bonne soirée a vous!

  13. Que nimrod antal ait réalisé un petit chef d’oeuvre comme motel et la qu il puisse tomber aussi bas est fort dommage avec ce predator 3. Autant les deux premiers predator étaient réussis que celui là est consternant. Note : 2/5

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content