[Critique] Saint Maud

Saint Maud (2019)

1 h 23 min | Horreur | 8 septembre 2019
Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (3 votes, moyenne 6,00 sur 10)
Loading...
Maud, une jeune infirmière à domicile très croyante et qui entend la voix de Dieu, s'est donnée pour mission de sauver l'âme de sa patiente, provocante et organisant de larges réceptions au sein de sa propriété.

Grand gagnant du Festival de Gerardmer 2020 avec quatre prix (Jury jeune, prix de la critique, meilleure musique et Grand prix 2020), Saint Maud retrace l’histoire affolante d’une infirmière contactée par un dieu aux méthodes discutables. Oscillant entre la folie et la foi, il est quasi impossible d’interpréter les agissements de cette jeune femme. Le film dégage une énorme aura mystèrieuse autour de ce dieu, représenté de façon inédite, il communique via un ciel inquiétant, une lumière froide et des sensations corporelles extrêmes. Bien loin de l’idée que l’on se ferait d’un dieu bienveillant, Saint Maud ose jouer la carte de la dualité des plans divins retranscrits dans le personage de cette infirmière.

Image du film "Saint Maud"

© 2019 Film4 Productions − Tous droits réservés.

Les scènes sont très belles, bien que parfois trop sombres, elles oscillent constamment sur la frontière entre les ténèbres et la lumière. Une opposition omniprésente dans le film et très bien portée par le personnage principal. Brillamment interprétée, cette Maud semble être la petite sœur égarée de Carrie. Une douce rouquine plutôt naïve cherchant à faire le bien mais se laissant lentement consumer par le mal. Perdue entre sa vie passée, ses échanges divins et sa foi rédemptrice, ce personnage complexe évolue beaucoup au cours du récit et provoque beaucoup d’émotions paradoxales chez le spectateur.

Saint Maud repart avec le prix de la meilleure musique amplement mérité. Les sonorités du film accompagnent progressivement le spectateur dans cette descente aux enfers. Des percussions sont fortes et cernées de silences éloquents sans jamais abuser de la facilité jumpscare. Saint Maud a su créer une ambiance musicale aussi perturbante que son visuel. Bien que les thèmes religieux, démoniaques et psychopathes soient devenus presque indigestes dans le cinéma de genre, ce film montre qu’il existe encore un avenir dans ce domaine si l’on fait preuve d’un peu de créativité.

Saint Maud va s’imposer comme un film fort de 2020 mais il risque d’être vite essoufflé par une histoire trop commune. Bien que l’interprétation de ce récit soit admirable, débordante de talent et a raflé quasiment tous les prix du festival, on ne peut s’empêcher d’éprouver un sentiment de déjà-vu. Cette photographie trop sombre, la grande maison froide et lugubre, l’agressivité des personnages qui l’entourent etc. Tout cela semble déjà trop utilisé. De plus, on retrouve énormément d’éléments communs au Carrie de De Palma (peut-être trop ?) une sorte de remix de son style dans une nouvelle histoire.

Néanmoins, malgré une forte concurrence, Saint Maud mérite ses trophées. Le film est d’une grande qualité : effrayant mais pas cheap, glauque mais pas nauséeux, pervers mais pas navrant, une maîtrise admirable qui en fait certainement l’un des meilleurs films d’horreur de l’année. Le fim sera à découvrir en salles le 1er juillet 2020.

Par Joanny Combey

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content