Sans un bruit

Sans un bruit (2018)

  • Titre original: A Quiet Place
  • Note
    7/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (2 votes, moyenne 4,50 sur 10)
    Loading...
    Une famille tente de survivre sous la menace de mystérieuses créatures qui attaquent au moindre bruit. S’ils vous entendent, il est déjà trop tard.

    Quand un grand studio donne une liberté quasi-totale à un auteur, on peut obtenir une bonne surprise et c’est le cas de « Sans un bruit » de John Krasinski. La grande force de ce premier est film est de partir de ce high-concept pour aller au bout des choses ; le film est quasi muet de bout en bout et ça, dans un genre comme l’horreur où on a l’impression que les jump-scares et autres screamers règnent en maîtres, c’est un excellent choix.

    Image du film "Sans un bruit"

    © 2018 Sunday Night − Tous droits réservés.

    Qui dit absence de dialogues, dit forcément un jeu d’acteur au diapason et c’est totalement le cas. Le casting (Emily Blunt et Millicient Simmonds en tête) est d’une justesse absolue et nous n’avons pas l’impression non plus de voir des acteurs mais bien une famille en proie à la peur comme n’importe quelle personne normale. L’identification est alors totale et le silence se fait entendre aussi dans la salle.

    Débarrassé de gros impératifs (les studios adorent que les films soient gorgés de dialogues explicatifs et qu’on mette « des trucs qui font peur parce que les jeunes aiment ça »), Krasinski peut mettre l’accent sur le rythme et arrive à créer une vraie ambiance qui collera les spectateurs au siège et les forcera à retenir leur souffle (la fameuse scène du clou est un must dans le genre).

    Image du film "Sans un bruit"

    © 2018 Sunday Night − Tous droits réservés.

    Mais le film n’est par parfait non plus et c’est lié à un de ces producteurs ; Michael Bay (« Bad Boys », « Transformers », « No Pain, No Gain »). Déjà producteur de films d’horreur destiné au public jeune, (le remake déplorable des « Griffes de la nuit) sa logique semble toucher le jeune réalisateur. Il y a donc (peu mais quand même) des jumps-scares faciles, une musique tapageuse (qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe) et l’absence de réelle évolution des personnages et de la situation (un peu comme les 2 premiers volets de Transformers). Et cette fin d’un cliché absolu et qui appelle évidemment à une suite (confirmée depuis par le réalisateur) qui risque fort de décevoir. Le futur nous le dira.

    Image du film "Sans un bruit"

    © 2018 Sunday Night − Tous droits réservés.

    Filmé avec passion, bien interprété et écrit avec un sens certain du spectacle et du suspense mais miné par des défauts qui finissent par faire tâche, « Sans un bruit » échoue à rejoindre les films à petit budget mais qui ont eu un gros impact (« Get Out », « It Follows » ou encore « The Witch »). Mais, faire mieux que les films habituels, c’est une très bonne chose qu’il faut savoir apprécier.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content