[Critique] Saw 3

Saw 3 (2006)

  • Titre original: Saw III
  • 1 h 47 min | Horreur, Thriller, Crime | 27 octobre 2006
    Note
    4/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (Soyez le premier à noter ce film !)
    Loading...
    Le Tueur au puzzle a mystérieusement échappé à ceux qui pensaient le tenir.Pendant que la police se démène pour tenter de remettre la main dessus, le génie criminel a décidé de reprendre son jeu terrifiant avec l'aide de sa protégée, Amanda...Le docteur Lynn Denlon et Jeff ne le savent pas encore, mais ils sont les nouveaux pions de la partie qui va commencer...

    Nouveau chapitre pour la saga Saw. Avec ce 3e épisode, une fois n’est pas coutume, le tueur au puzzle va mettte à l’épreuve une ame torturée, en l’occurence celle de Jeff, père de famille inconsolable depuis la mort de son fils, fauché par un chauffard, qu’un manque de preuves et un vice de procédure a remis en liberté. Ca tombe bien, Jigsaw lui sert les responsables de son chagrin sur un plateau : à lui de décider si ils doivent vivre ou non, pendant que Lynn, medecin, est kidnapée par la disciple du psychopathe pour maintenir en vie celui ci, la règle du jeu est simple : il meurt, elle meurt.

    Image du film "Saw 3"

    © 2006 Twisted Pictures − Tous droits réservés.

    Saw épisode 3 : la revolution attendra, après tout pourquoi changer une recette qui gagne alors qu’il est plus simple d’augmenter la dose des ingrédients pour avoir une plus grosse part du gâteau ? Au programme : plus de sang, plus de pièges, et plus de monologues à dormir debout d’un Jigsaw qui philosophe sur le sens de la vie et des choix qu’elle implique. Ce qui ne serai pas si grave si le scénario suivait. Bien qu’il ne soit pas détestable, la moitié du métrage n’est au final rien d’autre qu’un film de couloir grossierement tartiné de vigilante movie inversé ( imaginez un justicier dans la ville, mais où Charles Bronson serait passif) jusqu’à la conclusion qui nous refait une nouvelle fois le coup du twist qui ne surprendra personne. Non pas qu’il soit décelable aux premiers abords, mais le cahier des charges restant le même d’un film à l’autre, certaines choses sont inévitables. Même si c’est super la première fois, que ça passe la seconde, il est légitime d’en avoir ras-le-bol à partir de la troisème, et si vous pensiez que la conclusion de Saw 2 était des plus capillotractée, vous n’avez rien vu, tant James Wan et Leigh Wanhell sont partis loin avec ce 3e opus lors de la rédaction du script, allant jusqu’a créer des twists qui trouveront leurs échos dans dans les deux premiers opus.

    Image du film "Saw 3"

    © 2006 Twisted Pictures − Tous droits réservés.

    Saw 3 a fait grand bruit à sa sortie en salle Française en 2006, puisque la veille de son exploitation en salles, le Ministre de la culture a fait interdire le film au moins de 18 ans, sous pretexte que « la violence et le sadisme incessant et insoutenable de scènes s’apparentant explicitement à des tortures physiques et morales justifient pleinement cette décision d’interdiction« . Interdiction justifiée ? Négatif, certes le film est gore, et il faut reconnaitre l’excellence des effets spéciaux. Mais il n’y a rien d’insoutenable dans Saw 3, et la bêtise du script, l’irréalité des pièges et les effets de mise en scène clipesques à gerber de Darren Lynn Bousman et son fidèle filtre de couleur oscillant entre le citron vert et le jaune pisse auraient dû mettre la puce à l’oreille de monsieur Renaud Donnedieu de Vabres. Saw 3 est un mauvais film d’horreur qui n’a que l’inventivité de ses scènes gore comme argument de vente. Sans le vouloir, cette interdiction aura donné un argument marketing supplémentaire, ce troisième volet restant à ce jour celui qui a fait le plus d’entrées sur le territoire.

    Par Jonathan Roch

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content