[Critique] Saw 5

Saw 5 (2008)

  • Titre original: Saw V
  • 1 h 30 min | Horreur, Thriller, Crime | 23 octobre 2008
    Note
    1/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (Soyez le premier à noter ce film !)
    Loading...
    Dans ce nouveau volet de la saga Saw, il semble que Hoffman soit le seul héritier du pouvoir du Tueur au puzzle. Mais lorsque son secret risque d'être découvert, il n'a pas le droit à l'erreur et doit éliminer chaque menace. Les pièges vont se multiplier pour se refermer, inexorablement, en déclenchant autant de frissons que de cas de conscience...

    Petit résumé des épisodes précédents : Jigsaw est mort, sa disciple Amanda l’est également, dans Saw 3. Mais avant son décès, le tueur a eu la gentillesse d’anticiper les suites de la saga ! Nous apprenons donc dans Saw 4 ( qui se passe en fait pendant le 3, bien qu’il commence après, et se poursuit avant, faut suivre) que le détective Hoffman est le second disciple recherché par les
    autorités. En faisant d’un flic un complice, on comprend mieux comment Jigsaw en savait autant sur ses victimes, ce qui ajoute un minimum de cohérence à la série de films.

    Image du film "Saw 5"

    © 2008 Lionsgate − Tous droits réservés.

    C’est ici la seule qualité du film, car si l’expression est la même depuis le deuxième opus, cette fois ci c’est la bonne : Saw 5 est l’épisode de trop. Darren Lynn Bousman ne reprend pas la caméra, il est remplacé par David Hackl ( auparavant chef décorateur sur Saw 2, 3 et 4), dont c’est le premier film. Un changement qui aurait permis à nos yeux de ne pas saigner une quatrième fois si il n’avait pas repris les tics détestables de mise en scène de son prédécesseur.

    Image du film "Saw 5"

    © 2008 Lionsgate − Tous droits réservés.

    Coté scénario, on retrouve le groupe d’individus prisonnier directement repris de Saw 2 ( inutile et sans aucune incidence sur l’intrigue), et le recit en flashback du quatrième opus qui nous en apprend plus sur Hoffman ( Costa Madrylor, complètement absent). Un script paresseux, mais moins confus que son grand frère, qui revisite à nouveaux les précédents métrages sous un angle inédit, jusqu’au twist obligatoire, qui tient du foutage de gueule puisque ce n’en est pas un. Reste le dernier recours pour rester éveillé devant un Saw : les pièges gores. Mais comme c’est l’épisode le plus bavard, et le plus avare en scènes sanglantes, la scéance risque d’être pénible, aussi bien pour les détracteurs que pour les fans.

    Par Jonathan Roch

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content