Super 8

Super 8 (2011)

Note
6/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (7 votes, moyenne 6,71 sur 10)
Loading...
Eté 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu'ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d'une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu'il ne s'agit pas d'un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer.

On en parle depuis sa mise en chantier, voire même avant ! Ayant d’abord été vendu comme préquelle à Cloverfield lorsqu’on a appris que J.J. Abrams était sur le projet, Super 8 devait marquer l’année 2011. Et notre attente a été encore moins supportable lorsque Spielberg est arrivé à la production du film, et les plus enthousiastes se sont tout de suite pris à rêver au chef d’oeuvre.

Mais le risque majeur lorsqu’on attend un film depuis des mois, c’est inévitablement d’être déçu. Et ça a été notre cas avec Super 8. Car malgré l’association de ces deux monstres hollywoodiens, Abrams et Spielberg accouchent d’un pétard mouillé jamais original, qu’on regarde un peu passif.

La nostalgie semble toucher le monde culturel et surtout cinématographique depuis une dizaine d’années, et Hollywood est abonné aux remakes. Spielberg voulant se démarquer, a décidé de se rendre hommage à lui même ( et on a taclé Wes Craven pour avoir fait la même chose… bref… ) en surfant sur la vague revival des années 80. On espérait pourtant que le cinéaste puisse encore avoir des idées originales sous le coude après nous avoir livré des films à la fois touchants et époustouflants. Mais il semblerait que ça ne soit pas le cas et Super 8 se perd dans la référence permanente, flattant le cinéphile trentenaire nostalgique de la grande époque Hollywoodienne qui ne se rend même pas compte de la supercherie. Celui-ci, trop content de voir J.J. Abrams filmer un Alien « dirigé » par Spielberg, devient subitement très peu exigeant et se contente de références plus ou moins subtiles.

Car c’est un des reproches que l’on peut faire au film ( et qu’on rencontre de plus en plus au cinéma ) : le manque d’inventivité. Au hasard on retrouve donc un savant mélange des Goonies ( pour l’histoire vue du côté des enfants ), La Guerre des mondes ( où Spielberg  savait filmer des Aliens dignement ), Rencontres du 3è type ( quelques scènes presque copiées /collées ), Jurassic park ( avec la scène du bus la plus mal filmée depuis longtemps )  en passant par District 9

Pourtant, le film partait bien et le point de vue de cette bande de gamins des années 60 était d’une fraicheur assez plaisante. Leur volonté de faire un petit film avec les moyens du bord est même attendrissante. La galerie de personnages montre ce que Spielberg sait peut être faire le mieux : créer et développer des personnalités attachantes et construire une histoire qui capte l’attention du spectateur. Dans cette première demie-heure on s’amuse beaucoup et on se retrouve dans cette ambiance enfantine, en décalage avec le monde des adultes, trop préoccupés par leur vies respectives. L’accident de train ( le déclencheur de toute l’histoire ), qu’on avait aperçu dans la bande-annonce est tout simplement grandiose, filmé en plan séquence et saisissant de réalisme. Ça pête dans tous les sens et on a même peur de se prendre un wagon dans la tronche !

Mais c’est justement au moment où le film en lui même est censé démarrer que tout se gâte : au moment même ou l’armée commence à débarquer, Super 8 devient malheureusement ultra prévisible et même assez désagréable à regarder. En prenant le parti de ne dévoiler le monstre que petit à petit ( comme dans Cloverfield ) Abrams frustre le spectateur et les attaques successives de celui-ci où on voit tour à tour une jambe, ou une bouche lassent assez rapidement. Car là où on comprenait cette technique dans Cloverfield à cause de la caméra subjective, elle donne ici l’impression d ‘un teasing d’une heure où le réalisateur se concentre davantage sur son histoire d’amour tire-larmes et presque inutile que sur le moteur principal de son action.  Car si on a déja servi l’argument du hors champ pour les attaques de monstres dans les films à budget réduit, pour Super 8 on se demande si ce parti pris sert vraiment le film.

Plus le métrage avance, plus on se rend compte que Super 8 n’apporte rien de nouveau, ni dans l’histoire familiale du père pas doué en éducation, ni dans le traitement du deuil de l’enfant trop lacrimal. Rien de bien original non plus dans le manichéisme de certains personnages, ou le final sentimentalo-vomitif qui fait plus soupirer le spectateur qu’autre chose.

« Tout va changer » est écrit sur  l’affiche du film, mais à la vue de Super 8, on se dit plutôt que rien n’a changé, ou même pire, on est nostalgique. Nostalgique d’une époque où les cinéastes avaient de l’audace et de l’imagination, où il ne fallait pas 2 ou 3 ans de travail pour accoucher d’une souris. Tout ça pour ça ..

Merci à Allociné

Aucun commentaire

  1. Dur critique , mais je vais le voir ce soir alors je confirmerais ces dires ou pas !

  2. On en parlera samedi alors ! 🙂

  3. Le côté nostalgique n’a pas du tout marché pour moi. Je n’ai pas retrouvé les films de mon enfance avec Super 8. J’ai plus eu l’impression de voir un film qui essayait de s’en approcher mais qui n’en avait pas compris le « principe ».
    Par contre, je veux bien que tu m’expliques les copiés/collés de rencontres du 3ème type car je n’ai pas là encore compris pourquoi il était autant cité (oui je ne comprends pas grand chose 😀 )

  4. Je déteste les critiques ! Je verrais bien si la critique est juste quand j’irai le voir ;D

  5. coucou à toutes et à tous. j’ai ete voir le film hier avec mes enfants. tout d’abord pour ma part super 8 se regarde une fois, à un moment je decroche, l’histoire dure dure et dure….. je m’attendais à voir un film comme E.T, hors ce n’est pas le cas, on a affaire à une béte monstrueuse sanguinaire. meme si ca reste un film de science fiction certaines scenes sont mal jouées. en gros je m’attendais à beaucoup mieux de la part de spilberg.

  6. Pour ma part j’ai passé un agréable moment dans la catégorie film pop-corn, j’ai apprécié ce côté « Goonies » même si je me suis pas senti inspiré par cette bande de copain, comme ce fut le cas à l’époque des Goonies. Nostalgique de trentenaire n’est-ce pas. Je ne pense pas que le film soit mauvais, pour moi c’est peut-être dû au fait que comme tu le dit, on compare le film avec des références qui nous ont fait ressentir certaines émotions, depuis de l’eau à couler sous les ponts et nous n’avons peut-être plus la même sensibilité, c’est plus dur à nous surprendre du fait de notre expérience.
    Repartons 10-15 ans en arrière, nous voilà des enfants nos préoccupations sont différentes, maintenant hop une séance cinéma, ont part voire Super 8 sans connaitre ET, les Goonies etc… Notre regard serait différent à mon sens…
    Ne soyons donc pas si dur avec Super 8, il mérite le coup d’œil.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content