The Cloverfield Paradox

The Cloverfield Paradox (2018)

Note
3/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (2 votes, moyenne 4,00 sur 10)
Loading...
Après un accident avec un accélérateur à particules, une station spatiale américaine découvre que la Terre a disparu. Les résidents de la station vont alors être confrontés à l'étrange présence d'une autre station spatiale tout prêt de leur position.

Netflix pensait avoir réussi un coup de pub sans précédent en diffusant la bande annonce du dernier volet de Cloverfield durant le superbowl avec diffusion du film juste après directement sur la plateforme. Alors que les deux premiers volets étaient brillants tant dans leur réalisation que dans l’adaptation d’un style, Cloverfield Pardox déçoit très vite.

Petite explication : Les pitchs de cette trilogie ne sont pas ma tasse de thé, des extra-terrestres qui viennent détruire la Terre, quoi de plus éculé ! Cependant, le premier fonctionnait très bien grâce à l’immersion totale, le peu d’explication fournit sur la situation et une bonne utilisation du found footage, ce qui est assez rare pour être mentionné. Le deuxième, totalement génial selon moi, prenait tout le monde à revers avec son huis clos où John Goodman nous faisait vriller le cerveau. Pour finir sur les deux premiers volets, la fin restait toujours ouverte à suppositions plus ou moins vraisemblables.
Voilà pourquoi Cloverfield Paradox ne fonctionne pas : déjà, grossière erreur des scénaristes, dévoiler les tenants et aboutissants de la mission ainsi que ses risques dans les 10 premières minutes en tuant tout effet surprenant. Un encart vidéo où un « spécialiste » s’exprime sur les dangers de la mission révèle en fait tout le film. C’est ballot !


Ensuite, les décors et les effets spéciaux ne m’ont pas convaincus. Il y a de bonnes trouvailles de ci de là mais pas de quoi le ranger dans le panthéon des films spatiaux non plus. On est très loin de films comme Moon de Duncan Jones ou encore Sunshine de Danny Boyle qui faisait de l’univers et de la mission spatiale un space opéra comme on les aime, mêlant poésie et horreur.
Le casting quant à lui est plutôt bon mais tous les acteurs sont sous-exploités. Prenons l’exemple le plus flagrant avec Daniel Brühl, que vous reconnaitrez comme le méchant nazi dans Inglorious Basterds ou encore dans Captain America Civil War, il est presque inexistant et il a trop peu de place pour exprimer les sentiments de son personnage, du coup il en devient peu crédible.

On ne s’attache pas aux personnages, pourtant assez peu nombreux pour creuser un peu leurs histoires respectives mais là encore, à part le personnage principal de Gugu Mbatha-Raw dont on connait bien l’histoire, les autres doivent se contenter de quelques phrases glissées maladroitement au détour d’un dialogue qui bien souvent ne mène pas à grand-chose.
Et que dire de la fin, qui aurait tellement gagnée à sacrifier ce dernier plan qui bousille définitivement tout le charme de la série Cloverfield.
Pour finir, donc gros ratage collectif. D’autres productions Netflix beaucoup plus modeste valent vraiment le coup, ne perdez pas deux heures (ou quatre comme moi qui croyait n’avoir pas compris un truc la première fois) devant ce dernier opus….ou presque puisqu’un nouveau volet est annoncé par J.J.Abrahams pour le 26 octobre et s’intitulera Overlord qui suivra les aventures d’un groupes de paras lâchés derrière les lignes ennemis durant la seconde guerre mondiale et réalisé par Julius Avery, déjà responsable de Son of gun.

À suivre donc…

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content