[Critique] Vinyan

Vinyan (2008)

1 h 37 min | Horreur, Thriller, Étranger | 30 août 2008
Note
4/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (1 votes, moyenne 7,00 sur 10)
Loading...
Incapables d'accepter la perte de leur fils dans le Tsunami de 2004, Jeanne et Paul sont restés vivre en Thaïlande.S'accrochant désespérément au fait que son corps n'a pas été retrouvé, Jeanne s'est persuadée que son enfant a été kidnappé, dans le chaos qui suivit la catastrophe... qu'il est encore vivant. Paul est sceptique, mais ne peut pas briser le dernier espoir de sa femme.Le couple va alors embarquer dans une quête qui les plongera au fin fond de la jungle tropicale, au sein d'un royaume surnaturel où les morts ne sont jamais vraiment morts...

18977017_w434_h_q80

« Un des films les plus marquants de 2008 »
« Profondément émouvant »
« Trip esthétique, film superbe »

On avait de quoi en attendre vue les premières critiques , d’autant plus que le réalisateur est français et qu’il avait signé une surprise plutôt bonne avec Calvaire en 2006. L’événement de la rentrée horrifique est donc là si on en croit les spécialistes.

Dès le générique on a affaire à une image efficace mais une scène sous marine avec une police de caractère hideuse, énorme et pas lisible. L’histoire est simplissime, et pourtant, on a du mal à suivre : on assiste à de véritables béances scénaristiques et d’incohérences comme par exemple l’héroïne qui sort à un moment donné d’un taxi pour trouver on ne sait qui.

Autre problème, les acteurs : pas si mauvais que ça, sauf Emmanuelle Béart ; on a l’impression qu’elle n’est  pas là, elle ne parvient pas à nous transporter dans l’univers du film. En multipliant les effets de styles et les prises de vues pseudo-dramatiques sur la situation désastreuse qu’est la perte d’un enfant, Béart, incarnant un personnage de plus en plus fou au fil des minutes , ennuie et même agace plus qu’elle n’intéresse. On a du mal à suivre l’actrice puisqu’elle se force en sur-jouant une femme en proie à la folie.

La fin est désastreuse, le réalisateur nous livre en effet une scène finale qui ne répond pas à toutes les questions du film, et laisse le spectateur dans l’expectative d’un film non-fini. Lorsque les enfants sauvages, promis par l’affiche, apparaissent enfin dans les dernières minutes du film, ils ne font pas peur une seconde. Et l’histoire se résoud en une scène grotesque illustrant à merveille le mythe de la scène primitive. Cette dernière est d’une lourdeur rare ( tout comme le reste du film ) . D’ailleurs, les (le) quelques plans cherchent vaguement à choquer, sont inutiles, voire déplacés.

Un film fatiguant, hystérique ; et même si Du Weltz réussit à moitié à rendre un film beau esthétiquement ( et encore, certaines scènes sont filmées comme dans Irréversible, c’est pour dire ), mais il tente d’en faire trop : des plans à rallonge inutiles à la bande sonore mal adaptée.

Un film prétentieux en fait.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content