Preview : Buried

Preview : Buried

Tourner BURIED représentait un défi technique sans précédent,
et durant toute cette expérience, nous n’avons eu qu’une seule
référence à laquelle nous raccrocher : Hitchcock. Le maître du
suspense nous a montré comment tourner un film entier dans un
bateau en pleine mer (LIFEBOAT ), ou en un seul plan séquence
et en temps réel (LA CORDE). Une fois que le schéma narratif est
en place et que ses rouages sont bien huilés, l’étape suivante
consiste à concevoir le film dans sa tête, en prévoyant une liste
de plans qui, une fois assemblés, captiveront le spectateur, retiendront
son attention sans interruption ni distraction d’aucune
sorte. Le récit doit évoluer à mesure qu’avance l’intrigue, adopter
des rythmes différents et une palette d’options expressives qui
permettent à la formule de ne pas s’épuiser et au spectateur de
garder les yeux rivés sur l’écran.
Notre règle d’or :
NE JAMAIS REMONTER
À LA SURFACE
À la lecture du scénario, il est apparu que nous pouvions rester
sous terre pendant toute la durée de l’histoire, sans que jamais
l’attention du spectateur ne se relâche. Le script prouve même
que ne pas le faire aurait été une erreur : il FALLAIT rester sous
terre. Un récit divisé en deux histoires parallèles, par exemple,
libérant prématurément dans le film un peu d’oxygène venu du
monde extérieur, aurait trahi de façon impardonnable l’angoisse
ressentie par le personnage (et partagée par le spectateur).
Le public doit pouvoir s’identifier au désespoir et à la solitude d’un
homme qui n’a d’autre choix que de se fier à des choses purement
abstraites et à des gens à l’extérieur qui peuvent être bons
ou méchants, gros ou minces, qui peuvent être qui ils prétendent
être… ou pas ; des voix qui ne sont finalement que des impulsions
électriques envoyées par un satellite froid et anonyme, bien loin
de là. La seule réalité à laquelle notre personnage puisse se fier,
c’est l’angoisse pure et simple de cet univers réduit à un simple
rectangle, la pénombre menaçante qui l’entoure, et ce lien avec un
monde extérieur inconnu, comme un clou chauffé à blanc, auquel
il n’a d’autre choix que de se cramponner désespérément.
En attendant de vous écrire la critique du film, je vous laisse avec une preview de Buried et des commentaires des équipes de tournage et de production :
« Tourner BURIED représentait un défi technique sans précédent, et durant toute cette expérience, nous n’avons eu qu’une seule référence à laquelle nous raccrocher : Hitchcock. Le maître du suspense nous a montré comment tourner un film entier dans un bateau en pleine mer (LIFEBOAT ), ou en un seul plan séquence et en temps réel (LA CORDE). Une fois que le schéma narratif est en place et que ses rouages sont bien huilés, l’étape suivante consiste à concevoir le film dans sa tête, en prévoyant une liste de plans qui, une fois assemblés, captiveront le spectateur, retiendront son attention sans interruption ni distraction d’aucune sorte. Le récit doit évoluer à mesure qu’avance l’intrigue, adopter des rythmes différents et une palette d’options expressives qui permettent à la formule de ne pas s’épuiser et au spectateur de garder les yeux rivés sur l’écran. »
large_506736
« À la lecture du scénario, il est apparu que nous pouvions rester sous terre pendant toute la durée de l’histoire, sans que jamais l’attention du spectateur ne se relâche. Le script prouve même que ne pas le faire aurait été une erreur : il FALLAIT rester sous terre. Un récit divisé en deux histoires parallèles, par exemple, libérant prématurément dans le film un peu d’oxygène venu du monde extérieur, aurait trahi de façon impardonnable l’angoisse ressentie par le personnage (et partagée par le spectateur). Le public doit pouvoir s’identifier au désespoir et à la solitude d’un homme qui n’a d’autre choix que de se fier à des choses purement abstraites et à des gens à l’extérieur qui peuvent être bons ou méchants, gros ou minces, qui peuvent être qui ils prétendent être… ou pas ; des voix qui ne sont finalement que des impulsions électriques envoyées par un satellite froid et anonyme, bien loin de là. La seule réalité à laquelle notre personnage puisse se fier, c’est l’angoisse pure et simple de cet univers réduit à un simple rectangle, la pénombre menaçante qui l’entoure, et ce lien avec un monde extérieur inconnu, comme un clou chauffé à blanc, auquel il n’a d’autre choix que de se cramponner désespérément.
Le reste était assez facile en comparaison. Il fallait seulement oublier le cercueil aussi vite que possible, traiter le décor comme n’importe quel autre, ne pas se sentir limité par l’espace. Pour cela, il était important de rester sans cesse en mouvement, sans le moindre temps mort, et de faire de chaque mouvement un exploit, de chaque changement de position une chimère, de chaque décision une aventure. Le travelling brutal, tourné caméra à l’épaule dans le cercueil était-il vraiment nécessaire ? Il fallait seulement trouver la bonne façon de le faire. Nous avons fabriqué huit cercueils différents pour répondre à tous nos besoins. L’essentiel était de permettre au spectateur de rentrer dans l’esprit confus et torturé de Paul Conroy, de lui faire ressentir la transpiration qui imprègne ses vêtements, la chaleur étouffante, le manque d’oxygène, le sable qui lacère et ronge sa peau, le bois brut et plein d’éclats, les clous rouillés et tordus qui ne demandent qu’à le blesser… Le film est conçu comme un VOYA GE DES SENS, une EXPÉRIENCE à la fois physique et active. »
large_506737
« Le tournage de BURIED s’est fait très rapidement et a nécessité une concentration absolue de la part de toute l’équipe. Le film s’est nourri de l’énergie précise, tendue et rigoureuse qui régnait sur le plateau. Nous avons fait des prises de six minutes sans coupe, créant ainsi les conditions idéales pour que Ryan puisse livrer une interprétation totalement «organique», qu’il laisse ses émotions grandir et l’envahir peu à peu, jusqu’à ce qu’elles jaillissent et se déversent comme un torrent. Objectivement, nous n’avions que très peu d’éléments à notre disposition, mais loin d’être un inconvénient, cette limitation a fait notre force : il ne restait que l’essentiel. Le moindre détail dramatique dans ce microcosme était soigneusement manipulé et contrôlé, pour que notre attention se concentre sur l’épreuve subie par notre personnage enterré vivant. Ryan Reynolds est comme un Stradivarius. C’est le meilleur acteur dont on puisse rêver. Le récit est plein de revirements émotionnels : angoisse, panique, désespoir, calme, résignation, violence, déni, terreur, espoir, tristesse, souffrance, humour noir, exaspération, douleur, fatigue… Ryan recherche la vérité dans chaque plan, et son sens du timing est tout simplement prodigieux. À son retour à Los Angeles, Ryan était dans un état effroyable ; j’imagine qu’il a dû expliquer aux douaniers américains pourquoi le sol se couvrait de sable au moindre battement de ses cils ! Son engagement absolu vis-à-vis de ce projet est allé bien au-delà de toutes nos attentes. Le tournage a duré 17 jours, pas un de plus. Nous tournions 25 plans par jour. Parfois 30. Voire même 35. Comment avonsnous fait ? Moi-même, je suis bien incapable de le dire… Ce qui signifie sans doute que le mérite en revient surtout à Ryan. »

Un commentaire

  1. Et le résultat est à la hauteur des attentes ! Il FAUT aller voir Buried !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content