Angoisse

Angoisse (1987)

  • Titre original: Angustia
  • 1 h 26 min | Crime, Horreur, Thriller | 10 novembre 1987
    Note
    8/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (3 votes, moyenne 5,67 sur 10)
    Loading...
    Deux lyceennes, Patty et Linda, assistent, en degustant du pop corn, a la seance en matinee d'un film d'horreur. Sur l'ecran, Alice a l'aide de ses pouvoirs hypnotiques tente de sauver son fils John qui devient aveugle. Elle le pousse a sortir pour se venger de sa cecite en allant recueillir les yeux des victimes qu'il egorge sauvagement. Patty, degoutee, se precipite aux toilettes. Elle y trouve un homme au comportement bizarre. Sur l'ecran, John se rend dans un cinema de quartier ou l'on joue un classique de l'horreur, dans l'intention de completer sa collection...
    Affiche du film "Angoisse"

    © 1987 − Tous droits réservés.

    Dans une salle de cinéma, des spectateurs regardent « The Mommy », film d’horreur suivant un ophtalmologiste psychopathe collectionnant les yeux de ses victimes sous  la pression de sa maman (la toujours flippante et sous hélium Zelda Rubinstein). Au fil de ce « film », l’une des spectatrices, de plus en plus mal à l’aise, surprend le comportement étrange de l’un des spectateurs assis non loin d’elle. Et quand le tueur du « film » arrive dans un cinéma de quartier pour élargir sa collection, la réalité semble rejoindre la fiction.

    Une des principales originalités d’ « Angoisse » (aka « Anguish » ou « Angustia » selon les éditions) est sa mise en abyme jouant sur plusieurs niveaux de films. Un effet qui prend toute son ampleur psychédélique lorsque deux écrans de cinéma visibles dans le même plan projettent des séquences se répondant – la scène de panique des spectateurs dans « The Mommy » en réponse à la panique générale dans « Le Monde Perdu » – ou lors d’un final tout en kaléidoscope de réalités. Perte de repère, sentiment d’oppression, paranoïa grandissante, le réalisateur met en scène les effets d’une séance d’hypnose cauchemardesque.

    Image du film "Angoisse"

    © 1987 − Tous droits réservés.

    Bigas Luna, en plus de mettre son concept en image de façon souvent bluffante, en rajoute dans le barré avec un film-dans-le-film truffés de détails étranges, voire carrément glauques. Porté par les prestations habitées de Zelda Rubinstein et Michael Lerner, « The Mommy » se charge ainsi presque jusqu’au pastiche des obsessions récurrentes chez le réalisateur/scénariste espagnol des « Macho » et « Jambon Jambon », que ce soit le rapport aux animaux domestiques, les liens maternels et le plus souvent poussé dans des extrémités dérangeantes.

    Le réalisateur te prévient dès le début et littéralement – via un panneau d’avertissement – que certaines scènes te retourneront peut-être la tête. Les nerfs seront aussi mis à l’épreuve lors de cette longue et oppressante séquence d’hypnoses mêlant effets sous acides, échos et boucles sonores pour mieux martyriser les spectateurs du film. Cela évidemment monté sur des images aussi évocatrices qu’un escargot se promenant sur un pigeon… Pour le reste, hormis ces incartades, le rythme reste soutenu et Bigas Luna maîtrise son suspense et ses effets. La mise en scène de certains meurtres rappellera aussi le meilleur du giallo.

    angoisse02

    Le côté ouvertement fantastique du final avait gêné certaines critiques. Pourtant, tout en restant à la frontière du genre, le film instille le doute quand à la réalité des événements et sur la possible passerelle surnaturelle entre l’écran et la réalité. Une confusion entretenue avec talent pour cette petite perle du cinéma de genre. En oscillant entre giallo surréaliste et  film conceptuel,  Bigas Luna t’amène insidieusement sur ses territoires étranges et oppressant.

    Par Alex B

    Aucun commentaire

    1. Emmanuelle Ignacchiti

      Ce film a vraiment l’air intéressant ! Je ne le connaissais absolument pas mais cette critique me donne envie de le voir… Le cinéma espagnol m’étonnera toujours !

    2. Je connaissais pas du tout oO MAIS COMMENT QUE CA A L’AIR TROP BIEN §§

      Dixit un mec excité par les mises en abyme.

    3. Moi non plus je ne connaissait pas du tout ce film, un grand merci à Alex de nous le faire découvrir !

    4. Véritablement flippant, surtout le personnage de la mère. On a de petits frémissement à différents passages, j’aime bien le côté faussement réel de tout les évènements.

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content