Antiviral

Antiviral (2012)

Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (1 votes, moyenne 9,00 sur 10)
Loading...
La communion des fans avec leurs idoles ne connait plus de limites. Syd March est employé d'une clinique spécialisée dans la vente et l'injection de virus ayant infecté des célébrités. Mais il vend aussi ces échantillons pour son propre compte, à de puissantes organisations criminelles. Sa méthode pour déjouer les contrôles de la clinique : s'injecter les virus à lui-même... Porteur de du dernier germe, mortel, ayant infecté la star Hannah Geist, Syd devient une cible pour les collectionneurs...

Après avoir été contaminé par un virus qui a tué la superstar Hannah Geist, Syd March, un employé d’une clinique qui se spécialise dans la vente et l’injection de virus cultivés sur la peau de célébrités à des fans, doit élucider le mystère entourant cette mort pour sauver sa propre vie.

Oui, il s’agit bien du fils de son père, mais Brandon Cronenberg semble avoir tué la figure paternelle tant sa signature s’affirme (déjà) singulièrement et se démarque de la patte de David. On l’imagine davantage en héritier du Danois Nicolas Winding Refn (Drive, Le Guerrier Silencieux, Pusher). Autant que ce dernier, il travaille l’épuration ainsi que la contemplation brute et brutale. Après une présentation et 7 nominations à Cannes en mai dernier dans la section Un Certain Regard, Antiviral a atterri là où il devait, à l’Étrange Festival.

Avec ce premier long-métrage, Brandon rend tout de même hommage aux premiers pas de son papa à travers, notamment, une exploration troublante de la chair humaine. Ici, l’humain est une matière exploitable – ce qui n’a rien de très original – il se monnaie chèrement dans une société où la vie des anonymes, dévalorisée, ne prend sens qu’en se synthétisant à celle des stars. L’on s’arrache littéralement des bouts de célébrités, le fanatisme est à son comble et mène, inévitablement, à la destruction. Le public est un vampire, il se drogue à coup de virus inoculés par ses idoles.

C’est ici que Cronenberg fils se distingue. C’est dans le choix d’une anthropophagie suicidaire. Le cannibalisme est un sujet maintes fois traité, mais ce qui nous frappe dans Antiviral, ce n’est pas tant le désir de « manger de la star », mais le partage de cellules malades, malsaines. Le vrai sujet de ce film est la putréfaction. Celle de la société 2.0, celle des médias, résultat d’une starification mortelle. Cronenberg ne nous dit finalement qu’une seule chose : le système est malade. Ce message n’a absolument rien de révolutionnaire, mais son film est un objet intense dont on ne ressort pas indemne. Le spectateur, amateur de sang et de souffrance, est mis devant sa propre dimension vampirique, cette partie de lui qui lui réclame son compte de chair et de sang.

Parmi les nombreux points forts de ce film, on retient particulièrement la prestation de Caleb Landry Jones qui est à la mesure d’un premier rôle pour grand. L’acteur frappe autant par son physique androgyne et atypique que par son jeu, froid et inquiétant. La narration est simple, personne n’est lâché en route. L’histoire qui nous est contée se déroule comme elle le doit, au rythme d’une tension qui ne fait que monter. Le réalisateur parvient à restituer tout l’enjeu du film dans la mise en scène, en jouant brillamment avec une esthétique à la fois aseptisée, mais que l’on sent dangereuse et contagieuse.

Même s’il s’en dégage une certaine puissance scénique et esthétique, Antiviral n’est pas une œuvre parfaite, il faut bien lui trouver quelques défauts. On citera donc de petites longueurs qui nous font parfois décrocher et cette proximité avec une chanson de Britney Spears « Piece of me ». Rien d’insurmontable en somme.

Attention, Antiviral n’est pas agréable à regarder. Certains détourneront même le regard, la blancheur est aveuglante et l’ambiance sonore ne réconforte jamais. Ce n’est pas une partie de plaisir et c’est la force du film. On ne se repaît pas de ses semblables impunément !

Adèle

Aucun commentaire

  1. ce billet m’a complètement convaincu de voir ce film, du moins ce que je supporterai
    Manon

  2. le fiston est il prêt à succédé à son papa. pourquoi pas tant son film empreinte beaucoup de ses themes. la faiblesse de l’esprit contaminant la chair. antiviral pourra comblés les fans de la première heure du grand maitre david cronenberg. les autres n’y verront qu’un brillant exercice de style et un message plus qu’évident de brandon cronenberg envers son père : « se faire innoculer par seringue le virus de son talent » on attendra donc son second film pour voir. en attendant, antiviral fascine est provoque des nausées. l’acteur principal est grandiose, seule la réalisation égare parfois le spectateur. note : 3,5/5

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content