Candyman

Candyman (1992)

1 h 39 min | Drame, Horreur, Thriller | 16 octobre 1992
Note
9/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (11 votes, moyenne 7,82 sur 10)
Loading...
Helen Lyle (Virginia Madsen) est étudiante à l'université d'Illinois à Chicago et mariée à un professeur, Trevor (Jean-Louis dans la version française). Avec son amie Bernadette, elles rédigent une thèse sur les légendes urbaines et les croyances populaires. Au cours de ses investigations, elle est interpellée par une histoire récurrente, celle du mythique Candyman qui terrorise les habitants du quartier défavorisé de Cabrini Green depuis des décennies, assassinant des femmes et des enfants principalement. Helen sentant qu'elle tient là l'occasion rêvée de pimenter son travail, convainc Bernadette d'aller enquêter sur les lieux mêmes des crimes, dans la cité sordide de Cabrini Green, un ghetto noir livré aux gangs et à la misère.

Candyman, Candyman, Candyman, Candyman, Cand… Oserez-vous prononcer cinq fois son nom devant un miroir au risque de voir l’homme au crochet et à la bouche remplie d’abeilles apparaitre derrière vous?

Cette légende urbaine est née de l’imagination de l’écrivain et réalisateur culte Clive Barker (Hellraiser, Cabal, Le Maître des illusions). Après une première incursion dans le fantastique remarqué (Paperhouse, 1988), le cinéaste britannique Bernard Rose s’attaque à l’adaptation du livre en question, et même si son métrage précédent faisait preuve de qualités indiscutables, rien ne préparait au choc qu’allait être Candyman.

Image du film "Candyman"

© 1992 Propaganda Films − Tous droits réservés.

Tout en s’apparentant à un slasher, Candyman est avant tout un conte fantastique violent, beau et cruel à la fois, mais avec Clive Barker au scenario c’est peu surprenant. La notion même de légende est au cœur du film puisqu’on y suit les pas d’Hélène, étudiante à Chicago dont la thèse porte sur les mythes urbains. Un fait divers sordide la mène dans le ghetto de Cabrini Green où elle va s’enfoncer au cœur des origines du Candyman afin de nourrir ses écrits universitaires. Mais la fascination d’Hélène pour ce croquemitaine, fantôme d’un esclave afro-américain atrocement mutilé pour avoir fréquenté une jeune bourgeoise blanche quelques siècles auparavant, va l’entrainer aux confins de la folie. En enquêtant sans relâche au sein de Cabrini Green, Hélène donne vie à cette entité maléfique qui a besoin que l’on croit en elle pour exister. A moins que les meurtres dont elle suit la trace ne soient l’œuvre des gangs du quartier qui voient d’un très mauvais œil l’intrusion de la belle blonde dans leur vie ? Le film entretient habilement le suspens tout en lorgnant clairement vers le côté surnaturel.

Image du film "Candyman"

© 1992 Propaganda Films − Tous droits réservés.

L’interrogation sur l’origine d’une légende et la façon dont la croyance en celle-ci peut influer sur nos vies prend corps à travers une figure marquante de l’histoire du cinéma d’horreur. Et c’est l’une des clés de la réussite du film de Bernard Rose, puisqu’il offre au massif Tony Todd un rôle jouissif de boogeyman à l’apparence et à la voix inoubliables. Chacune de ses apparitions est intelligemment mise en scène, sans abuser de jump scare inutiles ou d’excès trop gores, et le réalisateur n’oublie pas pour autant l’émotion et la complexité de tout méchant digne de ce nom puisque les liens qu’il entretient avec Hélène vont prendre une tournure inattendue.

Outre sa direction d’acteurs convaincante, Rose a eu la bonne idée de laisser la direction photo à Anthony B. Richmond (déjà à l’œuvre sur l’immense Ne vous retournez pas de Nicolas Roeg) qui capte à merveille l’âme poisseuse et délabrée des immenses buildings gris où sévit notre capitaine crochet/apiculteur buccal. Enfin il serait criminel de passer sous silence la somptueuse bande originale de Philip Glass dont le thème principal évoque un air de boîte à musique à l’inquiétant carillonnement, renvoyant à la face sombre de l’enfance, cette période où les terreurs irrationnelles sont mères de tous les croquemitaines.

Mad Sam

Un commentaire

  1. Véritable classique du cinéma d’épouvante depuis bernard rose a tourné peu mais l’on retiendra paperhouse et reçemment un fabuleux frankenstein qui rend hommage aux films underground. Note pour candyman : 5/5

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content