Chroniques de Tchernobyl

Chroniques de Tchernobyl (2012)

  • Titre original: Chernobyl Diaries
  • 1 h 26 min | Horreur, Thriller | 24 mai 2012
    Note
    6/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (14 votes, moyenne 6,36 sur 10)
    Loading...
    Six jeunes vacanciers en quête de sensations fortes engagent un guide pour une « expérience extrême ». Ignorant les mises en garde, l’homme les conduit dans la ville de Pripyat, toute proche de Tchernobyl. Vingt-cinq ans plus tôt, lorsque le réacteur a explosé, la ville avait été désertée dans l’urgence. Après une brève exploration, le petit groupe se retrouve piégé dans la ville fantôme. Et ils ne sont pas seuls…

    En plein tour d’Europe, six jeunes américains louent les services d’un guide pour un « trip de l’extrême » les emmenant visiter Pripyat, ville désertée suite à la catastrophe de Tchernobyl. Toujours sous le coup de radiations, ces ruines vont se révéler bien moins désertes que prévu.

    Chroniques de Tchernobyl, diaries, bradley parker, critique, chronique, oren peli

    Un trip de « l’extrême » de plus en plus inquiétant…

    Nouvelle production Oren Peli, Chroniques de Tchernobyl n’a de chronique que le nom puisque l’action ne se déroule que sur deux jours et deux nuits. Même s’il n’est pas un found footage à proprement parler, y faisant parfois référence lors de quelques scènes, sa mise en scène s’en rapproche fortement : caméra portée focalisée sur les protagonistes, menace indicible la plupart du temps, prête à surgir par surprise des quatre bords du cadre, goût pour l’obscurité et les plans peu éclairés… Un point de vue « au cœur de l’action » qui engendrera probablement quelques frustrations, l’horreur se déroulant la plupart du temps hors-champs et le sort des personnages étant majoritairement expédié en quelques secondes.

    Chroniques de Tchernobyl, diaries, bradley parker, critique, chronique, oren peli

    Drôle d’endroit pour perdre sa gamine…

    Point fort du métrage, le décor – bien exploité – donne un indiscutable cachet au film et un cadre original et visuellement fort. Un urbanisme abandonné tel quel il y a plus de vingt ans, progressivement envahi par la nature et suscitant l’inquiétude dès ses premières apparitions. Le scénario exploite aussi quelques idées bien trouvées autour de cet environnement et de ses caractéristiques, amenant son lot de sursauts (la scène dans l’appartement) et retournements inattendus. Le film diversifie ainsi les menaces et fait très graduellement monter la pression, un détail inquiétant après l’autre, cela durant toute sa première partie, avant de s’enfermer un peu trop longtemps dans de long couloirs vides et obscurs sur ses vingt dernières minutes.

    Chroniques de Tchernobyl, diaries, bradley parker, critique, chronique, oren peli

    L’un des nombreux instants calqués sur le style « found footage »

    Chroniques de Tchernobyl se révèle finalement être un divertissement horrifique agréable, doté d’une atmosphère post-apocalyptique bien campée, cela malgré un traitement léger de ses protagonistes (ici le banal duo fraternel que tout oppose) et de son histoire. Pour les tenants et aboutissants de cette dernière, le scénario fait en grande partie appel à l’imagination du spectateur et zappe les traditionnelles et rébarbatives scènes d’explications. De l’origine de la menace et de sa réelle nature, on n’en saura ainsi que quelques bribes dévoilées dans les dernières minutes, cruelles et jubilatoires comme un final d’un bon petit film d’horreur du samedi soir. Un côté bis et fun, traversé de clones du Toxic Avenger, qui aurait peut-être gagné à être un peu plus marqué dans le reste du métrage…

    Faut-il vraiment partir à la recherche des rescapés de ce car criblé de balles?

    Avec une trame et des relations entre les personnages un peu plus étoffées ainsi qu’une réalisation un peu moins basique, cette nouvelle production d’Oren Peli aurait pu être le sympathique pendant Tchernobylien de La Colline a des Yeux d’Alexandre Aja. Mais même sans arriver au niveau de ce dernier, Chroniques de Tchernobyl reste un film de genre très honorable.

    Critique par Alex B

    Bonus : l’instant Pin-Up

     

    Olivia Dudley, une bombe sur Tchernobyl?

    Aucun commentaire

    1. Vous pouvez me dire quand sort ce film en Suisse svp ?

    2. moi je me suis ennuyé tout au long de ce film.
      Je trouve qu’il aurait pu mieux exploiter l’endroit , les scenes avec les chiens,…
      les poissons radioactif …
      il ne fait que les presenter … en fait il ouvre des portes a des suites .
      aussi le foot footage est completement inutile car elle n’est pas tenue par un personnage donc ….

      vivement le 2 !

    3. Ennuyé aussi, rien d’original, le décor très peu exploité, le tout est d’un ennui… a vrai dire, je me suis carrément endormi. Et la fin… sans commentaire 😀
      Et quelle idée conne que de faire une camera style « found footage » qui gigote partout, alors que personne ne la tient.
      Aucun scénario, aucune explication, aucun développement des monstres, je trouverai plus intéressant de regarder quelqu’un jouer à Stalker pendant 2h que de revoir ce film, c’est dire…

    4. Idem que les autres post !!! Ennuyeux je m serais attendu à une autre fin par exemple les retrouvailles de tout le monde ainsi que le guide qui aurait fait croire au 2 survivants que ce n était Qu un jeux !! Etc bref on nous laisse imaginer chaque scènes.
      Bref il y’a mieux dans le genre

    5. film sympathique qui tient la route avec des acteurs en mal de sensation forte et qui vont passer un agréable moment dans une cité desertée où la radioactivité est toujours présente du à la terrible catastrophe de tchernobyl. de bon passage et aussi un peu d’ennui à cause d’un scénario assez incohérent. qui aurait l’idée d’aller à tchernobyl faire du tourisme ? attention ce n’est pas une invitation 🙂 que dire de la fin, elle est sans intérêt. de ce film il reste toutefois de bonnes séquences trop mals exploitées. note : 2/5

    6. moi a la base je l’ai regarder juste parce que y’a jesse mccartney qui joue dedans mais sa ma agréablement surpris au final

    7. Comment finis la fin quand les décomptât minaret l’elfe rime dans une cellule obscure ?

    8. Comment finis la fin quand les decomtaminateur mettre la dernière survivante dans une cellule obscure ?

    9. je pense qu’elle survit après à chacun d’immaginer une fin.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content