Hostel, chapitre III

Hostel, chapitre III (2011)

  • Titre original: Hostel: Part III
  • 1 h 31 min | Horreur | 27 décembre 2011
    Note
    4/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (6 votes, moyenne 8,00 sur 10)
    Loading...
    A Las Vegas, la soirée d'enterrement de vie de garçon tourne mal lorsque le fiancé apprend que son meilleur ami a décidé de le sacrifier à un meurtre rituel...

    Réalisé par Scott Spiegel et suivant un enterrement de vie de garçon à Las Vegas tournant rapidement très mal (en gros c’est Very Bad Trip version Torture Porn), Hostel : Chapitre III se fait copieusement plomber par tous les fans de la franchise hurlant à la nullité absolue. Une fois dépassé le côté passionnel de certains dès que l’on touche à leurs franchises horrifiques préférées, le film est-il vraiment cette merde innommable à éviter à tout prix?

    Hostel3

    4 garçons sans avenir?

    Des faiblesses, ce troisième épisode à sortir direct en dvd et bluray en compte pas mal… Tout d’abord, le Las Vegas annoncé par la promo et censé remplacer la Slovaquie des premiers épisodes n’apparaît à l’écran que via quelques vulgaires stock shots ou plans filmés à la va-vite d’un taxi, manque de budget oblige… Le film troque ensuite rapidement l’ambiance casino cheap contre celle déjà bien balisée par la franchise d’une immense bâtisse hi-tech, en full CGI et perdue en plein désert. Le spectateur y perd alors au passage l’un des intérêts de la franchise. L’ambiance bâtie par Eli Roth se démarquait ainsi réellement des autres productions horrifiques. Les scènes d’extérieurs, nombreuses et à l’esthétique travaillée, contrastait avec l’étouffement quasi-carcéral des scènes de torture. Et puis, à Las Vegas, envolé le sentiment d’isolement au fin fond du monde pour nos jeunes américains…

    Hostel3_2

    Deuxième point noir et non pas des moindres : les mises à mort sont toutes globalement sans intérêt. Le scénariste ne s’est pas foulé et passe pour un beau tâcheron si l’on considère tout ce qu’a pu produire la vague torture porn en termes de sévices inventifs, cela jusqu’à l’absurde. Ici, les mises en scène sont banales et Scott Spiegel (réalisateur du sympathique et vintage The Intruder mais aussi, dommage, d’Une Nuit En Enfer 2) emballe tout ça bien mollement et sans grande inspiration. Etonnant d’ailleurs que pour un direct-to-dvd ce Hostel : Chapitre III ne se lâche pas un peu plus, restant sur les rives sécurisantes des CGI, visage dépecé comme armée de cafards très laids.

    Hostel3_3

    Une séquence inspiré par X-Factor…

    Les deux premiers épisodes, sortis en salle, avaient bâti leurs réputations sur une violence ultra-graphique, Eli Roth poussant même à chaque film et pour une séquence le bouchon vraiment très loin (énucléation dans le 1, castration dans le 2). Une envie de secouer le spectateur et une imagination morbide toutes deux absentes des très brèves – la torture devenant ici « banale » mise à mort – séquences gores de ce troisième épisode, l’exemple le plus flagrant restant ce pauvre mec simplement trépané au moyen d’une arbalète…

    L’humour noir des premiers métrages, cette ambiance d’absolu cynisme régnant dans les arcanes de la société secrète, semble aussi parfois un peu trop forcé, le scénario se contentant de recopier mollement les idées du premier métrage, à l’image de ce jeu organisé pour décider du sort de la victime, ici peu intelligible à l’écran et manquant vraiment de fun.

    Hostel_4

    Malgré tout, le film se laisse regarder avec un certain entrain, évitant les temps morts en abusant de twists et rebondissements, cela parfois aux limites du débile, l’épilogue de ce Hostel : Part 3 semblant sortir tout droit d’une série Z. Le twist de départ marque par contre plutôt habilement le passage de l’Europe de l’Est aux USA. Et puis le casting tient plutôt la route malgré un « héros » transparent et avec mention pour Kip Pardue (Les Lois de l’Attraction) en meilleur pote un peu tordu et Chris Coy, parfait en maître d’œuvre de ce club de l’horreur.

    Critique par Alex B

    BONUS: le trailer

    4 plusieurs commentaires

    1. J’ai trouvé celui là.. bidon. Comparé aux deux premiers..

    2. Une grosse bouse que je n’ai même pas envie de voir. Dépenser de l’argent pour ça non merci.

    3. film sans intérêt, scott spiegel n’est qu’un vulgaire tâcheron, il vient de plomber à lui seul la franchise. voir son pitoyable « intruder » des années 80 et vous comprendrez le pourquoi du comment. note : 0,5/5

    4. Je n’ai pas aimé ce film, ni les deux opus précédents d’ailleurs…
      Dommage car le film a du potentiel.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content