[Critique] Lake Mungo

Lake Mungo (2008)

1 h 41 min | Horreur, Thriller | 17 juin 2008
Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (7 votes, moyenne 7,86 sur 10)
Loading...
Endeuillée par le disparition de leur fille, une famille se retrouve confrontée à d'étranges événements paranormaux.

Petit film australien dont je vous avais déjà parlé comme faisant partie des 8 Films to Die For, Lake Mungo est une petite production tournée comme un documentaire. L’histoire est la suivante : la jeune Alice Palmer se noie accidentellement, mais sa famille est bientôt victime de phénomènes étranges. Ses proches vont découvrir qu’Alice n’était pas la jeune fille sage qu’ils imaginaient…

lakemungo1

Lake Mungo est un film d’ambiance, qui se construit d’abord comme une immersion dans cette famille qui est en train de vivre une épreuve. Mais pas n’importe comment puisque c’est sous forme de documentaire que le film se déroule avec des interviews, des extraits vidéos… Mais ne vous y tompez pas, Lake Mungo, sous son apparence de film de « fantômes » à la Paranormal Activity avec les manifestations mystérieuses sur les photos ou les vidéos, est bien plus intelligent que cela. Car on en reste pas là, et le film décide d’aller voir au delà de cette présence fantômatique qui hante le film. En effet, la première demi-heure nous fait ressentir l’absence causée par la jeune fille dans la maison de sa famille qui ne peut que constater le vide. Après la peine, c’est le questionnement qui survient lorsque les parents se rendent compte que leur fille, ou tout du moins son esprit, est restée avec eux, dans cette demeure. Dans cette première partie, on peut être surpris par le peu de sentiments manifestés par certains personnages, par exemple, le père, mais cela s’expliquera par la suite dans le film. Mais là où Lake Mungo excelle, c’est dans sa manière de nous plonger dans cette maison qui devient peu à peu famillière, la chambre d’Alice que l’on parvient connaître dans les moindres recoins…

LakeMungo2

C’est par le biais du frère d’Alice que le film évolue dans quelque chose de plus grand et prend le spectateur à contrepied en le surprenant totalement. S’en suit ensuite une sorte d’enquête visant à découvrir qui était vraiment la jeune fille, et surtout ce qu’elle cachait à sa famille. L’aspect documentaire
( même si on se doute que ce n’est pas vraiment une histoire vraie ) nous plonge un peu plus dans l’aspect surnaturel et nous questionne comme on pourrait être amené à le faire face à un reportage dans « La soirée de l’étrange ». Et même si on n’est jamais sûrs à 100% de la réponse apportée ( un petit doute subsiste toujours ), le mérite est de parvenir à nous intéresser suffisamment  pour que l’on se pose des questions. Des éléments feront froid dans le dos à certains, notamment la découverte du personnage filmé par le téléphone d’Alice par exemple. On pourra certes reprocher au film un petit manque de rythme du à quelques longueurs mais son charme indéniable et son efficacité prennent le dessus.

Lake Mungo est en réalité un film sur le deuil, sur la difficulté de faire face à la perte d’un enfant, à l’injustice que cela sous-tend, à la volonté de croire à l’incroyable juste pour avoir quelques réponses.

4 plusieurs commentaires

  1. Ca a l’air sympathique ce film.
    Je ne connaissais pas.

  2. Wahou ! J’ai eu la bonne idée de regarder ce film hier vers 1 heure du matin, seul, dans le noir, sur la grande télé du salon… Bien mal m’en a pris… J’ai manqué de ne pas m’endormir ensuite.

    Lake Mungo est sans aucun doute le film d’épouvante qui m’a le plus fait frissoner. A côté, Paranormal Activity m’a laissé totalement indifférent. (et je pèse mes mots) Etrange d’ailleurs, car Lake Mungo est un documentaire façon Arte, avec exclusivement des interviews, et des images « d’archives ». Pas d’action, pas une seule goutte de sang, pas de blondasse qui crie parce qu’elle est poursuivie par un fantôme…

    Le premier point qui m’a charmé dans ce film, c’est que enfin, la mort est montrée au cinéma telle qu’elle est dans la réalité, avec tout ce qu’elle implique. Les pleurs, les obsèques, le deuil. Alors que dans tous les autres films du genre et encore pire dans les grosse productions américaines, un mec se fait tuer et tout le monde s’en branle.

    C’est donc immergé dans un univers teriblement réaliste que l’on se retrouve témoins des évènements paranormaux, présentés par les vidéos d’enregistrement, les photos, etc. Peu à peu, la peur s’accroit progressivement. On y croit ! La révélation finale avec la vidéo du portable d’Alice est perturbante, dérangeante, terrifiante, traumatisante… J’avoue avoir manqué d’éteindre la télé et de partir me planquer sous les couvertures. Je n’ai pas souvent eu peur devant un film, mais là je dois avouer que j’ai été très surpris. (les conditions de visionnage jouent beaucoup)

    Je conseille vivement ce film à tous les amateurs de films d’épouvante qui cherchent à se faire peur. Lake Mungo est SUPER SUPER SUPER.

  3. J’ai vu ce film hier (juste après avoir regardé « Train »… autant dire que j’étais dans l’ambiance ^^)
    Il est vraiment génial, il m’a fait très peur.
    Les protagonistes sont formidables et on met quand même quelques temps avant de découvrir que ce film n’est pas basé sur une histoire réelle.
    Ca remet sur le tapis l’éternelle envie de savoir s’il y a une vie après la mort.
    Néanmoins, comme le dit la critique,on ne aura du mal à comprendre certaines choses comme les réactions de la mère qui parfois semble n’avoir jamais connu sa fille. Stupéfaction aussi en ce qui concerne le comportement du frère et ses tentatives désespérées pour retrouver un semblant de sa soeur.
    J’ai aimé le fait que ce film ne s’attarde pas sur des gens éplorés et qui fondent en larmes toutes les 3 minutes…C’est plus l’histoire d’une famille qui veut aller de l’avant que d’une famille abattue.
    Le fait qu’on accentue la différence inter-générationelle dans ce film m’a plu! Le message en gros, c’est que même dans un clan soudé, les enfants, à l’adolescence, ont tous des choses à cacher à leurs parents (même si ce qu’Alice avait à planquer aux siens est un peu tiré par les cheveux)

    Bref, un petit bijou à voir absolument pour les amateurs du genre!

  4. deception meme si le contexte est intéressant le sens de peur n’est absolument pas de ce film a moins de flipper dans son froque pour rien .

    Absolument rien a voir avec le sublime rec 1/2 et le projet blair witch oui la première fois ont peut etre surpris ça je vous l’assure mais certainement pas avec lake-mungo.

    Cela tire plus sur un temoignage reportage de la famille de la fille décédé ,meme le fils fait du photo montage pour dire !!!!! le fake ,juste la fin rattrape un peut le niveau meme si il faudrait une loupe pour voir correctement tellement la qualité vidéo est mauvaise .

    bref attrappe nigau vous ete prévenu .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content