Les Griffes de la nuit

Les Griffes de la nuit (1984)

  • Titre original: A Nightmare on Elm Street
  • 1 h 31 min | Horreur | 15 novembre 1984
    Note
    10/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (7 votes, moyenne 9,57 sur 10)
    Loading...
    Nancy est une jeune adolescente qui fait régulièrement des cauchemars sur un homme au visage brûlé, avec un vieux pull déchiré et cinq lames tranchantes à la place des doigts. Elle constate d'ailleurs que parmi ses amis, elle n'est pas la seule à faire ces mauvais rêves. Mais bientôt, l'un d'entre eux est sauvagement assassiné pendant son sommeil. C'est ainsi que le groupe fait la connaissance de l'ignoble Freddy Krueger, qui se sert des cauchemars pour assassiner les gens qui rêvent de lui. Nancy comprend qu'elle n'a plus qu'une seule solution : si elle veut rester en vie, elle doit rester éveillée...

    Douze ans après son galop d’essai sur La Dernière Maison Sur La Gauche et après trois films aux qualités très variables, Wes Craven livrait en 1984 sa contribution majeure au cinéma d’horreur, un film qui marquera fortement les décennies à venir, imposant son boogeyman au rang d’icône superstar du genre horrifique.

    Et pourtant le pitch de départ semble au premier abord calqué sur les grandes lignes du slasher : des teenagers découvrant gentiment les joies de la puberté tombent un à un sous les lames d’un croquemitaine assoiffé de vengeance, les parents d’Elm Street l’ayant envoyé six pieds sous terre une décennie auparavant. Mais c’est le mode opératoire du tueur qui fait la différence : Freddy tue ses victimes dans leur sommeil, les rêves devenant son terrain de chasse. L’occasion de cauchemars funèbres et chargés d’idées visuelles pour un onirisme qui n’a que rarement été aussi malsain et marquant au cinéma, bien que ce premier film la joue soft niveau surréalisme cauchemardesque comparé au reste de la série, beaucoup plus potache et moins dérangeant.

    Image du film "Les Griffes de la nuit"

    © 1984 New Line Cinema − Tous droits réservés.

    En plus du choix plus qu’avisé de Heather Langenkamp dans le rôle de Nancy, personnage féminin aux antipodes des potiches sans cervelles hantant le genre, Wes Craven peut aussi s’estimer heureux d’avoir révélé Robert Englund (déjà au casting du « Crocodile de La Mort ») à l’époque connu comme Willy, le gentil alien un peu demeuré de la série V. Dans la défroque de Freddy, le visage tant défiguré par les maquillages de David Miller (inspiré de photos de grands brulés) qu’englouti par les ténèbres, la réalisation se gardant bien d’en dévoiler trop, Englund incarne à la perfection ce personnage repoussant et terrifiant et cela dès sa première apparition. Un effort particulier a également été fait sur les répliques du tueur d’enfants, toutes aussi minimalistes qu’efficaces dans le sordide. On se souviendra ainsi longtemps du « I’M Your New Boyfriend Now, Nancy!!! ». Pour ne rien gâcher, on retrouve Johnny Depp avec un look de premier de la classe dans son premier rôle sur grand écran.

    Image du film "Les Griffes de la nuit"

    © 1984 New Line Cinema − Tous droits réservés.

    Pour sa petite légende personnelle, Wes Craven se plait à raconter que ce Nightmare On Elm Street lui fut inspiré d’un fait réel découvert à force d’éplucher les rubriques de faits divers les plus sordides : celui d’une personne décédée dans son sommeil après avoir été victime, plusieurs nuits durant, de violents et terrifiants cauchemars. Le réalisateur aurait rajouté à cela quelques éléments tirés de ses propres cauchemars. Autant dire qu’il devait avoir à l’époque des expériences oniriques particulièrement violentes tant la profusion de détails angoissants et l’originalité de la réalisation à l’écran du lent glissement de la réalité aux rêves restent aujourd’hui encore très marquants. Que ce soit Tina réveillée en pleine nuit par un caillou jeté à la fenêtre, parodie de rituel amoureux débouchant sur quelque chose de bien malsain, ou Nancy se réveillant dans un cours d’histoire bercé par le discours de plus en plus hypnotique et flippant du professeur, ce premier Griffes de la Nuit fait grimper la tension, accumulant les images de plus en plus inquiétantes, jusqu’aux apparitions quasi-cathartiques du tueur défiguré. La mise en tension est aussi maitrisée de bout en bout par le score de Charles Bernstein, ses quelques notes de claviers immédiatement identifiables et sa comptine pour enfants revisitée pour annoncer la venue du croquemitaine.

    Image du film "Les Griffes de la nuit"

    © 1984 New Line Cinema − Tous droits réservés.

    Comme il continuera de le faire pour ses prochains films, Wes Craven met en scène une cellule familiale fragilisée et à laquelle l’héroïne devra s’affranchir dans la douleur afin de pouvoir survivre au monde extérieur. Pour une première, le réalisateur y va franco: en plus d’un père flic (John saxon) tout juste bon à se servir d’elle à son insu pour appâter un présumé meurtrier, la mère de Nancy, sévèrement alcoolisée, se résout à droguer sa fille pour la faire enfin dormir. Avec ses portraits de parents coincés dans un déni total de la réalité, le refus d’affronter le passé devenant concrètement dangereux pour leur progéniture, Les Griffes De La Nuit se charge d’un sous-texte politique puissant et écorchant le moralisme hypocrite d’une certaine Amérique WASP. Un sous-texte qui reste bien évidemment universel. Freddy s’introduit littéralement dans le rêve américain pour devenir l’incarnation vicelarde et toute-puissante de l’hypocrisie d’une société qui refoule un passé de plus en plus difficile à faire passer à la trappe de l’histoire.

    Image du film "Les Griffes de la nuit"

    © 1984 New Line Cinema − Tous droits réservés.

    Mais tout cela ne serait rien sans la capacité de Wes Craven à insuffler un suspense intenable et lié à la capacité de ses personnages à rester éveillés, un assoupissement fortuit pouvant se révéler fatal. Une tension ici allant crescendo et d’autant plus désespérée que jusqu’au bout le boogey man aux griffes d’acier semble invincible.

    Sur bien des points et malgré quelques concessions aux producteurs (la scène de la « fontaine de sang », quand même devenue culte mais tellement en décalage avec le reste, et cette dernière minute pour faire plaisir aux producteurs), ce premier « Nightmare On Elm Street » n’a toujours pas été égalé. Un vrai grand classique des années 80 alors que son récent remake semble déjà daté…

    Critique par Alex B

    Aucun commentaire

    1. effectivement, freddy krueger, même si ce n’est pas de mon époque, me fait toujours frissoner ! pourtant c’est très ancien ! mais l’acteur qui joue freddy est si bon, et j’aime vraiment son humour noir ! :p

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content