[Critique] Open Grave

Open Grave (2013)

1 h 42 min | Horreur, Mystère, Thriller | 13 août 2013
Note
6/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (5 votes, moyenne 6,20 sur 10)
Loading...
Un homme se réveille dans un puits rempli de cadavres. Les personnes l'ayant sauvé sont-elles responsables de ce massacre ou bien est-il lui-même le meurtrier ?

Un homme se réveille amnésique et au milieu d’une centaine de cadavres pourrissant dans une fosse commune située en pleine forêt. Après avoir été sorti de là par une jeune femme muette, il finit par pénétrer dans une maison occupée par un petit groupe de personnes cherchant elles aussi à retrouver la mémoire. Dehors, le monde semble avoir basculé en pleine apocalypse et d’étranges individus rôdent dans les bois.

Nous n’attendions pas grand-chose de Gonzallo Lopez-Gallego, réalisateur du mauvais Appollo 18. Il fait pourtant beaucoup mieux sur cet Open Grave en livrant une sorte de Memento croisé avec un film post-apocalyptique. En dire plus serait spoiler le principal intérêt du film qui est de proposer une vision originale d’un genre de films bien connus des lecteurs de Films-Horreur. Une relecture bienvenue alors que certains éléments avaient de quoi faire peur quant au possible dénouement de l’intrigue.

Pas sûr qu’une fosse commune soit le meilleur endroit pour choper…

Nous commençons en effet en plein « film de mystère » avec des personnages amnésiques coincés dans une forêt infernale et sous le joug d’une menace inconnue. Remplacez la forêt par un autre lieu et on aurait pu se retrouver dans un Reeker, un Triangle ou même un Identity avec un final en forme de révélation bidon et ultra-cliché du type « tout le monde est mort et tout ça n’était que leur purgatoire ». Le scénario nous épargne cette conclusion et arrive plus ou moins adroitement à recoller les pièces d’un puzzle au final original. « Plus ou moins adroitement », oui, malheureusement, car l’écriture reste quand même alourdie par des ficelles scénaristiques bien nanardesques. A vous de juger : la seule personne qui sait ce qu’il se passe est muette et n’écrit qu’en chinois, les raisons de l’amnésie sont expédiées en une réplique, la voiture est découverte en jetant des pierres pour s’amuser – sérieusement… – le long d’un chemin… Tout est donc un peu trop gros pour que l’on puisse prendre vraiment plaisir à démêler les enjeux du mystère au fil des rebondissements.

A la fin du monde, on portera tous des couches et on s’enroulera dans des fils de barbelés pour le fun

Ce qui sépare Open Grave du grand thriller post-apocalyptique qu’il aurait pu être tient aussi à l’incapacité de sa mise en scène à créer la moindre tension. Un peu con quand même pour un thriller… Les quelques séquences mettant en scène la fameuse menace sont ainsi expédiées en deux trois mouvements saccadés de caméra et effets sonores tonitruants. Pour le reste, le danger ne reste que pauvrement incarné à l’écran (cela hormis pour un pauvre gars filmé trois minutes coincé dans des barbelés). Au lieu de cela, le scénario se contente de rabâcher à toutes les sauces la formule « l’enfer, c’est les autres ». Résultat : un sérieux coup de mou en milieu de métrage qui en laissera plus d’un sur le carreau, l’intrigue ne semblant pas vouloir se dépêtrer de ses couloirs de dialogues, chaque personnage y allant de sa petite paranoïa ou de sa crise d’hystérie.

Heureusement, le film décolle un peu au fil des révélations avant de s’achever sur un final prenant et surtout porté par ses acteurs (Sharlto Copley, le bad-guy d’Elysium en tête), la mise en scène se montrant toujours un peu plus à la ramasse. Pour preuve, il faut voir la manière ultra-abrupte, presque surréaliste, avec laquelle le réalisateur bute l’un de ses personnages dans les dernières minutes, comme s’il avait eu l’idée en fin de tournage. Malgré quelques idées prometteuses, le film ne tient donc globalement pas les promesses d’une ouverture pourtant vraiment électrisante.

Critique par Alex B

BANDE ANNONCE :

Aucun commentaire

  1. réalisateur du roi de la montagne le premier film de gallego assez remarquable mettant au prise deux enfants adeptes du tir au pigeon face à un couple et d’apollo 18 un sombre navet. open grave quant à lui ne relève guère le niveau en cherchant à immiter le nullissime resident evil sauf que celui-ci fait encore pire. direction d’acteurs nulle, filmé à la va vite, scénario cul cul la praline et manque de budget font de ce film une bouse monumentale. note : 0/5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content