[Critique] Silent Hill

Silent Hill (2006)

2 h 07 min | Horreur, Mystère | 21 avril 2006
Note
8/10
Notez ce film :
Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (8 votes, moyenne 7,25 sur 10)
Loading...
Malgré les protestations de son mari, Rose conduit sa fille Sharon dans une ville abandonnée du nom de Silent Hill en Virginie-Occidentale qui semble irrésistiblement attirer l'enfant. Alors qu'elles pénètrent dans cet univers lugubre, Sharon disparaît. Rose poursuit ce qu'elle croit être la silhouette de sa fille, mais se rend vite compte que ce lieu étrange ne ressemble à rien de ce qu'elle connaît. Avec l'aide de Cybil, une motarde de la police également égarée sur les lieux, Rose va se lancer dans une quête éperdue pour retrouver sa fille, et percer le secret terrifiant de Silent Hill.

Sharon est une petite fille qui souffre de fréquentes crises de somnambulisme au cours desquelles elle rêve de Silent Hill, ville fantôme ravagée par un incendie trente ans auparavant. Pour l’aider à comprendre ce mystère, Rose, sa mère adoptive, décide de l’emmener sur place. Suivie par une policière nommée Cybil, Rose tente de la semer mais a un accident de la route et s’évanouit. A son réveil, Sharon a disparue. Rose et Cybil vont alors tout faire pour la retrouver et percer le terrifiant mystère qui hante Silent Hill…

Ces temps-ci, il faut dire que les adaptations cinématographiques de jeux vidéos sont monnaies courantes et même bien plus encore ; nos écrans de cinéma sont littéralement envahis par ces blockbusters infâmes où le spectaculaire vient à la rescousse d’un terrible vide scénaristique. Il y a tout d’abord eu Double Dragon de James Yukich en 1994, puis Mortal Kombat de ce cher Paul W. Anderson en 1995, et plus récemment Hitman du français Xavier Gens, Alone In The Dark du nanar-addict Uwe Boll ou encore la saga des Resident Evil (toujours de ce cher Anderson) et autres Max Payne tous plus creux les uns que les autres.
C’est donc dans ce triste paysage que débarque Christophe Gans comme un véritable boulet de canon, bien décidé à renverser la tendance dominante de médiocrité qui règne en maître depuis presque vingt ans. Déjà fort d’une adaptation plutôt bien gaulée du manga Crying Freeman en 1995, il casse carrément la baraque avec Silent Hill, version ciné de la série de jeux vidéos du même nom développée par Konami depuis 1999. Et là… Attention les yeux !

En effet, mis à part son concept, Silent HillI ne ressemble en rien à ses prédécesseurs. L’élément fort du film reste sans aucun doute son esthétique somptueuse bénéficiant d’un travail remarquable tant sur les décors que sur la photographie. C’est avec un esprit du détail particulièrement poussé que le réalisateur du Pacte Des Loups s’est affairé à reconstituer un univers fidèle à celui du jeu, extrêmement sordide et malsain où ne règnent que mort et désolation.
De par l’ingéniosité des changements d’ambiance s’opère une distinction radicale entre les trois dimensions entremêlées au cœur de Silent Hill : tout d’abord, la ville en ruines telle qu’elle est perçue dans la réalité, détruite par l’incendie  et abandonnée ; la ville-fantôme, submergée par un épais brouillard et une pluie de cendres oniriques, et enfin la ville peuplée par les Ténèbres où tout n’est que rouille, ferraille, chair putride et sang souillé.

Par ailleurs, l’excellent jeu sur les couleurs, les ombres et la lumière permet également au spectateur de différencier sans difficulté aucune ces trois dimensions qui s’opposent tout au long du film : la réalité « vraie », agrémentée de teintes chatoyantes à la clarté rayonnante (celle du mari de Rose qui la cherche sans relâche avec l’aide de la police locale) ; et les deux autres réalités parallèles de Silent Hill dans lesquelles sont piégées Rose, Cybil et Sharon, où tout est tantôt froid et opaque, tantôt sombre et morbide.
La bande-son est quant à elle très sophistiquée et contribue à alimenter l’atmosphère angoissante élaborée par le montage des images. Alliant rythmes électroniques qui laissent pressentir la menace imminente tapie au centre de la ville de Silent Hill et notes de piano mélancoliques qui tendent à symboliser l’enfance et l’innocence, la musique du film, très présente, assure une parfaite harmonie entre le son et l’image.

Image du film "Silent Hill"

© 2006 Davis-Films − Tous droits réservés.

Cette osmose extra-diégétique se trouve sublimée par les mouvements de caméra sémantiquement très riches et du plus bel effet. Les plans sont souvent très élaborés et parfaitement maîtrisés à l’instar des effets spéciaux qui confèrent au bestiaire de Silent Hill un designbien glauquetrès convaincant.
Le scénario, largement inspiré de l’histoire du premier jeu Silent Hill (à quelques petites modifications près), reste parfaitement abouti est très efficace : entre des scènes d’horreur pure où la fragile héroïne est attaquée par des monstres de l’Enfer et d’autres d’ordre plus psychologique, Silent Hill parvient à tenir en haleine du début à la fin. Amour, haine, innocence et culpabilité sont quelques-uns des nombreux thèmes antithétiques que met en forme cette œuvre magistralement réalisée.

Silent Hill est donc un incontournable du genre horrifique, efficace tant du point de vue esthétique que diégétique et qui parvient sans mal à rehausser le niveau qualitatif du concept d’adaptation cinématographique de jeux vidéos, qui s’enfonce toujours un peu plus depuis belle lurette.

Par Emmanuelle Ignacchiti

Aucun commentaire

  1. Tout-à-fait d’accord. Enfin un réalisateur qui s’investit et propose une relecture investie et intelligente.
    Bon sang que ça manque, ces derniers temps, sur le marché des adaptations !
    Après, faut un minimum de motivations ( pas que pognon, surtout) de la part du studio et du tâcheron choisi pour le travail. Sinon, on a un film souvent sympa ( et des fois énorme, car le premier mortal kombat est très réussi, si on le prend pour ce qu’il est : un divertissement ) mais loin de nos espérances. Avec Gans, on est tranquille. Pas lui qui se laissera dicter sa loi par les hautes sphères.
    Mais je sens que la suite ne se hissera pas au même niveau …

  2. trop bien jue kiff

  3. Alors là je suis d’accord^^ En plus je l’ai vu au ciné avec juste moi et mon pote dans la salle c’était énorme!!!!

  4. Bien que très intéressant d’un point de vu esthetique, je l’ai trouvé d’un ennui. Toute l’action se retrouve vers les 30 dernières minutes du film, le reste du temps il ne se passe rien et la fin est « trop grosse » pour le peu de chose qui se passe. C’est du n’importe quoi mal cousu.

  5. bien que je n lai pa encore vu ..il me semble envoyons la bande anno …j pense que c e plein de frissons et moi j addore sa alors vivement ke j le regarde et j vous on dirait des nouvelles!

  6. Emmanuelle Ignacchiti

    Tu vas te régaler mimih ! 😉

  7. Alors perso’ moi j’ai pas du tout adhéré, aucuns frissons, aucuns sursaut, j’appelle pas vraiment ça un film d’horreur..

  8. un pur chef-d’œuvre, ceux qui critique ne doive pas être fan du jeu, ou alors leur faut-il de mauvaise adaptation cinématographique genre résident evil ? voilà comment un réalisateur rend hommage a un des meilleurs survival horror 🙂 il respect les décors, l’ambiance et même la bande original du jeu. vivement la sortit du deuxième

  9. Tres bon !!! , en plus ce film promet de grands frissons dans les 30 dernieres minutes note 7/10 -12 ans

  10. Critique amateur :)

    Je n’ai pas trop aimé.
    Le film commence trop vite…
    J’ai apprécié la partie où Rose est seule au moment de l’alarme. Ambiance cauchemardesque ! C’était vraiment comme dans un mauvais rêve, meilleure partie du film pour moi.
    Néanmoins, la fin est un peu « too much », foutri foutra quoi… la petite fille rentre dans le corps de Rose, du coup elle ne meurt pas au moment du coup de poignard… c’était bof. La fille de la folle qui devient une sorte de monstre tentaculaire qui tue tout le monde. MOUAIS. Désolé je ne suis pas convaincu.
    Je reste sur ma faim.

  11. Silent Hill s’apprécie d’abord pour son ambiance.. Par par son action ni les sursauts artificiels.. Les jeux sont comme cela, ,notamment le 2e, ou l’action est peu importante.. C’est de la violence psychologique qu’est infligée au héros.. Le film reprend un peu de cela..

  12. ce film est pour moi la meilleur reprise d’un jeu vidéo, on retrouve l’ambiance malsaine, les monstres sont bien réalisés et il n’y a rien à redire sur le jeu des acteurs. à côté de ce film, les Resident Evil peuvent aller se rhabiller. pour le reste je suis entièrement d’accord avec Pyramid Head, je n’ai jamais attendu de ce film d’avoir de l’action à tout bout de champ comme dans la plupart des navets américains.

  13. J’ai du mal à comprendre en quoi résiderait la complexité de cette adaptation de Silent Hill. Ceux qui l’ont trouvé difficile à comprendre sont sans doute les mêmes qui qualifient Inception et autres films à budget made in Hollywood d’intelligents.
    Le jeu d’acteur n’est pas subtil, il est Etat-Unien; à croire que pour jouer dans un film à gros budget, il faut avoir suivi la même école: pour la peur serre les dents, pour la colère serre les dents, pour la tristesse serre les dents.
    Et que dire du scénario… Une très belle idée de base (merci, le jeu), finalement complétement mutilee. La morale religieuse est sauve, Dieu soit loué! Païens, que l’Enfer vous dévore, mais bénie soit la Foi chrétienne!
    Ce film est un bon passe-temps, mais il serait prétentieux de le hausser au rang de chef-d’oeuvre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Add to Collection

x

You must be logged in to collect content