The Mirror

The Mirror (2013)

  • Titre original: Oculus
  • 1 h 44 min | Horreur | 8 septembre 2013
    Note
    8/10
    Notez ce film :
    Nul !Très mauvaisMauvaisPas terribleMoyenPas malBonTrès bienExcellentChef d'Oeuvre (23 votes, moyenne 7,43 sur 10)
    Loading...
    Au bout de 11 années, Tim est autorisé à quitter l'hôpital psychiatrique. Le jeune homme de 21 ans ne rêve que de faire un trait sur son passé et de reprendre une existence normale. Sa soeur aînée Kaylie le replonge pourtant dans ses souvenirs, le ramenant à la demeure familiale où il s'est produit une tragédie entre maman et papa. Kaylie est convaincue qu'un vieux miroir est responsable de ce cauchemar et elle tente de le prouver en posant des caméras dans la maison. Rapidement, le frère et la soeur commencent à halluciner, étant incapable de séparer le vrai du faux.

    Oculus fait partie de toute cette nouvelle vague de films travaillant plus à faire flipper ou, du moins, dérouter le spectateur qu’à seulement aligner les séquences gores. Côté histoire, le réalisateur Mike Flanagan reprend la plupart des éléments de son court métrage Oculus : The Man With The Plan. Sur le thème du miroir maudit, cette nouvelle sortie Blumhouse Productions (The Purge, Sinister, Insidious et j’en passe…) se veut donc plus proche du film de maison hantée à la The Conjuring, voire d’investigations surnaturelles à la Poltergeist que des habituels reflets tueurs à la Mirrors.

    Une enfance un peu traumatisante

    L’action principale du film se déroule sur une nuit où les deux personnages principaux, Kaylie Russell (Karen Gillan) et son jeune frère, Tim (Brenton Thwaites), vont essayer de prouver que la mort de leurs parents lors de leur petite enfance fut l’œuvre d’un miroir maléfique. Tim, accusé à tort du meurtre de son père, sort tout juste d’asile psychiatrique pour découvrir, avec le spectateur, le plan établi par sa sœur pour coincer l’objet maléfique. Par un habile « jeu de miroir », l’intrigue d’Oculus va également nous raconter, en parallèle de cette nuit d’investigation, le calvaire vécu par la famille une dizaine d’années plus tôt. Un montage virant de plus en plus psychédélique au fil du film, le final voyant présent et passé se répondre d’un plan à un autre.

     Le miroir est de base déjà un peu flippant…

    Le film se distingue du tout venant du film d’objet hanté par sa description progressive du sort tragique des parents. En reprenant quelques éléments de films type Amityville, Oculus arrive à peindre de manière bien sentie la lente dégradation des relations dans une sphère familiale sous le coup d’une influence maléfique. Doutes, suspicions, frustrations… Le miroir manipule l’esprit de chaque membre et exacerbe les tensions jusqu’au point de non-retour. Sombre et jusqu’au boutiste, le film va donc très loin dans sa description du calvaire vécu par deux enfants sous le coup de parents virant complètement psychotiques.

    Ce montage alterné associé à une exposition rapide permet d’éviter les temps morts et plonge le spectateur directement dans l’action. Pour les parties se déroulant dans le présent, le film se montre par contre un peu faiblard côté scènes de terreur. Mike Flanagan, réalisateur remarqué pour un Absentia très efficace malgré un budget riquiqui, se fait quand même un minimum plaisir avec quelques effets remis à la mode par James Wan : étranges silhouettes cachées par des draps, apparitions spectrales terrifiantes et dangereux jeux de faux-semblants. Mais on sent que l’intérêt du réalisateur est ailleurs…

    Bon ok, petit coup de flippe

    C’est finalement cette idée de réalité toute en chausse-trappe, instillant une angoisse beaucoup plus vicieuse que le simple jump-scare, qui a le plus botté Mike Flanagan, lui donnant l’occasion d’insuffler à son film une ambiance à la 4ème dimension plus qu’appréciable. Le miroir joue constamment avec les sens de ses victimes, leur faisant voir et ressentir des choses n’existant pas, comme une porte sur autre réalité. Dans ces conditions, même manger une pomme peut devenir chose très dangereuse… Histoire d’en rajouter un peu plus, l’obsession de Karen Gillan pour la tragédie familiale, alors que son frère semble s’être fait à l’idée d’être le responsable de cette tragédie, amène une ambiguïté supplémentaire sur la première moitié du film : son traumatisme ne l’aurait-elle pas amené à imaginer toute cette histoire de miroir tueur ? N’est-elle pas devenue complétement cinglée ?

    Karen Gillan, pas la dernière question saut dans le temps

    Pour ne rien gâcher, en plus d’un casting qui fera plaisir aux fans de Doctor Who et Battlestar Galactica (avec respectivement Karen Gillan – au jeu comme d’habitude un peu inégal – et Katee Sackhoff), la bande son tout en gros ronflements de synthés à la Carpenter contribue un peu plus à instiller une menace omnisciente et en même temps jamais vraiment identifiée. Un mystère aux tenants jamais complétements dévoilés pour un film aussi surprenant que très efficace.

    En Dvd et Bluray le 15 avril. Déja disponible en VOD

    Critique par Alex B

    TRAILER

    3 plusieurs commentaires

    1. the mirror est un très bon film. l’angoisse y est omniprésente et le casting est très bon sauf le père qui ne me convaint pas trop. une histoire simple sans artifice sur un miroir hantée rendant le cadre claustrophobique avec une musique carpenterienne qui accroit le suspens. bref un nouveau réalisateur à suivre. note : 4/5

    2. Ça n’a pas été un film mémorable pour moi… Oh il est très bon, je ne dis pas le contraire! Ça fait changement des merdes qu’ils nous sortent pour amuser les pré-pubères en manque de sensations fortes… Cette fois on parle d’un vrai film d’horreur! Ce n’est pas un chef d’oeuvre, mais regardez le quand même!

    3. Bonsoir,
      Je suis tombé sur l’article, en cherchant des ais sur ce film The Mirror 2014
      http://www.chapeaumelondistribution.fr/film/the-mirror-2016-2/

      J’ai trouvé le film bien, Karen Gillan que l’on a vu dans les Gardiens de la Galaxie, elle avait le rôle de Nebula, a là un bon jeu, rien à redire.
      Un film à voir sans problème

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Add to Collection

    x

    You must be logged in to collect content